Publié dans Politique

Maison centrale de Nosy Be - Les mineurs incarcérés avec les adultes

Publié le mardi, 18 juin 2019

Aucun quartier spécial, faute d’infrastructures. Une vingtaine de mineurs sont actuellement incarcérés au sein de la prison de Nosy Be. Ils font partie des 320 détenus enregistrés auprès de cet établissement pénitentiaire. « Les normes internationales disent qu’il faut séparer les adultes des enfants, mais dans la plupart des prisons à Madagascar, ce n’est pas le cas, notamment à Nosy Be, où la prison enregistre le plus d’enfants détenus dans la même cellule avec les adultes. Heureusement qu’ils ont leur propre dortoir », s’exprime Nicolette Moodie, chef de la section Protection de l’enfant au sein de l’UNICEF. « On s’inquiète surtout pour les mauvaises influences de ces adultes, des criminels notoires qui entourent les jeunes. Peut-être qu’il y a aussi des risques de violence envers les jeunes dans un tel lieu. On espère qu’il y ait assez d’encadrement un jour afin qu’ils soient mieux protégés », ajoute cette responsable. Gaëlle Morason, chef d’établissement par intérim et non moins éducatrice spécialisée d’administration pénitentiaire, confirme les doutes de la responsable de l’UNICEF. « La surveillance pose souvent des problèmes puisqu’il se peut que les mineurs fréquentent les adultes, lesquels pourraient leur donner des mauvais conseils. Comme issue, elle avance le projet de construction d’un quartier annexe, actuellement en cours d’élaboration, dans le quartier de Fascene. Ce projet résulte de la collaboration avec une ressortissante italienne établie sur place.


Pour information, 7 mineurs détenus sont condamnés tandis que les 13 autres restent des prévenus. En général, ils y sont incarcérés pour coups et blessures volontaires ou meurtres ou encore en étant des malfaiteurs. En tant que mineurs, ils bénéficient d’un traitement de faveur par rapport aux adultes, avec diverses activités supplémentaires pour leur réinsertion scolaire et sociale. Ils sont aussi plus chouchoutés et mangent à leur faim, ce qui pourrait expliquer le fait que certains préfèrent rester en prison au lieu de retrouver la liberté. Grâce à la collaboration avec la ressortissante italienne, les prisonniers de Nosy Be mangent du riz avec des mets tous les jours, dont de la viande deux fois par semaine.
 Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Canal des Pangalanes et Route nationale 5 - Andry Rajoelina supervise le début des grands travaux
  • Représentants de Madagascar à l'extérieur - Les Enarques d'Androhibe priorisés
  • Lutte contre la corruption - Madagascar sur la voie de la coopération judiciaire internationale
  • Gouverneurs des banques centrales de la SADC - La première réunion à Antananarivo
  • Mise en œuvre de l’éducation physique de qualité - L’Afrique honore le Président Rajoelina
  • Candidature de Naina Andriantsitohaina - Un écho favorable de tous bords
  • Transport illégal de ressources minières - Un kilo d’or et 255 g de saphir saisis à Ivato
  • Non candidature à la mairie de Tana - Marc Ravalomanana trahit ses partisans
  • Candidat à l’élection municipale - Naina Andriantsitohaina, le sauveur d’Antananarivo !
  • Élection municipale - Le TIM humilié à Tana

La Une

Editorial

  • Fin de carrière !
    Terminus, tout le monde descend. Du moins pour quelqu’un d’âge avancé dont le « périple » (électoral) doit s’arrêter là. Pour de bon, le vieux renonce, bien malgré lui, à continuer le voyage. Le périple prend fin. En dépit du chant de la sirène, Marc Ravalomanana se rend à l’évidence que désormais il va falloir qu’il rejoigne le rang des « has been ». Son époque est révolue. Eh oui, Ramose pour les habitués ou pour les victimes, c’est selon, prend sa retraite. Il a dû décliner l’offre pour être « candidat unique » proposée par les camarades du RMDM ou les appels pour porter l’étendard du parti par les inconditionnels de Bel-Air.  

A bout portant

AutoDiff