Publié dans Société

Transport communal à Anjozorobe - 16 Communes presque inaccessibles

Publié le vendredi, 09 juin 2017

Des localités productives mais quasi isolées. Seules 3 Communes sur les 19 existantes dans le District d’Anjozorobe, Région d’Analamanga, sont accessibles via des « taxis-brousse ». Or, ces véhicules de transport public n’y passent pas souvent. Les 16 autres Communes n’ont aucun moyen de transport digne des passagers. Ceux qui ont les moyens financiers prennent le taxi-moto, tandis que les autres se déplacent soit à pied, soit en charrette ou même en camion. Avec ce dernier moyen de transport, un accident mortel est survenu, rappelons-le, à la fin du mois de janvier dernier avec un bilan de 47 morts et des dizaines de blessés. Ce problème de mobilité de la population dans ce District, situé à une centaine de kilomètres de la Capitale, s’explique notamment par l’état piteux des routes. Celles-ci sont poussiéreuses et truffées de nids de poule durant la période sèche, avant de se transformer en chaussées glissantes et couvertes de boues épaisses pendant la saison des pluies. Pourtant, ces Communes assurent l’approvisionnement d’oignons, de riz, de manioc, d’haricots et de divers légumes vendus dans la ville d’Antananarivo. Les collecteurs en tirent le plus de profit puisqu’ils achètent les produits à moindre coût chez les agriculteurs locaux. Face à cette situation, l’Ong « Lalana » et l’Ong
« Green » viennent de lancer un projet de mise en place d’un plan communal de transport (Pct) au niveau dudit District, dans le but de promouvoir la mobilité de la population rurale et la circulation des biens pour assurer un développement durable. Cofinancé par l’Union européenne, ce projet de 3 ans touche 15 Communes locales. « Parmi les activités incluses dans le projet figure la formation sur la maîtrise d’ouvrage ou encore l’étude technique pour faciliter la circulation tout au long de l’année, outre l’appui à la demande de financement pour les travaux de construction et de réhabilitation des routes. Le Pct vise aussi à mener des plaidoyers pour l’adoption des arrêtés déterminant les routes communales et intercommunales. L’existence de cette loi évitera le barrage ou la clôture des routes par les exploitants ou opérateurs », avance Harinjato Ratsima, chef de projet auprès de l’Ong « Lalana ». A noter que ce plan communal de transport incite aussi l’implication des Communes à améliorer leurs ressources financières, tout en instaurant le dialogue entre les dirigeants et les citoyens à travers la mise en place de la structure locale de concertation.
 Patricia Ramavonirina

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Interdiction de manifester dans les Provinces - Les porte-paroles du Gouvernement désavoués
  • Mouvement des 73 députés - Rasoamaromaka H. accusé d’atteinte à la sûreté de l’Etat
  • Décision de la HCC - La déchéance ou la loi de la jungle
  • Place du 13 mai - Le mouvement des 73 députés gagne un nouveau souffle !
  • Eglise catholique apostolique romaine - Un quatrième Cardinal pour Madagascar
  • Hery Rasoamaromaka convoqué à la Brigade spéciale - La machine de la répression en marche
  • Dépôt du mémoire en défense - Erreur de calcul monumentale de la Présidence !
  • Grande manifestation des 73 députés - Déballages, carnaval, spectacle au programme ce jour
  • Administrateurs-civils de Madagascar - La coupe est pleine
  • Déchéance - Le Président a sciemment bloqué la mise en place de la HCJ

La Une

Editorial

  • Qu’elle se fâche !
    Un quotidien de la place, proche du régime, titrait à la Une de son journal ce week-end dernier « L’Union africaine se fâche ». Ce média faisait longtemps référence, journalistiquement parlant, dans le pays. Mais depuis que son patron fit allégeance au grand manitou du pouvoir en place, il va à contre-sens du vent qui souffle à travers tout le pays, en ce moment, et change son fusil d’épaule. Petite parenthèse !   Après avoir pris acte des rapports des émissaires dépêchés dans la Grande île, le président de la Commission de l’Organisation de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, aurait tapé sur la table. En fait, devant l’échec sans appel de la médiation initiée par l’Organisation continentale dirigée sur place par le diplomate algérien Ramtane Lamamra, l’envoyé spécial, en coordination avec Joaquim Chissano, de la SADC et d’Abdoulaye Bathily de l’ONU, l’Union africaine (UA) se fâche. Elle déplore, dit-on, l’« intransigeance » des parties concernées. Vu…

A bout portant

AutoDiff