Publié dans Société

« Tanàna Krismasy » - 
Echappatoire aux soucis pour les Tananariviens

Publié le vendredi, 23 décembre 2016


Un espace dédié aux enfants, mais aussi un lieu de délassement pour les adultes. Des centaines de Tananariviens ont investi le Village de Noël ou « Tanàna Krismasy » à Andohatapenaka, depuis le mardi 20 décembre dernier. Bien que ce soient des jours ouvrables, les Tananariviens sont venus en masse depuis l’ouverture du Village et participent pleinement aux activités. On a toutefois observé que la plupart des visiteurs sont venus pour se délasser et se promener entre amis pour oublier un peu les soucis quotidiens.


« Je suis ici parce que mon fils de cinq ans a voulu que je l’y emmène pour voir le père Noël. Dans la foulée, j’ai appelé des collègues de travail, car nous ne travaillons pas cette semaine, et nous en avons profité pur nous déstresser. C’est pour moi une occasion de faire une pause, oublier les problèmes quotidiens, le délestage et tout ! Cela fait du bien, même si ce n’est que pour quelques heures », a témoigné Thierry Raharison, père de famille habitant à Andohatapenaka, hier. D’autres groupes d’individus, plus jeunes, ont décidé d’investir les lieux pour voir leur groupe préféré sur scène, notamment les chorales. C’est le cas des jeunes gens qui ont décidé d’aller en groupe pour voir la chorale Gmmc, jeudi soir.

Programme

Il restera encore six jours avant que le Village de Noël ne ferme ses portes, le 30 décembre  prochain. Plusieurs manifestations auront lieu pendant ces 10 jours de festivités. Le père Noël y est présent pour les enfants. Les petits pourront conter leurs souhaits et lire leurs lettres dans sa maison à visiter. Des articles de cadeau tels que des bijoux, des jouets, des vêtements, des articles de technologie, de la nourriture, ou encore des œuvres artisanales, y sont vendus pour les petits et les grands pour faciliter les achats de Noël.


En fin de journée, des concerts à volonté et des espaces resto sont également disponibles.
Le 24 décembre, de 9 heures à 18 heures, un « food court » sera accessible au public pour une restauration sur place, de même qu’un coin café. Côté sécurité, un dispositif de sécurité avec scanner et caméras de surveillance y sera installé. 150 stands prendront part à cet évènement. Pour cette première édition, les organisateurs visent 30 000 visiteurs.
Tiasoa Samantha  

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Compte rendu à l’Hôtel de Ville - Les députés du Tim et du Mapar rassurent
  • Départ inopiné du pays - Rajaonarimampianina aurait-il « lâché » ses partisans
  • Conjoncture politique - Les épouses de gendarmes supplient leurs maris !
  • Lois électorales et dérives démocratiques - Les députés opposants s'en remettent à la Communauté internationale
  • Hery Rajaonarimampianina - Départ en catimini à l'extérieur ?
  • Menaces contre des députés Tim-Mapar - Plainte de réserve contre le préfet et des gros bras
  • Syndicat des artistes - Halte aux abus des autorités !
  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance

La Une

Editorial

  • Bataille rangée
    Guerre déclarée. L’escalade de provocations, déclenchée initialement par les maîtres du régime, propulse inexorablement le pays vers la logique de confrontation. Une guerre déclarée dont personne ne sait quel en est la véritable raison. Des troubles inutiles et incompris sciemment fomentés un peu partout.  En face, l’opinion publique, des acteurs pertinents de la société civile, les leaders des formations politiques principalement de l’opposition et même les prélats des Eglises, à l’instar de l’Eglise catholique apostolique romaine (ECAR) ou ceux des Eglises non affiliées au FFKM ne restent pas insensibles. Ils réagissent chacun dans leur propre camp. En fait, ils ne veulent pas rester indifférents et sont déterminés à manifester leur rejet aux dérives dictatoriales, répétées, de ces détenteurs de l’autorité d’Etat. Des tirs croisés, apparemment percutants, atteignent de plein fouet le centre de gravité du pouvoir. Ainsi, le régime doit faire face à une bataille rangée sur plusieurs fronts.Les catholiques, très…

A bout portant

AutoDiff