Publié dans Politique

Tagnamaro - Le concept fait son bonhomme de chemin

Publié le mercredi, 15 mai 2019

Ce samedi, Madagascar entre dans la 3e édition du tagnamaro. Un concept initié par le ministère de la Communication et de la Culture et copié du Rwanda qui, au lendemain de la fin de la longue et meurtrière guerre civile, l’a inventé pour d’un côté, cimenter l’union nationale et la reconstruction du pays de l’autre. Si le Rwanda a réalisé  le  développement qui fait pâlir d’envie actuellement certains, ce travail communautaire obligatoire chaque dernier samedi du mois constitue une des explications.

 

Le concept est encore au stade du balbutiement à Madagascar et son institutionnalisation aura encore un long chemin à parcourir. Un changement de mentalité s’avère ainsi nécessaire pour adhérer à cette noble cause. L’espoir est tout de même de mise en se référant aux témoignages des bénéficiaires des actions entreprises depuis la 1ère édition du tagnamaro ainsi que la large participation directe ou indirecte des diverses entités publiques ou privées. Les ministères, les associations, les démembrements du pouvoir dans les régions, les chancelleries étrangères à Madagascar et bien d’autres ont adhéré au concept en tenant leur tagnamaro. Même les représentants diplomatiques de la Grande île ont emboîté le pas à l’instar des ambassades malagasy en France et en Belgique.

Pas plus tard qu’hier, c’est la direction des affaires sociales et politiques de la Présidence de la République qui est entrée en action en tenant son travail communautaire à l’EPP Iavoloha. L’équipe d’Iavoloha avec des membres du personnel des ministères ont rafraîchi les murs de l’établissement scolaire et procédé au nettoyage des alentours de l’enceinte. La tenue des élections législatives oblige, la 3e édition du tagnamaro ne se déroule pas le dernier samedi du mois, soit le 25 mai, mais après-demain. Alors que les détracteurs de cette trouvaille du ministère de la Communication et de la Culture espéraient  à une « baisse de tension » de l’engouement de la population, il n’en est rien. Il suffit de jeter un coup d’œil sur les réseaux sociaux pour avoir les programmes proposés par les uns et les autres.

Pour l’initiateur du concept à Madagascar, il a choisi la réhabilitation d’un symbole historique d’un quartier la Haute ville à Antananarivo. Il s’agit du « vavahady mitafo » (portail couvert) sis à l’escalier menant d’Ambanidia à Andafiavaratra. L’école publique Flacourt, dans ce même quartier, recevra aussi un sérieux lifting à cette occasion ainsi que des marches en piteux état de l’escalier en question. Le nettoyage de la cour du Palais du Premier ministre à Andafiavaratra figure également sur la liste des activités de l’équipe de la ministre Lalatiana  Andriantongarivo Rakotondrazafy à cette 3è édition du tagnamaro.

La Rédaction

Fil infos

  • Graves diffamations contre le Chef de l'Etat - L'immobilisme du Gouvernement fait jaser
  • Région Betsiboka - L’Etat renforce la lutte contre l’insécurité
  • Projets sociaux - Le Président Andry Rajoelina exige du concret
  • Diffamation sur internet - La France, base arrière pour des cybercriminels malagasy ?
  • Alain Ramaroson - Quel avenir politique pour lui 
  • Claudine Razaimamonjy - De nouveau devant la barre hier
  • Découverte de crânes humains à Toamasina - Les affirmations de la domestique s’avèrent fausses
  • Calendrier scolaire - Dérapage incontrôlé de la Société civile
  • Naufrage du cargo Viviano - Les passagers sains et saufs, les marchandises totalement perdues
  • Restriction budgétaire - Le Premier ministre recadre les sénateurs

La Une

Editorial

  • Servir et non se faire servir !
    En tant que présidente de l'Assemblée nationale, Christine Razanamahasoa, magistrate et députée d'Ambatofinandrahana, pour un second mandat de son état, mit le point sur le « i » dès l'entame de la mandature des nouveaux élus à Tsimbazaza. Face aux comportements qui frisent l'indélicatesse de certains élu(e)s et qui défrayent la chronique, Mme Razanamahasoa tient à préciser qu'un député en tant que représentant(e) du peuple a été élu pour servir les intérêts du « vahoaka » qu'il est censée représenter et non se faire servir comme un prince.

A bout portant

AutoDiff