Publié dans Politique

Marc Ravalomanana - Eternel mauvais perdant !

Publié le vendredi, 29 novembre 2019

Le parti Tiako I Madagasikara (TIM) est battu dans ses principaux fiefs, la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA) et la Commune Urbaine d’Antsirabe (CUT). Une indigestion pour le président de ce parti, Marc Ravalomanana, qui se comporte actuellement comme un enfant mauvais perdant.
Les résultats des élections communales et municipales commencent à se clarifier. Les électeurs ont offert leur confiance aux candidats de l’IRD. La Capitale et la Ville d’eaux ne font pas exception. Les électeurs tananariviens et antsirabéens ont voté pour les candidats orange. A Antananarivo, Naina Andriantsitohaina est en tête de liste tandis qu’à Antsirabe, Dr Unoh mène la danse. La mainmise du parti TIM sur ces localités est révolue actuellement. Ces élections communales et municipales ne manqueront pas de se refléter sur le paysage politique malagasy. Désormais, le parti adoubé à Madagascar est le MAPAR. S’en est fini pour le parti de l’ancien Président de la République Marc Ravalomanana. Outre ses lieutenants qui commencent à quitter le navire, il a été lâché par ses électeurs durant ces élections. Les défaites de ses candidats dans la CUA et la CUT constituent des gifles pour celui-ci, des gifles qu’il n’oubliera pas de sitôt, même pendant sa retraite politique. S’il en a la sagesse de prendre une retraite politique. A travers une déclaration télévisée hier, cet ancien maire de la Capitale incite ses partisans à récolter les preuves d’irrégularités à cette élection de mercredi dernier et de les déposer à leur QG. 

Mais créer des troubles postélectoraux pour faire tache d’huile sur la légitimité des élus est tout autre. Pourquoi se comporter en mauvais perdant alors qu’il se targue d’être démocrate. Dans l’exercice du vote, concéder une victoire renforce la démocratie. Ce n’est pas la première fois que le parti de Ravalomanana procède à de telles supputations. Tout le monde se souvient qu’au lendemain du 2e tour des élections présidentielles, l’équipe de Ravalomanana a crié haut et fort à une fraude massive et a menacé de ne pas reconnaître les résultats. Et à la veille de la proclamation officieuse de la CENI, elle exigeait une confrontation des Pv. Demande exaucée par la CENI mais c’est finalement les demandeurs qui avaient fait faux bond après qu’aucun incident majeur n’a été constaté à l’issue de la première vague de confrontation. Les observateurs sont habitués à cet effet d’annonce de Ravalomanana dont les défaites successives de lui-même et de son parti ces derniers temps restent encore en travers de la gorge.
Par contre le candidat TIM à Antsirabe a offert une belle leçon de démocratie. Guy Rivo Randrianarisoa a reconnu en effet sa défaite dès le lendemain de l’élection. Jeudi dernier, il a fait un post sur sa page facebook. « J’ai perdu selon les résultats provisoires. Je respecte les résultats et le choix des électeurs quoi qu’il advienne. Cela ne m’empêchera pas de travailler et œuvrer pour le bien d’autrui », a-t-il publié. Un post loué par le député Rossy qui félicite « l’esprit républicain » de cet ancien député. Dans toutes les situations, et surtout en période électoral, les politiciens doivent avant tout se comporter en tant qu’Homme d’Etat et non en tant qu’homme de pouvoir. Les résultats actuels ne sont que provisoires. La CENI envisage d’annoncer les résultats provisoires des 1 695 Communes du pays vers mi-décembre. Les tribunaux administratifs auront jusqu’à mi-janvier pour annoncer les résultats définitifs. L’année à venir commencera  avec de nouveaux élus qui exécuteront leurs promesses de campagne, et ce avec une collaboration étroite avec le pouvoir central pour le développement durable des communes et de la population.
Boaza

Fil infos

  • Intervention télévisée du Président Andry Rajoelina - Les dates des examens officiels fixées - Reprise du « Tosika fameno » - Poursuite du confinement dans la Région d'Analamanga
  • Entrées illicites des frontières malagasy - 3 boutres refoulés vers Mayotte
  • Centres de traitement du Covid-19 - Le Mining Business Center, le Palais des sports et le LTPA réquisitionnés
  • Bilan du premier semestre 2020 - Désespoirs et des espoirs !
  • Rapatriement des 193 millions de dollars - L’Etat malagasy sollicite la Banque mondiale
  • Prise en charge des malades du Covid-19 - L’Etat enclenche la vitesse supérieure !
  • Excès de zèle ou abus d’autorité ? - Des barrages tout aussi énervants qu’inutiles
  • Violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf - Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien
  • Etat de santé du Président malagasy - Andry Rajoelina va bien, merci !
  • Esclavagisme moderne, traite des personnes et travail des enfants - « Des pratiques inhumaines à éradiquer », dixit Andry Rajoelina

Editorial

  • Des actes de bravoure mais …
    Les Forces de la défense et de la sécurité impressionnent beaucoup ces derniers temps. L'Armée, à tout seigneur tout honneur, s'implique désormais dans l'œuvre de « pacification » du pays. La récente restructuration de fond touchant directement les trois unités qui la composent et la réorganisation générale des opérations sur terrain ainsi que les nouvelles dotations en appareils et en matériels de guerre sophistiqués propulse l'Armée vers des actes concrets. Dans le Sud et le Moyen-ouest, les soldats de l'Armée de terre et de l'air participent activement aux actions de ratissage des « dahalo » et cela grâce à la mise en œuvre de la Zone rurale prioritaire de sécurité (ZRPS).

A bout portant

AutoDiff