Publié dans Politique

Nicolas Dupuis incertain, stade de Mahamasina compromis - Les Barea mal barrés

Publié le mercredi, 04 septembre 2019

Plaisanterie de mauvais goût. Le nouveau président de la Fédération Malagasy de football (FMF), Raoul Arizaka Rabekoto, a très mal choisi le moment de faire de l’humour avec les journalistes. Du moins, si l’on tient pour vrai son explication selon laquelle c’était juste pour plaisanter qu’il avait feint de ne pas connaître le coach de l’équipe nationale, Nicolas Dupuis, lors de sa première rencontre avec la presse, avant-hier, après sa prise de fonction à la tête du football malagasy,.  Dans tous les cas, bon nombre de supporters des Barea  -  lesquels ne sont pas seulement constitués par des férus du ballon rond  -  n’ont pas du tout digéré cet humour mal placé sur un sujet qui leur tient à cœur au plus haut point. Beaucoup d’entre eux sont convaincus  que le nouveau locataire  d’Isoraka avait bel et bien fait semblant de ne pas connaître Nicolas Dupuis, mais c’était pour signifier le peu de considération qu’il accorde à celui-ci, comme le confirme d’ailleurs la réponse à la question qui a été posée. « …hoatry ny olona rehetra » (comme monsieur tout le monde, traduction libre), s’est exprimé Raoul Arizaka Rabekoto au sujet de celui qui fut élu meilleur coach de la dernière Coupe d’Afrique des Nations (CAN), après avoir été élevé Chevalier de l’Ordre  national malagasy par le  Président de la République en exercice.  Tout ceci pour dire que la reconduction du contrat de Nicolas Dupuis à la tête des Barea est loin d’être évidente, pour ne pas dire incertaine, contrairement  à ce qu’espéraient les  millions de citoyens qui avaient suivi le périple au pays des pyramides de leur équipe nationale. La nouvelle équipe de la FMF, son président en tête, est-elle consciente qu’en remettant en cause le sélectionneur de l’équipe nationale malagasy, version CAN 2019, elle risque de se mettre à dos tout un peuple encore subjugué par cette grande première dans l’histoire du football du pays ? D’aucuns estiment qu’il s’agit là, de la part du nouveau président de la FMF, d’une susceptibilité mal placée par rapport à l’annonce faite par Andry Rajoelina, dès juillet 2019, de la poursuite de la collaboration avec Nicolas Dupuis.


A charge de revanche
Mais comme un malheur n’arrive jamais seul, l’une des perspectives qui avait mis le baume au cœur, pas seulement des footeux mais des sportifs en général, risque aussi d’être remise aux calendes grecques. «  Important mais pas prioritaire », c’est ainsi que les dirigeants de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) ont en effet qualifié le projet de réhabilitation du stade de Mahamasina, annoncé par le Président de la République dans la foulée de l’accueil des Barea, suite à leur mémorable prestation lors du dernier CAN.
Cette cinglante réplique, publiée le plus officiellement du monde par la cellule de Communication de la CUA (laquelle, décidément, est chargée des « basses besognes » ces derniers temps), fait suite à ce que l’équipe de la mairie de la Capitale considère comme une indélicatesse du pouvoir central  à son endroit, lorsque des émissaires de celui-ci se sont pointés inopinément au stade de Mahamasina pour une visite des lieux dans le cadre du projet suscité.  Tel qu’il est rédigé, le Communiqué de la Mairie, au lieu d’un simple rappel des procédures à suivre,  semble remettre en cause les travaux en eux-mêmes, du moins leur opportunité.   Mais la friction entre les deux entités,  CUA/pouvoir central, va encore monter de plusieurs crans lorsqu’un hélicoptère de l’Armée va survoler le stade au centre du litige, en vue d’un atterrissage forcé pour l’une, d’un exercice de simulation pour l’autre. Un autre cap est franchi avec l’interpellation de ceux qui ont relayé et interprété à leur manière ce fait, lesquels se trouvent être des  proches de la CUA. Il n’en faut pas plus pour que certains esprits mesquins au sein de cette dernière succombent à la tentation de compromettre le projet présidentiel suscité en lui mettant les bâtons dans les roues, juste à charge de revanche.  C’est dans cette atmosphère malsaine que les Barea attendent leurs prochains rappels pour les compétitions dans lesquelles ils sont engagés, à savoir le CHAN (Championnat d’Afrique des Nations) et les éliminatoires de la Coupe du monde 2022 au Qatar. Des Barea mal barrés avec un coach sur lequel plane un énorme point d’interrogation et un  temple de football encore à l’état de « champ de patates », aux dires de certaines équipes visiteuses, mais dont la réhabilitation ne doit pas être à l’ordre du jour pour certains.
 Hery Mampionona

Fil infos

  • Cavale rocambolesque - Raoul Rabekoto Arizaka en fuite à l'étranger
  • Développement à grande vitesse - La mentalité encore à la traîne !
  • HVM - De mauvais élèves donneurs de leçons
  • Restitution des îles éparses - La position de Madagascar reste inchangée
  • Montée des eaux de la Sisaony - Avis de menace de danger dans la plaine de Tana
  • Président Andry Rajoelina dans le Sud - Aides d'urgence et solutions durables contre le Kere
  • Ny Rado Rafalimanana - Les bluffs grossiers de l' « ambassadeur »
  • Reboisement - Christian Ntsay et son équipe s’y mettent !
  • Ludovic Adrien Raveloson - Le député déchu toujours en cavale
  • Haute Cour de Justice - Les premières mises en accusation attendues au mois de mai

La Une

Editorial

  • A plein régime
    Désormais, la Haute Cour de Justice (HCJ) fonctionne à plein régime. En effet, après la prestation de serment des députés désignés, le mardi 21 janvier 2020, les onze membres de la HCJ sont au grand complet et pourront effectivement entamer leur mission. D'emblée, il s'agit là d'un coup de poker du régime IEM de Rajoelina Andry Nirina. Le pari annoncé de vouloir éradiquer jusqu'à la racine l'impunité entre dans sa phase décisive.  

A bout portant

AutoDiff