Publié dans Société

Donia 2017 - Des tonnes d’ordures laissées après le festival

Publié le vendredi, 09 juin 2017

Le festival Donia a laissé des tonnes d’ordures dans le stade municipal Ambodivoanio. Une semaine après son déroulement à Nosy Be Hell-Ville durant la semaine du 31 mai dernier, de nombreuses personnes se plaignent ainsi des gênes provoquées par la présence de ces déchets.

 « Les organisateurs n’ont  même pas pensé à nettoyer la place après l’événement. Après la fête, les participants ont décampé et n’ont laissé que leurs saletés », explique un habitant. Ainsi, toute activité notamment sportive n’a pas pu y avoir lieu depuis, étant donné que le stade ne pouvait accueillir aucune compétition avec les ordures qui s’y éparpillaient. Or, avec la préparation de ce grand événement, les matchs ainsi que les entraînements habituels ont été suspendus depuis le mercredi 25 mai dernier.   Les événements se déroulant dans cette ville ne se limitent pas à ce festival. Pour ces prochains jours, ce stade municipal doit accueillir une compétition régionale. Samedi et dimanche prochains, des rencontres sportives entrant dans le cadre du championnat régional de la première division, ainsi qu’un match aller de demi-finale vont s’y tenir. A cette occasion, l’équipe  « Racing club » de Nosy Be affrontera l’Union venue d’Ambanja. Pour cela, l’entraînement devrait déjà commencer, mais la pelouse est encore encombrée par ces déchets jetés lors de ce festival. Par ailleurs, les candidats au baccalauréat passeront aux épreuves d’éducation physique et sportive à partir du 12 juin. Ces épreuves vont durer une semaine. Face à cette situation, l’organisation de ce festival dans ce stade municipal a été remise en question. Dernièrement, le député élu à Nosy Be a soulevé ce problème au cours d’une séance du Parlement à Tsimbazaza. 

 Kanto R.

4 Commentaires

  • Posté par Julot
    lundi, 07 août 2017

    Encore des jalousies et bagarres via la presse de zoreilles.... Vous ne changerez pas.... Même hors de chez vous, à vous taper sur la gueule !

    Rapporter
  • Posté par Boisson Daniel
    dimanche, 11 juin 2017

    Nous sommes choqués et surpris par cet article.
    Nous invitons les lecteurs à constater sur le site du Festival Donia (http://www.festival-Donia.com) la vérité des faits, concernant les ordures suivant le Festival Donia 2017 (qui représente moins d'un quart de tonne de déchets...).
    Ce qui est écrit dans cet article est TOTALEMENT faux.
    Moins de quatre jours après le Donia, le stade était en état d’accueillir les match prévus sans aucun problème.
    Le Comité d'Organisation du Festival a respecté ses engagements, comme il le fait depuis 24 éditions. Le Stade municipal d'Ambodivanio est régulièrement aménagé, entretenu et remis en état par le COFESTIN depuis de nombreuses années.
    Les entrainements ont eu lieu normalement et aux dates et heures prévues.
    De plus, le stade est prêt pour tous les examens sportifs du Baccalauréat.
    Nous demandons à la Vérité et à Kanto R. de rétablir au plus vite la vérité, par un démenti.
    A noter que le 09 juin 2017, soit 4 jours après la fin du Donia, l'état des lieux à été constaté par un huissier de justice...
    Pour le COFESTIN
    Le Vice Président
    Daniel BOISSON

    Rapporter
  • Posté par sanna vincenzo
    dimanche, 11 juin 2017

    Cette article est en contradiction au nome du Journal LA VERITE, article mensonger qui fera l'objet d'une poursuite en justice.
    Qui a écrit cet article ne mérite pas le nom journaliste, un journaliste doit vérifier la Verité avant d’écrire, est la base de la déontologie.
    Je demande au rédacteur en chef de vérifier sur le site http://www.Festival-Donia.com pour avoir LA VERITE
    cet article ne salit pas seulement l’image du Festival Donia, mais l'image de la presse écrite de Madagascar et du journal.
    Sanna Vincenzo

    Rapporter
  • Posté par Joséphine
    samedi, 10 juin 2017

    Bonjour
    Je suis actuellement à nosy be et j'étais au festival Donia et qui a écrit cet article est un mensonge qui relève du Pénal

    Le journaliste qui a écrit cet article n'a pas vérifié ses propos et sans aucune déontologie

    Rapporter

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Interdiction de manifester dans les Provinces - Les porte-paroles du Gouvernement désavoués
  • Mouvement des 73 députés - Rasoamaromaka H. accusé d’atteinte à la sûreté de l’Etat
  • Décision de la HCC - La déchéance ou la loi de la jungle
  • Place du 13 mai - Le mouvement des 73 députés gagne un nouveau souffle !
  • Eglise catholique apostolique romaine - Un quatrième Cardinal pour Madagascar
  • Hery Rasoamaromaka convoqué à la Brigade spéciale - La machine de la répression en marche
  • Dépôt du mémoire en défense - Erreur de calcul monumentale de la Présidence !
  • Grande manifestation des 73 députés - Déballages, carnaval, spectacle au programme ce jour
  • Administrateurs-civils de Madagascar - La coupe est pleine
  • Déchéance - Le Président a sciemment bloqué la mise en place de la HCJ

La Une

Editorial

  • Qu’elle se fâche !
    Un quotidien de la place, proche du régime, titrait à la Une de son journal ce week-end dernier « L’Union africaine se fâche ». Ce média faisait longtemps référence, journalistiquement parlant, dans le pays. Mais depuis que son patron fit allégeance au grand manitou du pouvoir en place, il va à contre-sens du vent qui souffle à travers tout le pays, en ce moment, et change son fusil d’épaule. Petite parenthèse !   Après avoir pris acte des rapports des émissaires dépêchés dans la Grande île, le président de la Commission de l’Organisation de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, aurait tapé sur la table. En fait, devant l’échec sans appel de la médiation initiée par l’Organisation continentale dirigée sur place par le diplomate algérien Ramtane Lamamra, l’envoyé spécial, en coordination avec Joaquim Chissano, de la SADC et d’Abdoulaye Bathily de l’ONU, l’Union africaine (UA) se fâche. Elle déplore, dit-on, l’« intransigeance » des parties concernées. Vu…

A bout portant

AutoDiff