Publié dans Politique

Dans sa fuite précipitée - Henri Rabary-Njaka a laissé des dettes au pays

Publié le mercredi, 17 juillet 2019

Il fait partie des proches de première heure de Hery Rajaonarimampianina mais aussi parmi les premiers à prendre la poudre d'escampette lorsqu'il est apparu que le navire HVM commençait à prendre l'eau de toutes parts. Preuve que son départ du pays s'est fait d'une manière précipitée, Henri Rabary-Njaka, puisqu'il s'agit de lui, a laissé des impayés derrière lui.

 

Tant que le régime HVM était au pouvoir, les créanciers de cette personnalité aux multiples casquettes durant l'ère Rajaonarimampianina n'avaient absolument aucune crainte à se faire. Ils savaient en effet que l'homme n'aurait aucune difficulté à s'acquitter de ses dettes même si celles-ci prenaient des proportions importantes. Car nul n'ignorait qu'à l'époque, Henri Rabary-Njaka, quel que soit le poste qui lui est attribué, figurait parmi le premier cercle du pouvoir et de ce fait, comme tous les barons du HVM, son portefeuille était pratiquement intarissable. Ceux avec qui l'ancien ministre passe-partout avait affaire lui ont donc fait progressivement confiance et honoraient ses commandes même si les précédentes n'ont pas encore été apurées. Et c'est ainsi que les arriérés s'accumulèrent au fil du temps. Le départ en catastrophe de Henri Rabary-Njaka ne peut donc qu'avoir surpris ses créanciers, lesquels se retrouvent avec une ardoise, plus ou moins salée selon le cas, mais désormais impossible à éponger.

Selon les informations, c'était le 14 février de cette année que le secrétaire général du HVM a quitté le pays à bord d'un vol régulier à destination de Paris. L'avocat avait pris de vitesse le Bureau indépendant anti-corruption (BIANCO) qui, une semaine plus tard, c'est-à-dire le 21 février 2019, a fait une descente à son domicile pour lui signifier une convocation. Bien qu'aucune information officielle n'ait révélé le motif de cette convocation, beaucoup subodorent qu'elle a trait à des affaires de corruption au niveau d'Air Madagascar et de Kraoma, deux sociétés nationales dans lesquelles Henri Rabary-Njaka avait, à un moment donné, son emprise. Le départ précipité du premier directeur de cabinet de Hery Rajaonarimampianina prouve bien qu'il n'avait pas la conscience tranquille, pour ne pas dire qu'il avait quelque chose à se reprocher.

Quoi qu'il en soit, il semblerait bien que ceux qui ont des dettes à réclamer à Henri Rabary-Njaka doivent se résoudre à faire une croix

sur leurs créances. Sachant pertinemment qu'il a une affaire pendante auprès du BIANCO, il est très peu probable que cet avocat inscrit au barreau de Paris envisage de revenir au pays de sitôt. Ayant par ailleurs la nationalité française, il est pratiquement impossible d'obtenir son extradition.

La Rédaction

Fil infos

  • Période de pré-remaniement - Ambiance malsaine dans l’air
  • Saisine de la HCC par le Sénat - Des sénateurs fustigent Rivo Rakotovao
  • Mairie d’Antananarivo - Les dix ennemis de Naina Andriantsitohaina
  • Fonction publique - 23 437 agents de l’Etat dans une situation délicate
  • Rencontres multiples avec le président de la CENI - Démenti du Chef de l’Etat
  • Gestion de la Commune urbaine d'Antananarivo - La Fermeté du maire souhaitée par les Tananariviens
  • Ny Rado Rafalimanana - Le cynique mystificateur est de retour
  • Postes de haut responsable - L’Etat veut créer sa base de données
  • Rivo Rakotovao - L’hypocrisie à son summum !
  • Loi sur les violences basées sur le genre - Feu vert de la Haute Cour constitutionnelle

Editorial

  • Défi titanesque
    Le Chef de l’Etat Rajoelina Andry Nirina donnera demain 19 janvier le coup d’envoi du reboisement national d’une envergure pharaonique jamais atteinte depuis 1960. Un travail de titan dont l’objectif vise à mettre en terre 19 millions de plants à travers tout le pays. Madagasikara doit, à la fin du premier mandat de l’actuel Président, retrouver son espace national recouvert d’arbres comme ce fut le cas auparavant. Il s’agit d’une priorité vitale pour le pays. Jadis une Ile verte avant d’être surnommée ironiquement  « l’Ile rouge » suite à la disparition inquiétante de la forêt, Madagasikara doit impérieusement retrouver son identité naturelle. Selon « Global Forest Watch », en 2017, Madagasikara est classé 4ème pays en termes de déforestation, et ce, avec 510.000 ha détruits en une année. Dans le même ordre d’idée, un rapport datant de septembre 2019 fait état d’une remarque sans appel selon quoi la déforestation à Madagasikara se trouve parmi les…

A bout portant

AutoDiff