Publié dans Politique

Andry Rajoelina aux magistrats - « Haro sur le corporatisme malsain ! »

Publié le jeudi, 08 août 2019

Crever l’abcès. Tel fut le mot d’ordre lors du face à face entre les magistrats membres du Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM) et le Président de la République, Andry Rajoelina hier. Une réflexion et un échange sur les moyens d’améliorer le monde de la Justice furent à l’ordre du jour au cours de cette rencontre qui arrive au surlendemain de la prestation de serment du nouveau directeur général du BIANCO. « Une Justice équitable constitue un dernier rempart dans la lutte contre la corruption », a déclaré, d’emblée, le Chef de l’Etat qui n’est pas allé par le dos de la cuillère pour souligner les nombreux fléaux qui minent le milieu de la Justice.  Sur cette lancée, il a fait part des nombreuses doléances des citoyens à propos du milieu de la Justice. Le Président a, par exemple, soulevé la lenteur du traitement des dossiers. Ce qui explique le nombre important de détenus sous mandat de dépôt en attente de leur jugement. « Dans un Etat de droit, la population ne devrait en aucun cas avoir peur de la Justice. Même ceux qui sont dans le vrai craignent les décisions de justice »,  argumente encore le Président. Une crainte qui explique la recrudescence d’un autre phénomène négatif : la vindicte populaire.


Sanction ou promotion
C’est donc dans le souci de redorer l’image de la Justice que le numéro un de l’Exécutif a tenu à s’entretenir avec les magistrats. Selon lui, la Justice doit être forte, immaculée, juste, indépendante et fiable pour la population. La Justice joue aussi un rôle important dans la paix et la sécurité. Cela implique une grande responsabilité des magistrats. Dans cette optique, le  Président a annoncé plusieurs mesures drastiques comme l’application d’une sélection rigoureuse des magistrats qui vont être nommés à la tête d’éminentes  structures juridictionnelles. « Il faut instaurer une culture de l’excellence. Je suis confiant qu’il y a beaucoup de magistrats méritants », déclare encore Andry Rajoelina. Le Chef de l’Etat encourage ainsi les juges qui exercent et prennent des décisions en toute équité. En revanche, il a fait preuve de fermeté concernant les magistrats, une minorité selon lui, qui commettent une injustice. Le Chef de l’Etat crie ainsi haro au corporatisme malsain. Il estime que les magistrats sont également au-dessous de la loi. « Les juges qui font de la corruption seront sanctionnés voire révoqués », a – t – il annoncé. La question d’éthique et de déontologie des magistrats a également été évoquée. Alors que les « mauvais » magistrats subiront des sévères sanctions, ceux méritants se verront obtenir des promotions d’après toujours les recommandations du Président de la République. Sur un tout autre sujet, la délocalisation des prisons par la construction de nouvelles maisons de détention fut aussi au cœur des discussions. Autant de perspectives qui devraient changer l’image de la Justice aux yeux des citoyens.
 Sandra R.

Fil infos

  • Lalao Ravalomanana et Riana R. - L’heure de rendre des comptes !
  • Menace du TIM - Un pansement sur une jambe de bois
  • Vote historique - Tana élit un maire pro-régime pour la première fois !
  • Restitution des îles malagasy l'océan Indien - L'Etat lance la mobilisation nationale
  • Confrontation de listes électorales - Le TIM se trompe de porte
  • Ambovombe Androy - Un candidat attaque la CENI
  • Haute Cour de Justice - Dix dossiers transmis à l’Assemblée nationale
  • Assainissement de la liste électorale - Une affaire de tout un chacun
  • Tension politique et santé publique - Mialy Rajoelina apporte fraîcheur et assurance
  • Parti HVM - Plus de raison d'être

La Une

Editorial

  • Quid de la souveraineté nationale
    Rajoelina Andry Nirina consulte. Le Gouvernement relance et mobilise. Et pour cause, la souveraineté nationale piétinée. A l’approche du 40ème anniversaire de la résolution 34/91 de l’assemblée générale des Nations Unies du 12 décembre 1979 donnant gain de cause à l’Etat malagasy sur la question des Iles Eparses (Les Glorieuses, Juan de Nova, Bassas da India, Europa et Tromelin), le pays s’apprête à faire valoir son droit. A travers cette historique résolution, l’ONU reconnait la souveraineté de Madagasikara sur ces « perles » de l’océan Indien et recommande à la France d’entamer le dialogue avec l’Etat malagasy en vue de la rétrocession.   Quarante ans après, rien ne bouge ! Les bases d’un vrai et authentique dialogue n’ont même pas  été jetées. La France évite et crée des manœuvres dilatoires. Bref, elle se moque indifféremment.Le Gouvernement malagasy en place, dans son droit les plus légitimes, relance « l’affaire ». Selon le porte-parole Lalatiana Rakotondrazafy, ministre…

A bout portant

AutoDiff