Publié dans Politique

Emergence de Madagascar - Une majorité présidentielle s'avère indispensable à l'Assemblée nationale

Publié le vendredi, 24 mai 2019

Fin de campagne avant les législatives. Ce jour, les candidats et leurs équipes jetteront leurs dernières forces dans la bataille pour essayer de convaincre les derniers électeurs indécis. Ouvert le 6 Mai dernier, la campagne s'arrêtera ce samedi à minuit. A partir de cette heure-là, toute activité de propagande est désormais interdite. Lundi, 10 millions d'électeurs malagasy sont appelés à choisir leurs 151 députés. Les bureaux de vote doivent  ouvrir à 6 heures, pour fermer à 17 heures. Le vote pèsera dans le rapport de forces sur la scène politique. Pour beaucoup, le scrutin de ce lundi s'apparente comme le troisième tour de l'élection présidentielle. Pour le pouvoir en place, l'objectif est simple : placer le maximum de candidats  de la coalition Isika rehetra miaraka amin'ny Prezida Andry Rajoelina sur les bancs de l'Assemblée nationale afin de pouvoir mettre en œuvre son programme.

 

S'il n'obtient pas la majorité, le Président devra composer avec une majorité parlementaire possiblement hostile. Cette majorité pourrait décider de ne pas appliquer les mesures listées dans le programme du Chef de l'Etat. Des mesures qui dépendent beaucoup des pouvoirs du Parlement. Une majorité de députés non issue du pouvoir impliquera également la nomination d'un Premier ministre issu de l'opposition. Le Président pourrait alors ne pas avoir les coudées franches pour réaliser ses engagements. Cette situation risquerait d'engendrer une nouvelle période d'instabilité dans le pays. Une situation, qui plairait à certains anciens dirigeants du pays dont l'intention inavouée est de faire tomber le régime actuel et d'entraîner ainsi la Grande île dans une nouvelle ère d'incertitude, mais serait déplorable étant donné celle déjà précaire des 25 millions de malagasy.

En revanche, une majorité permettra au nouveau régime d'assurer la mise en œuvre des engagements de campagne de l'actuel Président de la République Andry Rajoelina et permettra de faire passer les différents instruments juridiques qui lui permettront de concrétiser ses Velirano. Une majorité à l'Assemblée nationale pour Rajoelina équivaudrait donc également à une stabilité pour lui et son équipe, ce qui leur permettra d'embrayer et de passer à la vitesse supérieure pour récupérer le retard de  développement accumulé par Madagascar depuis le retour de l'indépendance du pays.

En tout cas, il est clair que la réussite du mandat du Président Andry Rajoelina dépendra en grande partie du résultat des élections législatives. La mise en œuvre des Velirano et l'avenir du pays dépendra quant à lui du choix des électeurs.

La Rédaction

Fil infos

  • Canal des Pangalanes et Route nationale 5 - Andry Rajoelina supervise le début des grands travaux
  • Représentants de Madagascar à l'extérieur - Les Enarques d'Androhibe priorisés
  • Lutte contre la corruption - Madagascar sur la voie de la coopération judiciaire internationale
  • Gouverneurs des banques centrales de la SADC - La première réunion à Antananarivo
  • Mise en œuvre de l’éducation physique de qualité - L’Afrique honore le Président Rajoelina
  • Candidature de Naina Andriantsitohaina - Un écho favorable de tous bords
  • Transport illégal de ressources minières - Un kilo d’or et 255 g de saphir saisis à Ivato
  • Non candidature à la mairie de Tana - Marc Ravalomanana trahit ses partisans
  • Candidat à l’élection municipale - Naina Andriantsitohaina, le sauveur d’Antananarivo !
  • Élection municipale - Le TIM humilié à Tana

La Une

Editorial

  • Fin de carrière !
    Terminus, tout le monde descend. Du moins pour quelqu’un d’âge avancé dont le « périple » (électoral) doit s’arrêter là. Pour de bon, le vieux renonce, bien malgré lui, à continuer le voyage. Le périple prend fin. En dépit du chant de la sirène, Marc Ravalomanana se rend à l’évidence que désormais il va falloir qu’il rejoigne le rang des « has been ». Son époque est révolue. Eh oui, Ramose pour les habitués ou pour les victimes, c’est selon, prend sa retraite. Il a dû décliner l’offre pour être « candidat unique » proposée par les camarades du RMDM ou les appels pour porter l’étendard du parti par les inconditionnels de Bel-Air.  

A bout portant

AutoDiff