Publié dans Politique

Election municipale à Antananarivo - La course à la mairie au masculin

Publié le lundi, 23 septembre 2019

Le successeur de Lalao Ravalomanana à la tête de la Commune urbaine d'Antananarivo sera un homme. Sur les 5 postulants, aucune femme ne figure donc en liste sur la ligne de départ de la course à la mairie d'Antananarivo. Dans cette liste figure notamment Faniry Alban Rakotoarisoa (APM), Feno Harison Andriajoelina (Indépendant), Tahiry Ny Riana Andriamasinoro (TIM), Naina Andriantsitohaina (Isika rehetra miaraka amin'i Andry Rajoelina) et Eliace Ralaiarimanana (Indépendant).

 

Contrairement à l'élection municipale de 2015 qui avait enregistré la participation de cinq femmes, la réalité est donc tout autre cette année 2018 à Madagascar. En 2015, la parité homme/ femme avait été respectée. Sur les 10 candidats en course à la mairie, la moitié était des représentantes de la gent féminine. Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo, Harilala Ramanantsoa, Lalao Ravalomanana, Lalatiana Ravololomanana, Nicole Véronique Rajerison, étaient dans les starting- blocks lors de la dernière course à la mairie de la municipalité d'Antananarivo.

Quatre ans plus tard, aucune femme n'a osé se porter candidate à la mairie de la municipalité d'Antananarivo. Et pourtant, les conditions d'éligibilité énoncées dans les textes électoraux sont conformes autant pour les hommes que les femmes. Pourquoi aucune femme ne s'est intéressée à ce poste? Se sentent-elles incompétentes? Où sont-elles incapables financièrement ? Ces questions restent sans réponses. Notons que, depuis l'indépendance jusqu'à ce jour, la ville d'Antananarivo n'a eu qu'une seule femme comme maire en la personne de Lalao Ravalomanana de 2015 à 2019. Pour la prochaine mandature, les Tananariviens n'auront pas pour le moment la chance d'être dirigés par une femme.

Dans d'autres anciens chefs-lieux de province, la situation est similaire à Antananarivo. La Commission électorale nationale indépendante devra publier incessamment la liste officielle des candidats retenus, conformément à la loi électorale en vigueur à Antananarivo. Sauf erreur et sauf changement, aucune candidature féminine n'a été enregistrée dans les Communes urbaines d'Antsiranana I, de Mahajanga I, de Toamasina I et de Toliara I.  La Commune urbaine de Fianarantsoa est la seule à ressortir du lot avec deux candidatures féminines enregistrées.  Pour quelques observateurs, il s'agit d'une reculade. Une preuve supplémentaire que le chantier de la participation politique des femmes dans le pays est vraiment énorme, qu'il y a fort à faire pour renverser la tendance ou convaincre même les concernées à monter au créneau.

Recueillis par Lalaina A.

Fil infos

  • Ny Rado Rafalimanana - Le MAE se réserve le droit de porter plainte
  • Pédophilie - Un ex-membre du staff des Barea emprisonné !
  • Libération du député « Leva » - Des magistrats de Toliara au cœur d’une enquête
  • Corruption - Hausse des doléances contre les hauts fonctionnaires
  • Ny Rado Rafalimanana à Ambatondrazaka - La dernière filouterie
  • Ny Rado Rafalimanana - Pris en flagrant délit d'usurpation de titre
  • Rovan'Antananarivo - Réhabilitation assurée d'ici le 26 juin !
  • Député Razafindrazalia - Remise en liberté provisoire mais...
  • Décentralisation - Nomination de deux nouveaux gouverneurs
  • Escroquerie, faux et usage de faux, usurpation de fonction - Fleury Rakotomalala condamné à 5 ans de prison ferme et plus de 1,2 milliard de DI

Editorial

  • A plein régime
    Désormais, la Haute Cour de Justice (HCJ) fonctionne à plein régime. En effet, après la prestation de serment des députés désignés, le mardi 21 janvier 2020, les onze membres de la HCJ sont au grand complet et pourront effectivement entamer leur mission. D'emblée, il s'agit là d'un coup de poker du régime IEM de Rajoelina Andry Nirina. Le pari annoncé de vouloir éradiquer jusqu'à la racine l'impunité entre dans sa phase décisive.  

A bout portant

AutoDiff