Publié dans Politique

Arrêt des subventions aux pétroliers - 240 milliards d’ariary disponibles pour des projets étatiques

Publié le jeudi, 20 juin 2019

Le consensus trouvé entre l’Etat malagasy et les opérateurs pétroliers a constitué l’actualité hier.  Au soir de mercredi dernier, le prix à la pompe du pétrole lampant, du gasoil et de l’essence et du diesel a été revu à la baisse. De cette manière, l’État souhaite pouvoir redonner du pouvoir d'achat aux ménages. Corollaire de cette décision,  « l’Etat ne paiera plus, dès cette année, un ariary de subventions aux compagnies pétrolières comme c’était le cas depuis de trop nombreuses années ». C’est ce qu’affirme la ministre porte-parole du Gouvernement, et non moins ministre de la Communication et de la Culture, Lalatiana Rakotondrazafy Andriantongarivo. D’après ce membre du Gouvernement, l’année dernière, ces subventions ont été de l’ordre d’environ 150 milliards d’ariary à 240 milliards d’ariary annuels. L’économie faite grâce à l’arrêt des subventions aux pétroliers devra ainsi servir à la réalisation des projets du Président de la République visant notamment à l’amélioration des conditions de vie des malagasy. En outre, d’après toujours le porte-parole du Gouvernement, l’arrêt des subventions aux pétroliers s’accompagnera d’une autre décision tout aussi importante.

En effet, à partir du mois de novembre prochain, l’Etat lancera des appels d’offres internationaux pour pouvoir importer directement des carburants. Une initiative qui permettra de réduire de manière plus significative encore les prix à la pompe.  En tout cas, cette baisse des prix à la pompe a généralement été bien accueillie auprès de l’opinion malagasy. Comme beaucoup d’observateurs avertis l’ont prévu, les détracteurs de l’actuel Président de la République trouvent toutefois encore  à redire. Cette fois-ci les opposants au régime actuel pointent du doigt une baisse non significative…Si cela n’est pas  de la mauvaise foi, cela y ressemble. Faudrait-il, en effet, souligner que sans les négociations menées par le Président de la République Andry Rajoelina auprès des pétroliers, les prix à la pompe auraient de nouveau connu une hausse. Effectivement, ces tarifs auraient pu et dû augmenter de 10% cette année, selon même les perspectives du Fonds monétaire international, d’après les propos du porte-parole du Gouvernement. Une hausse refusée par le numéro Un du pays, lequel a négocié, non pas un statu quo, mais une baisse des prix. Et plus que cela, le Chef de l’Etat a obtenu que les subventions accordées systématiquement aux opérateurs pétroliers ces dernières années soient tout bonnement supprimées. En outre, il convient de souligner qu’« aucun dirigeant n’a réussi à gagner ce défi, n’a même pas osé essayer », a indiqué le porte-parole du Gouvernement dans une publication sur les réseaux sociaux. Malgré ces nombreux arguments, certains y trouvent encore matière à critiques. Une attitude qui colle décidément à la peau des opposants de l’actuel Chef de l’Etat, qui ont visiblement choisi de critiquer systématiquement les entreprises du locataire d’Iavoloha tendant pourtant à l’intérêt général. Alors que le Président Andry Rajoelina fait bouger les lignes en ce qui concerne les îles éparses, certains détracteurs zélés y trouvaient encore à redire…
 La Rédaction

Fil infos

  • Explications du MEN sur l’achat de bonbons sucettes - « Les 8,4 milliards d’ariary seront réaffectés à d’autres priorités »
  • Débat autour du Kianja Masoandro - Un bol d’air frais pour la France
  • Analanjirofo - Décès du chef de Région par intérim
  • Crise sanitaire - Un parfum de récupération politique dans l’air !
  • Ministère de l’Education nationale - 8 milliards d’ariary dépensés pour l’achat … de bonbons !
  • Roland Ratsiraka - La manœuvre machiavélique d’un politicien déchu
  • Coronavirus - Les législations autorisent des prises d'initiatives locales  
  • Appel de Andry Rajoelina à Toamasina - « Si chacun prend ses responsabilités, nous maîtriserons cette épidémie »
  • Covid-19 - Pas de cadavres ramassés à Toamasina
  • Défilé du 26 juin sur l’avenue de l’Indépendance - Le régime renoue avec la célébration des années 70 et 90

La Une

Editorial

  • Face-à-face mitigé
    La Session ordinaire des deux Chambres du Parlement bat son plein. Comme le stipule le texte fondamental, la première session se consacre essentiellement à l’examen et à l’adoption de la Loi de finances rectificative (LFR) de l’exercice budgétaire en cours et aux présentations des rapports d’activité de l’Exécutif devant le Parlement avec en toile de fond dominant le traditionnel face-à-face qui, au fil du temps, se transforme en « bras de fer » mettant aux prises élus du peuple et membres du Gouvernement.  

A bout portant

AutoDiff