Publié dans Politique

Tensions entre HVM au Sénat - 35 sénateurs signent une demande de session extraordinaire

Publié le mercredi, 17 avril 2019

C’est confirmé ! Les membres du bureau permanent au sein du Sénat, et le président du perchoir Rivo Rakotovao particulièrement, se trouvent sur un siège éjectable. En effet, ces derniers qui sont issus de l’ancien régime risquent de faire l’objet d’une démarche en vue de leur déchéance. L’information a déjà fait le tour des couloirs de la Chambre haute depuis quelques jours voire quelques semaines. Cela aurait même déjà fait du bruit lors de la session extraordinaire  qui s’est tenue au mois de janvier dernier. Un retournement de situation qui pourrait fortement coûter cher au chef de file des cravates bleues.

Aux dernières nouvelles, les initiateurs de cette démarche ont déjà pu collecter la signature de 35 sénateurs qui ont fait un front commun et viennent de déposer une requête auprès de l’Exécutif en vue de demander la tenue d’une session extraordinaire. Parmi les « leaders » de ce mouvement figurent notamment des sénateurs HVM dont l’ex – ministre Riana Andriamandavy VII et l’ex – Premier ministre Kolo Roger, entre autres.
Absence de dialogue et d’écoute
Dans le camp de Rivo Rakotovao qui est actuellement sur la défensive, la démarche est qualifiée de « manœuvre de déstabilisation ». Pourtant, dans une déclaration dans les médias hier, le sénateur Berthin Andriamihaingo a bel et bien confirmé l’existence d’une tension à l’hémicycle d’Anosikely. Il a également affirmé que ce climat tendu est le résultat d’un différend dans le clan HVM. Il a, par ailleurs, interpellé le président du Sénat, Rivo Rakotovao qui, selon lui, n’a pas de capacité d’écoute.
« Puisqu’il n’y a plus de dialogue et de conversation possible, la situation risque de prendre une tournure grave », a laissé entendre ce parlementaire. Il soutient que l’ancien bras droit de Hery Rajaonarimampianina n’en fait qu’à sa tête et n’accorde plus de grande attention à ses anciens compagnons de lutte au sein du HVM.
D’après la Constitution, tout comme pour l’Assemblée nationale, le président du Sénat et les membres du bureau peuvent être démis de leurs fonctions respectives pour motif grave par un vote secret des deux tiers des membres de la Chambre haute. Rappelons que le Sénat est actuellement composé de 63 sénateurs.
L.R.

Fil infos

  • Graves diffamations contre le Chef de l'Etat - L'immobilisme du Gouvernement fait jaser
  • Région Betsiboka - L’Etat renforce la lutte contre l’insécurité
  • Projets sociaux - Le Président Andry Rajoelina exige du concret
  • Diffamation sur internet - La France, base arrière pour des cybercriminels malagasy ?
  • Alain Ramaroson - Quel avenir politique pour lui 
  • Claudine Razaimamonjy - De nouveau devant la barre hier
  • Découverte de crânes humains à Toamasina - Les affirmations de la domestique s’avèrent fausses
  • Calendrier scolaire - Dérapage incontrôlé de la Société civile
  • Naufrage du cargo Viviano - Les passagers sains et saufs, les marchandises totalement perdues
  • Restriction budgétaire - Le Premier ministre recadre les sénateurs

La Une

Editorial

  • Servir et non se faire servir !
    En tant que présidente de l'Assemblée nationale, Christine Razanamahasoa, magistrate et députée d'Ambatofinandrahana, pour un second mandat de son état, mit le point sur le « i » dès l'entame de la mandature des nouveaux élus à Tsimbazaza. Face aux comportements qui frisent l'indélicatesse de certains élu(e)s et qui défrayent la chronique, Mme Razanamahasoa tient à préciser qu'un député en tant que représentant(e) du peuple a été élu pour servir les intérêts du « vahoaka » qu'il est censée représenter et non se faire servir comme un prince.

A bout portant

AutoDiff