Publié dans Politique

Exploitation de bois précieux - Levée des sanctions pour Madagascar

Publié le lundi, 26 août 2019

Depuis 2016,  la Convention sur le commerce international des espèces de faune et flore sauvages menacées d'extinction (CITES) a décidé de durcir les sanctions de Madagascar face à l'inertie du Gouvernement dans la lutte contre le trafic de bois de rose, en interdisant à 181 pays d'acheter ces ressources exploitées illicitement. Suite aux efforts déployés par les autorités depuis le début de l'année, une délégation malagasy a donc participé à la 18ème session de la Conférence des Parties de la  CITES et la 70ème réunion du comité permanent, qui a débuté le 17 août dernier, à Genève.

L'idée étant de lever partiellement l'embargo sur l'exploitation des bois précieux tels que le bois de rose, le bois d'ébène ou encore le palissandre. L'argumentation du secrétaire général du ministère de l'Environnement et du Développement durable a alors obtenu gain de cause. Effectivement, dans la décision sortie par la CITES hier, il n'est plus question de sanction pour Madagascar, juste des recommandations pour appuyer le pays dans la bonne gestion de ses ressources en bois précieux. « Le mot « sanction »  ne figure même pas dans cette nouvelle décision de la CITES. C'est déjà une bonne chose pour le pays, mais aussi pour nos artisans parce que c'est pour eux que nous avons tenu à apporter des modifications à l'interdiction de la CITES. Ce virement de bord promet alors des résultats positifs quant à notre demande », soutient avec enthousiasme une source auprès du ministère, contactée au téléphone hier. Aucun verdict n'a encore été rendu notamment par rapport à la demande en question. La CITES doit encore approfondir le sujet avant de pouvoir prendre une décision finale.

Tout au long de la séance plénière de la 18ème session de la Conférence des Parties de la  CITES, le pays a été félicité pour les efforts qu'il a entrepris, au cours des derniers mois, par plusieurs pays tels que la Chine, le Kenya ainsi que l'Union européenne. Ces derniers ont même affirmé leur volonté de soutenir la Grande île pour gérer au mieux cette filière.

Quota d'exportation

En tout cas, cette première décision sortie par la CITES a évoqué la possibilité d'élaboration d'un quota d'exportation de précaution. Mais pour cela, le pays devra continuer à identifier les principales espèces ayant une valeur commerciale des genres bois de rose et  bois d'ébène en collaboration avec le Secrétariat général du CITES et les partenaires concernés, tout en suivant à la lettre les recommandations de la CITES. « Pour chaque produit inscrit dans la liste de la CITES, un quota d'exportation est élaboré, d'où l'importance d'un recensement général des ressources concernées. Ce dernier va en effet permettre de définir la quantité de produit à exporter tout au long de l'année. Et cette quantité est ensuite répartie entre les opérateurs légaux de la filière. Pour notre cas, le recensement du tiers des stocks de bois de rose est plus ou moins rempli. Maintenant, il faut juste prouver à la CITES que Madagascar est engagé à préserver ses ressources naturelles », explique le ministère de l'Environnement et du Développement durable.

De ce fait, pour le moment, Madagascar ne compte pas faire du commerce sans disposer des capacités administratives suffisantes pour garantir la surveillance des forêts, avoir un bon contrôle des stocks et pouvoir contenir le risque d'exploitation illégale, trois principaux points de son plan d'action.

Rova Randria

Fil infos

  • Cavale rocambolesque - Raoul Rabekoto Arizaka en fuite à l'étranger
  • Développement à grande vitesse - La mentalité encore à la traîne !
  • HVM - De mauvais élèves donneurs de leçons
  • Restitution des îles éparses - La position de Madagascar reste inchangée
  • Montée des eaux de la Sisaony - Avis de menace de danger dans la plaine de Tana
  • Président Andry Rajoelina dans le Sud - Aides d'urgence et solutions durables contre le Kere
  • Ny Rado Rafalimanana - Les bluffs grossiers de l' « ambassadeur »
  • Reboisement - Christian Ntsay et son équipe s’y mettent !
  • Ludovic Adrien Raveloson - Le député déchu toujours en cavale
  • Haute Cour de Justice - Les premières mises en accusation attendues au mois de mai

La Une

Editorial

  • A plein régime
    Désormais, la Haute Cour de Justice (HCJ) fonctionne à plein régime. En effet, après la prestation de serment des députés désignés, le mardi 21 janvier 2020, les onze membres de la HCJ sont au grand complet et pourront effectivement entamer leur mission. D'emblée, il s'agit là d'un coup de poker du régime IEM de Rajoelina Andry Nirina. Le pari annoncé de vouloir éradiquer jusqu'à la racine l'impunité entre dans sa phase décisive.  

A bout portant

AutoDiff