Publié dans Politique

Affaire CNAPS - L’IST de Raoul Arizaka Rabekoto maintenue

Publié le mardi, 11 février 2020

Le conseil d’Etat a tranché hier sur la demande de sursis à exécution déposée par Raoul Arizaka Rabekoto, ancien Dg de la CNAPS. Celui-ci est frappé depuis la semaine dernière d’une interdiction de sortie du territoire (IST) qu’il a jugé abusive d’où son initiative de saisir le conseil d’Etat. Dans son verdict d’hier, ce dernier a débouté l’ancien Dg de la CNAPS de sa demande, ce qui veut tout simplement dire, que la décision administrative l’interdisant de sortir en dehors des frontières de Madagascar est toujours maintenue. Cela démontre qu’une enquête au niveau de la Justice est en cours contre Raoul Arizaka Rabekoto et elle concernerait la gestion de la CNAPS.

 

D’ailleurs, selon les informations recueillies, c’est la CNAPS qui a déposé plainte contre  l’ancien Dg et c’est le pôle anti-corruption (PAC) qui a demandé l’IST pour le besoin de l’enquête certainement. Les observateurs avancent que les dossiers concernant l’ancien Dg de la CNAPS seraient très importants pour expliquer cette demande faite par le PAC auprès des autorités administratives. Etant magistrat, Raoul Arizaka Rabekoto n’est pas sans savoir ces démarches en pareille circonstance mais s’entête d’aller de l’avant pour montrer à ceux qui veulent le croire qu’il est victime d’un soi-disant harcèlement judiciaire. La campagne médiatique orchestrée ces derniers jours va d’ailleurs dans ce sens sans omettre le cursus professionnel de l’ancien Dg de la CNAPS. Et pourtant, celui-ci a été déjà interpellé  en 2018 par le conseil d’administration sur les placements financiers qu’il a  effectués ces cinq dernières années. Une demande qui pourrait signifier que les membres du conseil d’administration ont des doutes sur ces placements que les observateurs jugent à risque ou sans une sérieuse étude. Bien que les sportifs se sont réjouis de la construction du complexe sportif à Vontovorona par la CNAPS, d’autres s’indignent sur le coût total qui avoisinerait les 100 milliards de francs. Avec un tel placement dont le retour d’investissement risque d’être compromis, avec un taux de fréquentation en bas de l’échelle, on comprend aisément les doutes émis sur la gestion de Raoul Arizaka Rabekoto.

Il est faux de dire que « l’affaire Raoul », si on peut la qualifier ainsi, a une quelconque relation avec son élection à la tête de la fédération malagasy de football (FMF) et certainement n’aura pas d’impact sur celle-ci comme veulent le faire croire certains. Afin d’esquiver cette affaire qui plane sur sa tête et amadouer les fans du ballon rond Raoul Arizaka Rabekoto crie sur le toit son objectif de mener la sélection nationale au Mondial 2022. C’est l’objectif de tous et non de lui seul et que tout le monde va se donner les mains pour l’atteindre avec ou sans Raoul à la tête de la FMF. Le fait d’être à la tête d’une association sportive n’exempte en aucun cas une personne d’une poursuite judiciaire ni encore moins de l’interdire de sortir du territoire national.

La rédaction 

Fil infos

  • Remède contre le COVID-19 - 6 000 boîtes d’hydroxychloroquine remis à l’Etat malagasy par la fondation Axian
  • Faits sociaux - Des Antananariviens défient le Covid-19
  • Traitement du coronavirus - Un médicament à l’essai à Madagascar
  • Lutte contre le Coronavirus - Didier Ratsiraka cède sa pension aux hôpitaux
  • Pour contribuer à la lutte contre le COVID-19 - Les médecins libres réclament l'autorisation de prescrire l'hydroxychloroquine
  • Risque de contamination carcérale par le COVID-19 - La décongestion des prisons comme option
  • Coronavirus à Madagascar - 07 personnes guéries
  • FFKM - Appel au respect du confinement par son président
  • Confinement - L’Etat doit taper du poing sur la table
  • Marc Ravalomanana - Récupération politique en pleine crise sanitaire

La Une

Editorial

  • A plein régime
    Désormais, la Haute Cour de Justice (HCJ) fonctionne à plein régime. En effet, après la prestation de serment des députés désignés, le mardi 21 janvier 2020, les onze membres de la HCJ sont au grand complet et pourront effectivement entamer leur mission. D'emblée, il s'agit là d'un coup de poker du régime IEM de Rajoelina Andry Nirina. Le pari annoncé de vouloir éradiquer jusqu'à la racine l'impunité entre dans sa phase décisive.  

A bout portant

AutoDiff