Publié dans Politique

Participation aux élections - Le KMF – CNOE fustige l’inertie des partis politiques

Publié le lundi, 09 septembre 2019

Ils sont près de 125 partis politiques à être légalement constitués et enregistrésau niveau du ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation. Pourtant, la grande partie d’entre eux ne présente pas de candidat à chaque élection.Ce fut le cas, par exemple, lors des dernières élections législatives pendant lesquelles le nombre des candidats qui se sont présentés en tant qu’indépendants a augmenté. Le même scénario risque encore de se reproduire pour les prochains scrutins communaux puisque les candidats des formations politiques se comptent encore sur les doigts.

Une situation qui est vivement dénoncée par le KMF – CNOE (Comité national d’observation des élections), lors d’une intervention médiatique hier. En effet, la participation à toutes les élections doit être l’une des raisons d’être des partis politiques. A se demander si la majorité des partis ont peur des élections ou ne sont tout simplement pas assez forts pour affronter les urnes ?

Selon l’article 02 de la loi n°2011 – 012 relative aux partis politiques, un parti politique désigne « tout groupement de citoyens ayant en commun un projet de société, partageant la même idéologie et poursuivant les mêmes objectifs, aux fins de défendre  et de mettre en œuvre un programme politique pour le développement socio – économique et culturel de la nation par l’exercice de la représentation au sein des différentes institutions au niveau local, régional, provincial et national ».

« Faillite idéologique »

Le même article stipule également qu’une formation politique « concourt à la formation de la volonté politique, à l’expression du suffrage universel et à l’exercice du pouvoir (…) à travers la participation aux élections, l’éducation civique et politique (…)». En somme, en s’abstenant de participer aux élections, une formation politique annihile sa vocation première. La création d’un parti devient alors un simple prétexte pour exister ou surenchérir dans le monde politique.

Interrogé sur le sujet, l’analyste et non moins fondateur du parti humaniste et écologique de Madagascar, Toavina Ralambomahay affirme que « le vrai problème est le désengagement politique du citoyen c’est-à-dire qu’il n’adhère à une quelconque entité et ne vote plus ». Selon lui, les citoyens sont insatisfaits des partis politiques existants. Cet auteur de l’ouvrage « pourquoi les malgaches ne s’engagent – ils pas ? », parle même d’une « faillite idéologique ». Faut – il rappeler qu’outre les deux principales formations politiques en compétition à chaque scrutin ces derniers temps, c’est-à-dire le TIM et le MAPAR, aucun autre parti ne se démarque réellement dans la sphère politique en ce moment.

Sandra R.

Fil infos

  • Lutte contre la corruption - Madagascar sur la voie de la coopération judiciaire internationale
  • Gouverneurs des banques centrales de la SADC - La première réunion à Antananarivo
  • Mise en œuvre de l’éducation physique de qualité - L’Afrique honore le Président Rajoelina
  • Candidature de Naina Andriantsitohaina - Un écho favorable de tous bords
  • Transport illégal de ressources minières - Un kilo d’or et 255 g de saphir saisis à Ivato
  • Non candidature à la mairie de Tana - Marc Ravalomanana trahit ses partisans
  • Candidat à l’élection municipale - Naina Andriantsitohaina, le sauveur d’Antananarivo !
  • Élection municipale - Le TIM humilié à Tana
  • Andohalo - Un voleur  de poule lynché par les riverains
  • Visite du Pape François - Le Président Rajoelina remercie le peuple malagasy

Editorial

  • Un challenger favori
    Maintenant c’est connu. L’IRD a choisi de placer en orbite un brillant opérateur économique de la place, Naina Andriantsitohaina, pour l’élection communale du 27 novembre à Antananarivo. En poste au ministère des Affaires étrangères en tant que ministre du Gouvernement Ntsay Christian II et III, Naina, pour les intimes, fait partie de la race des « entrepreneurs modernes » qui tentent de conjuguer la politique avec l’économie mais attention avec prudence. C’est un homme nouveau du microcosme politique local que la plateforme présidentielle mise pour rafler la cagnotte. Capitaine d’industrie, à la tête du Groupe Andriantsitohaina qu’il a hérité de son  grand-père, le patriarche Josoa Andriantsitohaina, et de son illustre père Jean-Charles Andraintsitohaina, Naina a pris la suite de l’empire en 2009 du vivant de son père. L’opérateur Naina Andriantsitohaina gère, à la fois quatre unités industrielles : l’imprimerie NIAG, l’usine de produits chimiques Prochimad, l’organe de presse Ultima-Média et la Banque BMOI…

A bout portant

AutoDiff