Publié dans Politique

Elections communales et municipales - Les candidatures déposées au compte-gouttes

Publié le vendredi, 06 septembre 2019

Les candidats, aux élections jumelées communales et municipales du 27 novembre prochain, viennent timidement déposer leurs candidatures au niveau des Organes de vérification et d'enregistrement des candidatures (OVEC) de la Grande île. Les consignes politiques seraient l'une des causes.

 

Ouverte le 29 août dernier, la réception des candidatures pour les élections communales et municipales sera clôturée le 12 septembre prochain, soit dans six jours.  Hier, 6 septembre, seuls 27 dossiers de candidatures aux 1695 postes de maires ont été déposés dans l'ensemble des 114 OVEC de la Grande île, selon les précisions du vice-président de la Commission électorale nationale indépendante, Thierry Rakotonarivo, au cours d'une conférence de presse, hier à Alarobia. 25 se lancent dans la course en tant qu'indépendants tandis que 2 seulement se présentent sous la bannière de partis politiques.  Une seule candidature a été enregistrée à Antananarivo, la Capitale. 4 dossiers de candidatures pour être conseillers municipaux ou communaux ont été enregistrés. Trois sont indépendants et l'un au nom d'un parti politique. Dans de nombreuses Régions aucune candidature n'a été enregistrée entre autres, Bongolava, Itasy, Diana, Amoron'i Mania, Atsimo Atsinanana, Sofia, Alaotra Mangoro ou encore Anosy.

Les candidats ont la culture d'attendre le dernier moment.  Cela pourrait expliquer leur attentisme. Les difficultés logistiques éprouvées par certains candidats à boucler leurs dossiers sont également évoquées pour expliquer ce nombre peu élevé de dossiers déposés auprès des OVEC. Thierry Rakotonarivo précise que les maires et leurs adjoints peuvent procéder aux légalisations de signatures. La trêve papale est également évoquée comme raison par des candidats. Certaines entités fermeraient en effet leurs portes pour cause de visite papale. Pour ne pas constituer un blocage, le vice-président de la CENI invite les fokontany, les communes, les services auprès des impôts et auprès des tribunaux à mettre en place des services minimums jusqu'à la clôture de la réception des dossiers de candidatures.  D'autres causes sont aussi mentionnées. Les candidats et les partis se regardent en chien de faïence, guettant ceux des adversaires pour définir les leurs. Les difficultés qu'ont les grosses écuries politiques à désigner leurs porte-étendards figurent également parmi les raisons qui reviennent le plus souvent.

La Rédaction

Fil infos

  • Lutte contre la corruption - Madagascar sur la voie de la coopération judiciaire internationale
  • Gouverneurs des banques centrales de la SADC - La première réunion à Antananarivo
  • Mise en œuvre de l’éducation physique de qualité - L’Afrique honore le Président Rajoelina
  • Candidature de Naina Andriantsitohaina - Un écho favorable de tous bords
  • Transport illégal de ressources minières - Un kilo d’or et 255 g de saphir saisis à Ivato
  • Non candidature à la mairie de Tana - Marc Ravalomanana trahit ses partisans
  • Candidat à l’élection municipale - Naina Andriantsitohaina, le sauveur d’Antananarivo !
  • Élection municipale - Le TIM humilié à Tana
  • Andohalo - Un voleur  de poule lynché par les riverains
  • Visite du Pape François - Le Président Rajoelina remercie le peuple malagasy

Editorial

  • Un challenger favori
    Maintenant c’est connu. L’IRD a choisi de placer en orbite un brillant opérateur économique de la place, Naina Andriantsitohaina, pour l’élection communale du 27 novembre à Antananarivo. En poste au ministère des Affaires étrangères en tant que ministre du Gouvernement Ntsay Christian II et III, Naina, pour les intimes, fait partie de la race des « entrepreneurs modernes » qui tentent de conjuguer la politique avec l’économie mais attention avec prudence. C’est un homme nouveau du microcosme politique local que la plateforme présidentielle mise pour rafler la cagnotte. Capitaine d’industrie, à la tête du Groupe Andriantsitohaina qu’il a hérité de son  grand-père, le patriarche Josoa Andriantsitohaina, et de son illustre père Jean-Charles Andraintsitohaina, Naina a pris la suite de l’empire en 2009 du vivant de son père. L’opérateur Naina Andriantsitohaina gère, à la fois quatre unités industrielles : l’imprimerie NIAG, l’usine de produits chimiques Prochimad, l’organe de presse Ultima-Média et la Banque BMOI…

A bout portant

AutoDiff