Publié dans Politique

Délestage - La JiRAMA avance une cause technique et environnementale

Publié le jeudi, 14 février 2019

Pourquoi ne trouve-t-on pas toujours de solution à ce grand problème ? Le délestage revient de plus en plus dans la Capitale comme dans les régions mais les consommateurs ne peuvent rien faire à part se plaindre sur les réseaux sociaux et sur la page officielle de la JIRAMA. Deux heures par jour de coupure dans plusieurs quartiers et les conséquences  sont nombreuses. « Nous n’arrivons pas à nous concentrer sur notre travail. Je suis propriétaire d’un cybercafé et depuis que le délestage sévit de nouveau, j’ai déjà abimé deux de mes PC. Maintenant, j’ai peur pour mes autres matériels. Ainsi, j’ai décidé d’utiliser des stabilisateurs et des onduleurs pour protéger mes ordinateurs, cela m’a coûté encore plus d’argent mais je préfère protéger mon gagne- pain », confie un père de famille propriétaire d’un cybercafé à Ambohidratrimo. D’autres affirment que les coupures arrivent au moment où ils ont  le plus besoin de courant. De son côté, la JIRAMA se contente de publier des avis sur sa page facebook, or on n’a pas tous accès à Internet.


 Manque d’eau
 En tout cas, la JIRAMA annonce tous les jours la liste des quartiers où il y aura  le délestage. « Nous informons nos abonnés d’une coupure d’électricité qui va durer deux heures dans quelques localités du réseau interconnecté d’Antananarivo (RIA). Cette coupure est due à un problème technique rencontré dans la production. Les techniciens de la JIRAMA s’activent déjà dans la résolution du problème afin de rétablir, à la normale, l’approvisionnement en électricité dans ces localités. La JIRAMA présente toutes ses excuses pour le désagrément que cela pourrait engendrer », informe la société sur sa page facebook. Joint au téléphone, un responsable de dire que : « Nous avons un problème technique en matière de production sur laquelle s’ajoute le manque d’eau aux centrales d’Andekaleka et Antelomita. Cependant, je tiens à dire que les délestages de plusieurs heures n’existent pas comme certains le prétendent. Ça ne dure que deux heures pour tous les quartiers concernés. Nous tenons à dire que nous sommes actuellement en train de travailler sur le problème et déployons tous les moyens pour éliminer le délestage. Pour ce qui concerne le manque d’eau dans les centrales, nous ne pouvons pas nous permettre de faire tomber la pluie à cause de manque de budget, nous attendons les prochaines pluies ». En tout cas, pour Antananarivo, le délestage est technique, ce qui n’est pas le cas pour d’autres régions qui est un délestage économique, affirme toujours notre source.
 T.A.

Fil infos

  • Explications du MEN sur l’achat de bonbons sucettes - « Les 8,4 milliards d’ariary seront réaffectés à d’autres priorités »
  • Débat autour du Kianja Masoandro - Un bol d’air frais pour la France
  • Analanjirofo - Décès du chef de Région par intérim
  • Crise sanitaire - Un parfum de récupération politique dans l’air !
  • Ministère de l’Education nationale - 8 milliards d’ariary dépensés pour l’achat … de bonbons !
  • Roland Ratsiraka - La manœuvre machiavélique d’un politicien déchu
  • Coronavirus - Les législations autorisent des prises d'initiatives locales  
  • Appel de Andry Rajoelina à Toamasina - « Si chacun prend ses responsabilités, nous maîtriserons cette épidémie »
  • Covid-19 - Pas de cadavres ramassés à Toamasina
  • Défilé du 26 juin sur l’avenue de l’Indépendance - Le régime renoue avec la célébration des années 70 et 90

La Une

Editorial

  • Face-à-face mitigé
    La Session ordinaire des deux Chambres du Parlement bat son plein. Comme le stipule le texte fondamental, la première session se consacre essentiellement à l’examen et à l’adoption de la Loi de finances rectificative (LFR) de l’exercice budgétaire en cours et aux présentations des rapports d’activité de l’Exécutif devant le Parlement avec en toile de fond dominant le traditionnel face-à-face qui, au fil du temps, se transforme en « bras de fer » mettant aux prises élus du peuple et membres du Gouvernement.  

A bout portant

AutoDiff