Publié dans Politique

Corruption passive et extorsion - Un inspecteur de police écope de deux ans de prison ferme

Publié le jeudi, 18 juillet 2019

Un policier a été condamné à deux ans d’emprisonnement ferme pour corruption passive, par le Tribunal de première instance de Mahajanga.  L'affaire au centre de laquelle s’était retrouvé cet inspecteur de police, aurait également impliqué  trois brigadiers, lesquels ont  été relaxés au bénéfice du doute. Au mois de juin dernier, les quatre policiers, issus du poste de police d’Ambohimandambina – Mahajanga, avaient été  accusés d’avoir  fait subir des exactions et procédé à une détention arbitraire. Les policiers en question auraient exigé la somme de deux millions d’ariary, en contrepartie de la libération de détenus, selon les informations. Des victimes qui se sont tournées vers le démembrement local du Bureau indépendant anti-corruption pour porter plainte.


Les enquêtes et constatations menées par les limiers de l’entité en charge de la lutte contre la corruption auraient confirmé les dires des plaignants. Les policiers ont ainsi été déférés au parquet du TPI de Mahajanga pour corruption passive et extorsion, étant donné que cette ex-province ne dispose toujours pas de Pôle anti-corruption. Cette affaire risque de nuire l’image de la Police nationale, dans un contexte national où le leitmotiv est la tolérance zéro. Et ce, d’autant plus que, tous les acteurs et les secteurs s’efforcent de montrer davantage d’engagement et de volontarisme pour lutter contre la corruption.
Pour un certain nombre d’analystes, cette affaire révèle au grand jour « un énième dysfonctionnent de la Justice puisque les plaignants et les investigations ont toujours fait état de quatre policiers ». Des faits qui ont d’ailleurs été confirmés par le Parquet de Mahajanga en poursuivant les quatre policiers avant que trois d’entre eux ne bénéficient de relaxe au bénéfice du doute. « Apparemment le doute profite encore aux corrompus », précise notre source. Notons que la mise en place du Pôle Anti-corruption de Mahajanga serait déjà en cours selon les acteurs du système Anti Corruption à Madagascar.
La Rédaction

Fil infos

  • Lalao Ravalomanana et Riana R. - L’heure de rendre des comptes !
  • Menace du TIM - Un pansement sur une jambe de bois
  • Vote historique - Tana élit un maire pro-régime pour la première fois !
  • Restitution des îles malagasy l'océan Indien - L'Etat lance la mobilisation nationale
  • Confrontation de listes électorales - Le TIM se trompe de porte
  • Ambovombe Androy - Un candidat attaque la CENI
  • Haute Cour de Justice - Dix dossiers transmis à l’Assemblée nationale
  • Assainissement de la liste électorale - Une affaire de tout un chacun
  • Tension politique et santé publique - Mialy Rajoelina apporte fraîcheur et assurance
  • Parti HVM - Plus de raison d'être

La Une

Editorial

  • Quid de la souveraineté nationale
    Rajoelina Andry Nirina consulte. Le Gouvernement relance et mobilise. Et pour cause, la souveraineté nationale piétinée. A l’approche du 40ème anniversaire de la résolution 34/91 de l’assemblée générale des Nations Unies du 12 décembre 1979 donnant gain de cause à l’Etat malagasy sur la question des Iles Eparses (Les Glorieuses, Juan de Nova, Bassas da India, Europa et Tromelin), le pays s’apprête à faire valoir son droit. A travers cette historique résolution, l’ONU reconnait la souveraineté de Madagasikara sur ces « perles » de l’océan Indien et recommande à la France d’entamer le dialogue avec l’Etat malagasy en vue de la rétrocession.   Quarante ans après, rien ne bouge ! Les bases d’un vrai et authentique dialogue n’ont même pas  été jetées. La France évite et crée des manœuvres dilatoires. Bref, elle se moque indifféremment.Le Gouvernement malagasy en place, dans son droit les plus légitimes, relance « l’affaire ». Selon le porte-parole Lalatiana Rakotondrazafy, ministre…

A bout portant

AutoDiff