Publié dans Politique

Mairie d’Antananarivo - La ridicule reconquête de Marc Ravalomanana

Publié le mardi, 10 septembre 2019

C’est officiel ! Marc Ravalomanana brigue bel et bien le poste de maire d’Antananarivo pour les prochaines élections municipales et communales en novembre prochain. Le « Rodoben’ny Mpanohitra ho an’ny Demokrasia eto Madagasikara » (RMDM) a annoncé sa candidature lors d’une conférence de presse dans la matinée d’hier. Notons que le concerné ne s’est jusqu’ici pas prononcé sur cette candidature. La confirmation ou non de cette candidature interviendra demain, jour de clôture du dépôt des candidatures auprès des Organes de vérification et d’enregistrement des candidatures pour les communales. Une candidature qui serait à la fois téméraire et ridicule dans la mesure où il souhaite succéder à sa propre épouse dont le bilan est plus que négatif. Faut – il encore rappeler la décadence de la ville des mille depuis l’arrivée de l’ancienne première Dame à l’Hôtel de ville. Amoncellement d’ordures, gabegie dans la circulation et dans la gestion des marchands ambulants, magouilles en tout genre et vente illicite des patrimoines de la ville, aménagement catastrophique de tous les marchés transformés en box commerciaux à chaque recoin, etc. Le passage de la famille Ravalomanana a fait beaucoup de bruit mais dans le mauvais sens du terme.A se demander si la Capitale malagasy est vraiment  condamnée à subir les manœuvres sournoises  des Ravalomanana et  consorts. Quoi qu’on dise, l’échec de Lalao Ravalomanana est aussi l’échec de Marc Ravalomanana puisque ce fut l’ancien président même qui a fait la propagande de sa femme. Une propagande qui s’est avérée mensongère puisque la promesse en vue de l’aide des bailleurs de fonds n’aura été qu’une illusion. D’après les explications des membres du RMDM, le statut de Marc Ravalomanana en tant que leader de l’opposition lui confère le statut de candidat légitime pour briguer de poste de maire d’Antananarivo. Un calcul politique déplorable qui fait abstraction de toute perspective de développement de la Capitale.


 Nouveau piège ?
 20 après son élection en tant que premier magistrat de la ville d’Antananarivo en 1999, le fondateur du parti « Tiako i Madagasikara » ne renonce pas au pouvoir. Cette fois – ci, il semble vouloir se défaire de son image de leader déchu du TIM pour se faire entendre en tant que chef de file de l’opposition. Loin des moments de gloire de son parti, il risque gros en s’aventurant dans cette nouvelle expérience.  D’ailleurs, il devra trouver des arguments autres que ses prétendus relations avec les bailleurs de fonds internationaux pour pouvoir à nouveau mettre les électeurs tananariviens dans ses filets. Sa fameuse « sioka tokana » pour appeler les partenaires financiers n’a pas eu l’effet escompté et a même conduit à la perte de tous ceux qui ont « voté » pour lui à travers son épouse.  Malgré tout, l’ancien exilé d’Afrique du Sud souhaite à tout prix rester sous les feux des projecteurs quitte à basculer de nouveau vers le statut de maire d’Antananarivo. Face à ce nouveau… piège, il reste à savoir si les électeurs tananariviens joueront encore le jeu ou au contraire feront preuve de grande lucidité car il est clair que la solution pour Antananarivo n’est  nullement entre les mains des  Ravalomanana !
 La Rédaction

Fil infos

  • Lutte contre la corruption - Madagascar sur la voie de la coopération judiciaire internationale
  • Gouverneurs des banques centrales de la SADC - La première réunion à Antananarivo
  • Mise en œuvre de l’éducation physique de qualité - L’Afrique honore le Président Rajoelina
  • Candidature de Naina Andriantsitohaina - Un écho favorable de tous bords
  • Transport illégal de ressources minières - Un kilo d’or et 255 g de saphir saisis à Ivato
  • Non candidature à la mairie de Tana - Marc Ravalomanana trahit ses partisans
  • Candidat à l’élection municipale - Naina Andriantsitohaina, le sauveur d’Antananarivo !
  • Élection municipale - Le TIM humilié à Tana
  • Andohalo - Un voleur  de poule lynché par les riverains
  • Visite du Pape François - Le Président Rajoelina remercie le peuple malagasy

Editorial

  • Un challenger favori
    Maintenant c’est connu. L’IRD a choisi de placer en orbite un brillant opérateur économique de la place, Naina Andriantsitohaina, pour l’élection communale du 27 novembre à Antananarivo. En poste au ministère des Affaires étrangères en tant que ministre du Gouvernement Ntsay Christian II et III, Naina, pour les intimes, fait partie de la race des « entrepreneurs modernes » qui tentent de conjuguer la politique avec l’économie mais attention avec prudence. C’est un homme nouveau du microcosme politique local que la plateforme présidentielle mise pour rafler la cagnotte. Capitaine d’industrie, à la tête du Groupe Andriantsitohaina qu’il a hérité de son  grand-père, le patriarche Josoa Andriantsitohaina, et de son illustre père Jean-Charles Andraintsitohaina, Naina a pris la suite de l’empire en 2009 du vivant de son père. L’opérateur Naina Andriantsitohaina gère, à la fois quatre unités industrielles : l’imprimerie NIAG, l’usine de produits chimiques Prochimad, l’organe de presse Ultima-Média et la Banque BMOI…

A bout portant

AutoDiff