Publié dans Politique

Montée des eaux de la Sisaony - Avis de menace de danger dans la plaine de Tana

Publié le dimanche, 23 février 2020

Les pluies qui se sont abattues ces dernières 48 heures à Antananarivo ont laissé des séquelles. L'Autorité pour la protection contre les inondations de la plaine d'Antananarivo ou APIPA a indiqué que la plaine d'Antananarivo, traversée par la rivière Sisaony est placée sous vigilance jaune, synonyme de menace de danger. Selon le bulletin d'annonce des crues dans la plaine d'Antananarivo  rendu public hier dimanche à 17 h, par cette entité, à l'échelle d'Ampitatafika, le niveau de la Sisaony est de 3,00 m.

Le niveau monte et montera durant les prochaines 12 heures. La cote de vigilance de menace de danger (jaune) de 2,50 m est dépassée. La cote de vigilance de danger déclaré (rouge) à cette station est de 4,00 m. Les niveaux d'alerte sont, pour information, classées en trois catégories, à savoir, « pas de vigilance », « vigilance jaune : menace de danger » et « vigilance rouge : Danger déclaré ». A l'échelle d'Andramasina, le niveau de la Sisaony est de 1,65 m. Le niveau baisse mais son évolution dépendra de la pluviométrie. La menace concernerait ainsi les Communes de Tsiafahy, Bongatsara, Antanety, Ampahitrosy, Soalandy, Ampanefy, Soavina, Anosizato Andrefana, Ampitatafika, Ambavahaditokana, Fenoarivo, Itaosy, Ambohitrimanjaka, Fiadanana, Ampangabe.

En ce qui concerne la rivière Ikopa, le niveau de l'eau est en train de monter et devrait monter durant les prochaines heures. A l'échelle d'Antelomita, le niveau de l'Ikopa est de 1,60 m. A celui d'Ambohimanambola, il est de 2,15.  A l'échelle de Bevomanga, le niveau de l'Ikopa est de 2,75 m. L'APIPA précise que la cote de vigilance de menace de danger (jaune) à cette station est de 4,00 m. Le niveau de la Mamba est de 1,82 m à l'échelle d'Ambohidroa. Le niveau monte.

Recueillis par L.A.

 

Fil infos

  • Intervention télévisée du Président Andry Rajoelina - Les dates des examens officiels fixées - Reprise du « Tosika fameno » - Poursuite du confinement dans la Région d'Analamanga
  • Entrées illicites des frontières malagasy - 3 boutres refoulés vers Mayotte
  • Centres de traitement du Covid-19 - Le Mining Business Center, le Palais des sports et le LTPA réquisitionnés
  • Bilan du premier semestre 2020 - Désespoirs et des espoirs !
  • Rapatriement des 193 millions de dollars - L’Etat malagasy sollicite la Banque mondiale
  • Prise en charge des malades du Covid-19 - L’Etat enclenche la vitesse supérieure !
  • Excès de zèle ou abus d’autorité ? - Des barrages tout aussi énervants qu’inutiles
  • Violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf - Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien
  • Etat de santé du Président malagasy - Andry Rajoelina va bien, merci !
  • Esclavagisme moderne, traite des personnes et travail des enfants - « Des pratiques inhumaines à éradiquer », dixit Andry Rajoelina

Editorial

  • Des actes de bravoure mais …
    Les Forces de la défense et de la sécurité impressionnent beaucoup ces derniers temps. L'Armée, à tout seigneur tout honneur, s'implique désormais dans l'œuvre de « pacification » du pays. La récente restructuration de fond touchant directement les trois unités qui la composent et la réorganisation générale des opérations sur terrain ainsi que les nouvelles dotations en appareils et en matériels de guerre sophistiqués propulse l'Armée vers des actes concrets. Dans le Sud et le Moyen-ouest, les soldats de l'Armée de terre et de l'air participent activement aux actions de ratissage des « dahalo » et cela grâce à la mise en œuvre de la Zone rurale prioritaire de sécurité (ZRPS).

A bout portant

AutoDiff