Publié dans Politique

Code de la Communication - Lancement des consultations à Mahajanga

Publié le mardi, 18 juin 2019

Mahajanga a accueilli, hier, la première série d’une large consultation en vue de la réforme du Code de la Communication médiatisée lancée à l’initiative du ministère de la Communication et de la Culture. Une quarantaine de journalistes issus des Régions du Boeny, Betsiboka et de Sofia ont participé à cette première consultation qui a également vu la présence du directeur général de la Communication du MCC, du directeur des affaires juridiques du MCC, du vice-président OJM Mahajanga, des responsables des directions régionaux de Boeny, Betsiboka et Sofia ainsi que de la municipalité de la ville. La réforme du Code de la communication est un élément du contrat-programme de la ministre de la Communication et de la Culture, Lalatiana Rakotondrazafy Andriantongarivo, qui consiste à présenter au Parlement une nouvelle loi élaborée de manière participative et consensuelle par les parties prenantes de la communication en tenant compte des desiderata des acteurs et des nouvelles réalités du secteur, notamment l’échéance sur le basculement vers la Télévision numérique terrestre ou TNT, tout en protégeant les acquis de l’avant-projet de code consensuellement validé en 2015.


Ces consultations prendront la forme d’audience populaire et se poursuivront ainsi à Toamasina, à Antsirabe, à Antsiranana, à Fianarantsoa et à Toliara. Les directions régionales de la Communication et les branches territoriales de l’Ordre des Journalistes de Madagascar sont mis à contribution au niveau régional pour sensibiliser les acteurs sur les enjeux de ces consultations et collecter les premiers commentaires sur la révision du code de la communication médiatisée. Ces éléments seront consolidés lors de l’audience populaire. Un atelier national de restitution sera organisé vers fin juillet, à l’issue des consultations régionales, aux fins de présenter un avant-projet de loi intégrant les recommandations validées. Cette initiative est soutenue par le Système des Nations Unies à Madagascar à travers les appuis techniques et financiers du Haut Commissariat aux Droits de l’Homme, du PNUD, de l’UNICEF, de l’UNESCO, de l’UNFPA et du Centre d’information des Nations Unies, en tenant compte de son engagement à soutenir Madagascar dans la promotion et le respect de l’article 19 de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme stipulant que « Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit. »

Fil infos

  • Vote historique - Tana élit un maire pro-régime pour la première fois !
  • Restitution des îles malagasy l'océan Indien - L'Etat lance la mobilisation nationale
  • Confrontation de listes électorales - Le TIM se trompe de porte
  • Ambovombe Androy - Un candidat attaque la CENI
  • Haute Cour de Justice - Dix dossiers transmis à l’Assemblée nationale
  • Assainissement de la liste électorale - Une affaire de tout un chacun
  • Tension politique et santé publique - Mialy Rajoelina apporte fraîcheur et assurance
  • Parti HVM - Plus de raison d'être
  • Naina Andriantsitohaina - Acta non verba
  • Nantenaina Rakotonirina - Un maire rassembleur

La Une

Editorial

  • A double tranchants !
    Fin de la détention préventive systématique ! L’époque des « mandats de dépôt » systématiques fera partie de l’histoire ancienne ! Des peines alternatives telles que les contrôles judiciaires et la mise en liberté provisoire prendront le relai. Tel est l’essentiel de la déclaration de la procureure de la République Mme Balisama Odette Razafimelisoa devant la presse ce vendredi dernier. A la suite de la « descente » inopinée du Chef de l’Etat Rajoelina Andry Nirina à la Maison centrale d’Antanimora au cours  de laquelle il a constaté de visu, entre autres, le surpeuplement carcéral du lieu. Il déplorait aussi bien des conditions carcérales et de l’état de délabrement « trop » avancé d’Antanimora.   Une autre réalité tout aussi accablante interpellait également le Chef de l’Etat à l’intérieur de cette « Maison » de correction, à savoir, le nombre effarant des détenus non jugés. Ils attendent désespérément leur jugement et croupissent là-bas des mois même des années. En prise de la…

A bout portant

AutoDiff