Publié dans Politique

Echauffourées à Ambohitrimanjaka - Le gendarme blessé toujours entre la vie et la mort

Publié le lundi, 21 octobre 2019

L’état du gendarme stagiaire gravement blessé à l’issue de son agression par des émeutiers anti-Tana Masoandro, jeudi dernier à Ambohitrimanjaka, reste stationnaire. C’est du moins ce qu’a avancé une information de la Gendarmerie. Cependant, une source hospitalière de l’HJRA parle d’une très légère amélioration de l’état de la victime. D’après la directrice d’établissement, la professeure Olivia Rakoto Alison, la victime qui est admise au service de la réanimation médicale, a retrouvé sa faculté psychomotrice mais son état reste stationnaire. « On a dû lui faire une ponction pour enlever un caillot de sang mais aussi pratiquer une mini-ouverture sur le crâne pour réduire la pression liée à un traumatisme sévère », explique-t-elle.

 

Sur les quatre autres gendarmes victimes, l’un d’eux a souffert d’une fracture à la jambe. Ces derniers sont actuellement tirés d’affaire par rapport à leur premier compagnon. Là encore, le secrétaire d’Etat à la Gendarmerie n’a pu s’empêcher d’adresser ses remerciements au personnel médical de l’HJRA.

La victime qui travaille en tant que stagiaire au sein du groupement de Gendarmerie d’Analamanga, a été élevée au rang de gendarme de 2e classe et il aura une prime de bravoure. Le SEG a parlé aussi d’une agression en réunion pour qualifier l’affaire. Un habitant d’Ambohitrimanjaka figure parmi aussi les blessés. Ce dernier a eu également une fracture en faisant une chute lorsqu’il a voulu prendre la fuite au plus fort moment des échauffourées.

Depuis février dernier, des primes de bravoure et des bonifications d’ancienneté en port de grade ainsi que des avancements exceptionnels ont été accordés aux gendarmes considérés comme les plus courageux

Parallèlement à cela, les 10 personnes impliquées dans son agression ont été déférées au Parquet d’Anosy, hier. Tard dans la soirée, l’audition des suspects par le juge d’instruction  s’est encore poursuivie, selon une source auprès de la section de recherche  criminelle de la Gendarmerie. Après leurs arrestations par le groupement d’Analamanga jeudi soir, la SRC de Fiadanana a alors pris la relève pour l’enquête préludant à ce déferrement d’hier soir.

Franck R.

Fil infos

  • Vague de limogeage à la JIRAMA - La Direction générale fait fausse route
  • Mairie d'Antananarivo - Des sénateurs appellent à voter pour Naina Andriantsitohaina
  • Accident mortel de la circulation - Le MD automatique, une aberration
  • Corruption et détournements - Un ministre de la Transition et deux ministres HVM devant la Haute Cour de Justice
  • Naina Andriantsitohaina - « Il est temps de penser à la population »
  • Problème d’électricité et de distribution d’eau - Ras-le-bol de la population
  • Andry Rajoelina à Morondava - Réouverture imminente de la SUCOMA
  • « Manina anao ‘nge aho » - Un titre de Dadah Rabel à ressusciter
  • Secteur de l’artisanat - Une carte professionnelle numérique pour les artisans
  • Débat sur les communales à Tana - Naina Andriantsitohaina gagne des points

Editorial

  • Maudits délestages !
    Les coupures d’eau et d’électricité reviennent au galop. Supposées être disparues dans les travées de la vie quotidienne des Malagasy, elles réapparaissent. Tel un oiseau de mauvais augure, les coupures intempestives ne présagent, en rien, un avenir meilleur et elles continuent de sévir durement. Décidément, les délestages s’acharnent sur nous, aveuglément et sans distinction, et créent des vagues de révolte. A l’allure où vont les choses, le risque d’explosion sociale est à craindre. Les souvenirs douloureux des périodes sombres du régime HVM hantent les esprits. Les pauvres usagers n’en peuvent plus. On aurait l’impression que le courroux des dieux s’abat sur le pays.

A bout portant

AutoDiff