Publié dans Politique

Elections municipales 2019 - Antananarivo à la recherche de la perle rare !

Publié le mercredi, 17 avril 2019

Dans quelques mois, les tananariviens seront appelés aux urnes pour élire le nouveau maire d’Antananarivo. Un rendez  – vous à ne surtout pas manquer par les citadins de la Capitale étant donné la grande désillusion qui a suivi l’élection de Lalao Ravalomanana il y a près de 4 ans. Une désillusion due à l’absence de réalisations qui ont pourtant été promises par l’ex – Première Dame et son époux au moment de la campagne électorale. D’aucuns n’ignorent, aujourd’hui, la chute vertigineuse voire  la déchéance totale qu’a connu et continue de connaître la Ville des Mille.  Inondation à chaque période pluvieuse, amoncellement d’ordures partout, constructions illicites dans tous les recoins, remblayages, gabegie dans les marchés, mauvais état des routes et des ruelles, etc. La liste est longue. Evoquer la situation de la Capitale n’amène rien de positif à l’esprit. Antananarivo a perdu tout son charme et se voit même dépassée de loin par les autres grandes villes de Madagascar en termes de propreté et de modernité. Une situation de désolation qui n’a que trop duré.


Rectifier le tir
Les prochaines élections municipales constituent, plus que jamais, une opportunité pour les tananariviens de rectifier le tir. Les noms de plusieurs candidats potentiels commencent déjà à circuler. Certains leaders politiques ont même déjà fait savoir de manière directe ou indirecte leur intention de briguer le poste de maire d’Antananarivo. Quels seraient alors les critères que le prochain nouveau magistrat de la Capitale devrait avoir ? De nombreux observateurs estiment que le maire ne doit en aucun cas être issu du parti présidentiel ni de l’opposition. Les expériences politiques du passé ont, en effet, démontré qu’un maire de l’opposition aura beaucoup de mal à coopérer avec le régime en place. En outre, les électeurs d’Antananarivo choisissent rarement un maire issu du parti au pouvoir.
Le futur occupant de l’Hôtel de ville devrait donc, en somme, être une nouvelle figure qui fera aussi office de perle rare. Une personne qui aura la lourde tâche de redorer l’image d’Antananarivo en tant que Capitale, de guérir tous les maux qui fragilisent cette circonscription municipale depuis plusieurs années, de redonner la confiance et la fierté d’être des habitants de la Ville des Mille aux tananariviens et enfin rétablir la dignité d’Imerina en tant que lieu historique. D’ici quelques mois, en juin ou juillet normalement, le
défi sera ouvert. Avis aux amateurs !
 La Rédaction

Fil infos

  • Graves diffamations contre le Chef de l'Etat - L'immobilisme du Gouvernement fait jaser
  • Région Betsiboka - L’Etat renforce la lutte contre l’insécurité
  • Projets sociaux - Le Président Andry Rajoelina exige du concret
  • Diffamation sur internet - La France, base arrière pour des cybercriminels malagasy ?
  • Alain Ramaroson - Quel avenir politique pour lui 
  • Claudine Razaimamonjy - De nouveau devant la barre hier
  • Découverte de crânes humains à Toamasina - Les affirmations de la domestique s’avèrent fausses
  • Calendrier scolaire - Dérapage incontrôlé de la Société civile
  • Naufrage du cargo Viviano - Les passagers sains et saufs, les marchandises totalement perdues
  • Restriction budgétaire - Le Premier ministre recadre les sénateurs

La Une

Editorial

  • Servir et non se faire servir !
    En tant que présidente de l'Assemblée nationale, Christine Razanamahasoa, magistrate et députée d'Ambatofinandrahana, pour un second mandat de son état, mit le point sur le « i » dès l'entame de la mandature des nouveaux élus à Tsimbazaza. Face aux comportements qui frisent l'indélicatesse de certains élu(e)s et qui défrayent la chronique, Mme Razanamahasoa tient à préciser qu'un député en tant que représentant(e) du peuple a été élu pour servir les intérêts du « vahoaka » qu'il est censée représenter et non se faire servir comme un prince.

A bout portant

AutoDiff