Publié dans Société

Protection sociale des Ecd - Focus sur les responsables d’organismes publics

Publié le vendredi, 23 décembre 2016

Ordonnateurs, payeurs, comptables, gestionnaires de dossiers, etc. Sensibiliser ces principaux responsables d’organismes publics à travers une formation constitue un moyen pour la Caisse nationale de prévoyance sociale (Cnaps) et le Trésor public de promouvoir la protection sociale des employés de courte durée (Ecd). Bon nombre d’entre eux restent privés de leurs droits fondamentaux même après plusieurs années de service auprès d’un établissement public. Une situation qui s’explique notamment par le non - paiement des cotisations à la Caisse.


Souvent, les employés et responsables des ressources humaines ignorent que leurs devoirs ne se limitent pas au fait de payer les salaires des travailleurs. Le versement des cotisations patronales est un devoir important pour que les salariés bénéficient pleinement de leurs droits. Cela concerne non seulement les diverses prestations familiales comme l’allocation prénatale, l’allocation de maternité, l’allocation familiale, le remboursement des frais médicaux d’accouchement, l’indemnité de demi-salaire de la femme en couche, etc., mais aussi les pensions de retraite. A cela s’ajoutent les droits légaux et légitimes en matière d’accidents du travail et de maladies professionnelles. Si les divers responsables n’assument pas leur responsabilité, les salariés risqueront de perdre leurs droits.


Les missions de la Cnaps ou encore les procédures à suivre et à respecter pour bénéficier des prestations font partie des sujets abordés durant les formations octroyés pour les responsables des organismes publics et collectivités décentralisées, au profit des agents contractuels. Ceux des Régions de Melaky et de Bongolava en ont été récemment formés. Les séances constituent également une occasion de remédier aux connaissances fragmentaires du public sur la Caisse d’une part et de trouver ensemble des solutions face aux problèmes avancés par les participants, de l’autre.
Recueillis par Patricia Ramavonirina

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Compte rendu à l’Hôtel de Ville - Les députés du Tim et du Mapar rassurent
  • Départ inopiné du pays - Rajaonarimampianina aurait-il « lâché » ses partisans
  • Conjoncture politique - Les épouses de gendarmes supplient leurs maris !
  • Lois électorales et dérives démocratiques - Les députés opposants s'en remettent à la Communauté internationale
  • Hery Rajaonarimampianina - Départ en catimini à l'extérieur ?
  • Menaces contre des députés Tim-Mapar - Plainte de réserve contre le préfet et des gros bras
  • Syndicat des artistes - Halte aux abus des autorités !
  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance

La Une

Editorial

  • Bataille rangée
    Guerre déclarée. L’escalade de provocations, déclenchée initialement par les maîtres du régime, propulse inexorablement le pays vers la logique de confrontation. Une guerre déclarée dont personne ne sait quel en est la véritable raison. Des troubles inutiles et incompris sciemment fomentés un peu partout.  En face, l’opinion publique, des acteurs pertinents de la société civile, les leaders des formations politiques principalement de l’opposition et même les prélats des Eglises, à l’instar de l’Eglise catholique apostolique romaine (ECAR) ou ceux des Eglises non affiliées au FFKM ne restent pas insensibles. Ils réagissent chacun dans leur propre camp. En fait, ils ne veulent pas rester indifférents et sont déterminés à manifester leur rejet aux dérives dictatoriales, répétées, de ces détenteurs de l’autorité d’Etat. Des tirs croisés, apparemment percutants, atteignent de plein fouet le centre de gravité du pouvoir. Ainsi, le régime doit faire face à une bataille rangée sur plusieurs fronts.Les catholiques, très…

A bout portant

AutoDiff