Publié dans Politique

Marc Ravalomanana et les élections - Comme si le temps s’était arrêté en 2001

Publié le jeudi, 07 novembre 2019

C’est sous le même look que lors de  la présidentielle de décembre 2001 (chemise cravate, veste négligemment jetée sur l’épaule et sourire de pub pour dentifrice) et accompagné du même hymne (celui chanté par la chanteuse Bodo) que Marc Ravalomanana apparaît lors de ses sorties pour le soutien de son candidat à la Mairie d’Antananarivo,… Si ce n’étaient les outrages de l’âge déjà bien visibles sur son physique, on croirait voir le maire de la Capitale d’il y a 18 ans qui était parti à l’assaut de la magistrature suprême du pays.
A cette époque, les ingrédients suscités se sont avérés payants et c’est sans doute l’une des raisons pour laquelle, lors des élections ultérieures qui se sont succédé et auxquelles le TIM a pris part, ils continuent à être exhumés des placards. A tort, visiblement, puisque depuis la chute de son fondateur en 2009, ce parti n’a cessé d’essuyer déboires sur déboires en matière électorale.

Marc Ravalomanana, conseillé dit-on par des spécialistes en communication américains, avait adopté ce look en 2001, lorsqu’il s’est présenté à la présidentielle face à Didier Ratsiraka et l’a gardé en 2006,  quand il était candidat à sa propre succession. Depuis, à chaque rendez-vous électoral,  l’homme ne trouve rien de mieux que de repasser systématiquement le même visuel, ainsi que de remettre au goût du jour l’hymne interprété par la chanteuse  Bodo.Est-ce par pur fétichisme que Marc Ravalomanana tient absolument à garder les mêmes recettes de ses victoires passées ou serait-il à court de moyens, au point de ne plus pouvoir donner un coup de neuf à ses campagnes électorales? Nul ne le sait. Toujours est-il que, pour les élections municipales de 2019 notamment pour ce qui concerne la Capitale, sortir du réchauffé n’est pas le meilleur moyen d’attirer les voix de l’électorat jeune, toujours à l’affut de nouveautés et friand d’innovation, celui-là même sur lequel le candidat-maire du TIM compte pourtant pour faire la différence.
Hery Mampionona

Fil infos

  • Explications du MEN sur l’achat de bonbons sucettes - « Les 8,4 milliards d’ariary seront réaffectés à d’autres priorités »
  • Débat autour du Kianja Masoandro - Un bol d’air frais pour la France
  • Analanjirofo - Décès du chef de Région par intérim
  • Crise sanitaire - Un parfum de récupération politique dans l’air !
  • Ministère de l’Education nationale - 8 milliards d’ariary dépensés pour l’achat … de bonbons !
  • Roland Ratsiraka - La manœuvre machiavélique d’un politicien déchu
  • Coronavirus - Les législations autorisent des prises d'initiatives locales  
  • Appel de Andry Rajoelina à Toamasina - « Si chacun prend ses responsabilités, nous maîtriserons cette épidémie »
  • Covid-19 - Pas de cadavres ramassés à Toamasina
  • Défilé du 26 juin sur l’avenue de l’Indépendance - Le régime renoue avec la célébration des années 70 et 90

La Une

Editorial

  • Face-à-face mitigé
    La Session ordinaire des deux Chambres du Parlement bat son plein. Comme le stipule le texte fondamental, la première session se consacre essentiellement à l’examen et à l’adoption de la Loi de finances rectificative (LFR) de l’exercice budgétaire en cours et aux présentations des rapports d’activité de l’Exécutif devant le Parlement avec en toile de fond dominant le traditionnel face-à-face qui, au fil du temps, se transforme en « bras de fer » mettant aux prises élus du peuple et membres du Gouvernement.  

A bout portant

AutoDiff