Publié dans Politique

Troisième gouvernement Ntsay - Au moins deux nouvelles têtes en perspective

Publié le dimanche, 21 juillet 2019

Outre la nomination du Premier ministre, la formation du nouveau Gouvernement est parmi les étapes très attendues. Une tâche à laquelle le nouveau Chef d’Etat et son Premier ministre se seraient déjà attelés depuis la fin de la semaine dernière pour la mise en œuvre des grands chantiers qui font partie intégrante de ses « Velirano » pendant la propagande.  Attendu en fin de semaine dernière, les noms des nouveaux membres du troisième gouvernement de Christian Ntsay seraient connus en ce début de semaine. L’on ignore qui sera conduit parmi les ministres démissionnaires.

Le Président de la République Andry Rajoelina martèle que les ministres seront soumis à un contrat –programme et seront évalués à l’issue d’une durée bien déterminée. En principe, cette évaluation est en cours. La liste des membres du Gouvernement confirmera ou non cette évaluation. Evaluation ou pas, des changements seront certainement opérés au sein du Gouvernement. Au moins deux portefeuilles seront touchés, en l’occurrence le ministère de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la Femme, ainsi que le ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et professionnel.

En effet, depuis la démission au mois de mars dernier des ministres titulaires de ces deux postes respectifs, pour se porter candidates aux législatives, ces deux départements sont laissés vacants, et dirigés par des intérimaires. A l’occasion de la formation du Gouvernement, ces deux postes seront assurément remis à des permanents. Deux nouvelles têtes pourraient occuper ces portefeuilles. En effet, pour quelques observateurs, Lucien Irma Naharimamy et Volahaingo Marie Thérèse, les deux ministres démissionnaires, pourraient ne pas être reconduites.  Elues respectivement à Toamasina I et Bealanana, beaucoup voient mal les deux femmes délaisser leurs électorats pour des postes de ministres. La population de Toamasina particulièrement attend beaucoup de la première citée. Ces deux femmes pourraient d’ailleurs travailler à leur manière pour le développement de Madagascar sans forcément passer par la « case ministérielle », estiment des observateurs.

Outre, la nomination aux postes vacants, l’intégration des députés au sein de l’effectif gouvernemental a été demandée par Christine Razanamahasoa, présidente de l’Assemblée nationale.  La question est de savoir donc combien de ministères seraient touchés par ce changement. La réponse est attendue dans les prochaines heures.

La rédaction

Fil infos

  • Lalao Ravalomanana et Riana R. - L’heure de rendre des comptes !
  • Menace du TIM - Un pansement sur une jambe de bois
  • Vote historique - Tana élit un maire pro-régime pour la première fois !
  • Restitution des îles malagasy l'océan Indien - L'Etat lance la mobilisation nationale
  • Confrontation de listes électorales - Le TIM se trompe de porte
  • Ambovombe Androy - Un candidat attaque la CENI
  • Haute Cour de Justice - Dix dossiers transmis à l’Assemblée nationale
  • Assainissement de la liste électorale - Une affaire de tout un chacun
  • Tension politique et santé publique - Mialy Rajoelina apporte fraîcheur et assurance
  • Parti HVM - Plus de raison d'être

La Une

Editorial

  • Quid de la souveraineté nationale
    Rajoelina Andry Nirina consulte. Le Gouvernement relance et mobilise. Et pour cause, la souveraineté nationale piétinée. A l’approche du 40ème anniversaire de la résolution 34/91 de l’assemblée générale des Nations Unies du 12 décembre 1979 donnant gain de cause à l’Etat malagasy sur la question des Iles Eparses (Les Glorieuses, Juan de Nova, Bassas da India, Europa et Tromelin), le pays s’apprête à faire valoir son droit. A travers cette historique résolution, l’ONU reconnait la souveraineté de Madagasikara sur ces « perles » de l’océan Indien et recommande à la France d’entamer le dialogue avec l’Etat malagasy en vue de la rétrocession.   Quarante ans après, rien ne bouge ! Les bases d’un vrai et authentique dialogue n’ont même pas  été jetées. La France évite et crée des manœuvres dilatoires. Bref, elle se moque indifféremment.Le Gouvernement malagasy en place, dans son droit les plus légitimes, relance « l’affaire ». Selon le porte-parole Lalatiana Rakotondrazafy, ministre…

A bout portant

AutoDiff