Notice: Undefined property: stdClass::$numOfComments in /var/www/clients/client5/web10/web/components/com_k2/views/item/view.html.php on line 264
Publié dans Politique

Affaire « Vohibola » - Les villageois contre-attaquent

Publié le mercredi, 10 avril 2019

La direction régionale de l’Environnement et du Développement durable (DREDD) d’Atsinanana est mise sur la sellette. Hier, avec l’aide de leur avocat, les douze villageois, arrêtés samedi puis conduits à Toamasina pour être enquêtés au bureau de la DREDD (cf. notre édition d’hier), ont déposé une plainte pour diffamation.  « Nous n’acceptons pas d’être traités ainsi. Cela ne doit pas rester sans suite », nous a fait savoir l’une des victimes. Les plaignants sont des membres de l’association Razan’ny Vohibola, une entité ad hoc qui protège tant bien que mal la forêt primaire, la seule du littoral Est de Madagascar, contre les pilleurs de mèche avec certains responsables locaux. Une équipe aux ordres du directeur régional Christian Ratsimbazafy, avec six gendarmes de Brickaville, les a cueillis chez eux suivant une méthode saugrenue ce week-end. Nous en avons parlé amplement. Les yeux bandés, les villageois accusés de trafic de bois saisis ont été photographiés et filmés par des journalistes aux ordres.

Puis, l’information selon laquelle la DREDD a pu démanteler une filière de trafiquants de bois a inondé les médias locaux. La diffusion de l’information a provoqué un tollé général. Une manifestation s’est même déclenchée devant le bureau de la DREDD pour exiger la libération immédiate des villageois, à la nuit tombante de mardi. Dans l’après-midi, deux d’entre eux ont déjà retrouvé leur liberté. Joël Talata, 84 ans, est l’un d’eux. Tangalamena (chef traditionnel du village d’Ambalahasina), il est aussi le président de l’association Razan’ny Vohibola. Mais dix autres villageois ont encore été retenus malgré l’ordre du ministre de l’Environnement et du Développement durable, Alexandre Georget, de les libérer immédiatement dans la matinée. Parmi eux, Cyrille Nabe, chef de fokontany d’Andranokoditra. Finalement, ils ont tous pu sortir du bureau aux alentours de 20 heures. « Ils nous ont traités comme si nous étions des criminels », regrette Victor, l’un des villageois injustement accusés. Ils sont tous volontaires pour garder la forêt de Vohibola. Mais, les responsables régionaux, au lieu de traquer les braconniers et leurs complices, ont pris le plaisir de s’abattre sur de simples gens. Une stratégie visant à manipuler d’autres villageois à s’élever contre les gardes et patrouilleurs volontaires se trame également en arrière-plan.
M.R.

Fil infos

  • Emergence de Madagascar - Une majorité présidentielle s'avère indispensable à l'Assemblée nationale
  • Acquisition illicite de terrains - Un vice-président du Sénat soupçonné de détournement de biens publics
  • Violence basée sur le genre - Mialy Rajoelina prête à organiser une conférence internationale à Madagascar
  • Gestion de la Capitale - L'immobilisme de Lalao Ravalomanana agace
  • Président de la République  à Antsiranana - « Les travaux du « velirano » commenceront dans un mois »
  • Braquage chez Accès Banque - Coup de filet sur les présumés auteurs principaux
  • Industrie sucrière de Brickaville - Andry Rajoelina siffle la fin des conflits
  • « Fihariana » - Trois projets financés 
  • Immigration clandestine - Une dizaine d’Africains débusqués dans la forêt du Nord
  • Projet « Fihariana » - Un self-made-man, Andry Rajoelina se soucie des jeunes

La Une

Editorial

  • Par amour !
    « Et l'amour en est le plus grand ! » Tel est le thème-phare cher au TGV/MAPAR. Une « profession de foi » que Rajoelina Andry Nirina porte en lui dans la profondeur de son cœur et de son âme, et cela, depuis sa tendre enfance et qu'il aime témoigner à tout vent, n'importe où et n'importe quand. A Ambilobe ou à Amboasary Atsimo ou à Toamasina ou à Antsiranana ou même à … Paris, Zandry Kely ne cesse de partager à quiconque qui veut l'entendre son amour pour sa patrie, pour ses compatriotes surtout ceux dans la tourmente. Une conviction voire un credo que le leader de la Révolution Orange, Rajoelina Andry, devenu Président de la République de Madagascar entend « prêcher » haut et fort. Le livre « Par Amour de la Patrie », à l'allure d'une autobiographie, qu'il publiait chez « Les guetteurs du Vent » à…

A bout portant

AutoDiff