Publié dans Société

Viande de boeuf - Le kilo à 10 000 ariary

Publié le mardi, 16 mai 2017

Une psychose de hausse de prix. Suite à la déclaration  de Njakalalaina Raherimiandrisoa, préfet de la Région de Bongolova, sur la continuité de l’approvisionnement en viande de bœuf vers Antananarivo,

lundi dernier, les Tananariviens ne sont guère rassurés. D’autant plus que la coopérative en la matière dénommée « Mada Omby » a déjà expliqué clairement cette suspension. «  Il faut que ces personnes se mettent d’accord, les nouvelles sont contradictoires »,  a indiqué un consommateur, hier. D’après ses explications, rien qu’en entendant ces informations, les vendeurs, paniqués, augmentent déjà leur prix. « La semaine dernière, le prix d’un kilo de viande de bœuf a été à 8 000 ariary et voilà que depuis lundi, le prix affiche 10 000 ariary », a-t-il continué.  Par ailleurs, les éleveurs de Mahitsy et de Mandoto ont rejoint la ligne de ceux de Tsiroanomandidy. De ce fait, la privation s’avère être prévisible. Questionnés sur cette psychose de hausse de prix, les revendeurs du côté de l’abattoir d’Ampasika ont été étonnés de ce nouvel prix appliqué par les détaillants. En tant que revendeurs, ils se doivent de maintenir le prix en vue de ne pas décevoir les consommateurs. « Cela n’a pas encore affecté nos activités, le prix de gros est toujours maintenu à  7 000 ariary, mais il est fort possible que ce prix va changer compte tenu de la situation actuelle », a affirmé Nathalie, une commerçante à Itaosy. Cette filière bovine inquiète les habitants de la Capitale ainsi que tous les Malgaches. Nombreuses sont les activités qui touchent cette filière dont les restaurateurs détaillants et tant d’autres secteurs. Outre les légumes, le prix de la viande de bœuf va connaître également une terrible hausse prochainement. 

Kanto R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Compte rendu à l’Hôtel de Ville - Les députés du Tim et du Mapar rassurent
  • Départ inopiné du pays - Rajaonarimampianina aurait-il « lâché » ses partisans
  • Conjoncture politique - Les épouses de gendarmes supplient leurs maris !
  • Lois électorales et dérives démocratiques - Les députés opposants s'en remettent à la Communauté internationale
  • Hery Rajaonarimampianina - Départ en catimini à l'extérieur ?
  • Menaces contre des députés Tim-Mapar - Plainte de réserve contre le préfet et des gros bras
  • Syndicat des artistes - Halte aux abus des autorités !
  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance

La Une

Editorial

  • Bataille rangée
    Guerre déclarée. L’escalade de provocations, déclenchée initialement par les maîtres du régime, propulse inexorablement le pays vers la logique de confrontation. Une guerre déclarée dont personne ne sait quel en est la véritable raison. Des troubles inutiles et incompris sciemment fomentés un peu partout.  En face, l’opinion publique, des acteurs pertinents de la société civile, les leaders des formations politiques principalement de l’opposition et même les prélats des Eglises, à l’instar de l’Eglise catholique apostolique romaine (ECAR) ou ceux des Eglises non affiliées au FFKM ne restent pas insensibles. Ils réagissent chacun dans leur propre camp. En fait, ils ne veulent pas rester indifférents et sont déterminés à manifester leur rejet aux dérives dictatoriales, répétées, de ces détenteurs de l’autorité d’Etat. Des tirs croisés, apparemment percutants, atteignent de plein fouet le centre de gravité du pouvoir. Ainsi, le régime doit faire face à une bataille rangée sur plusieurs fronts.Les catholiques, très…

A bout portant

AutoDiff