Publié dans Politique

Tuerie entre Malagasy - « Plus jamais ça », dixit Andry Rajoelina

Publié le jeudi, 07 février 2019

7 février 2009 – 7 février 2019. Il y a dix ans, dans un contexte de tensions politiques et sociales grandissantes, des militaires tirent en rafale, et sans sommation, sur des manifestants devant le Palais présidentiel d’Ambohitsorohitra. Une quarantaine de personnes  tuées et plusieurs centaines de blessées. Plusieurs personnalités accusées d’être impliquées dans cette affaire ont été traduites en justice. Marc Ravalomanana, ancien président a été condamné par contumace à une peine de travaux forcés à perpétuité. Depuis 10 ans, cette date du 7 février est commémorée, notamment par les victimes regroupées au sein de l’Association des victimes du 7 février ou AV7. Hier, des dépôts de gerbes ont eu lieu à la stèle des martyrs du 7 février.

Leader de la révolution Orange en 2009, Andry Rajoelina, actuellement Président de la République n’a pas, lui aussi, failli à son devoir de mémoire, son devoir de se souvenir de ces « mpitolona » qui ont donné leur vie pour la Nation. Accompagné des membres du Gouvernement, il a déposé des gerbes de fleurs sur la stèle commémorative des martyrs. La cérémonie s’est poursuivie par un culte commémoratif  organisé dans l’enceinte du Palais d’Ambohitsorohitra. Lors de son discours de circonstance, Andry Rajoelina a insisté sur la nécessité de ne pas oublier ce qui  s’est passé il y a dix ans. « Il est interdit d’oublier ceux qui ont été blessés et qui ont des séquelles. Il ne faut pas oublier les concitoyens qui ont lutté dans les Régions, à Ambositra, Farafangana, Manakara, Vangaindrano. J’ai une pensée spéciale pour les 48 martyrs. Les jeunes, qui ont péri et qui sont blessés durant cet évènement, occupent une place particulière dans ma mémoire. Leurs cris et leurs appels résonnent encore dans mes oreilles », affirme le numéro Un de l’Etat. « Nous n’accepterons plus jamais que des évènements tels que ceux- là, où le sang de nos concitoyens soit versé, se reproduisent.  Un message est envoyé aux générations futures à ce que plus jamais des Malagasy tuent des compatriotes, peu importe les divergences d’idées politiques », renchérit-il.  Le Président de la République à appeler à utiliser le sacrifice de ces martyrs comme un moteur pour le développement du pays. « Nous ferons en sorte que le sang versé de nos frères, nos sœurs, nos ainés et nos cadets, apporterait quelque chose de bien pour le pays. Pour moi,  leur force et leur patriotisme me conduiront dans ma mission de dresser et de sauver cette Nation », lance Andry Rajoelina.
La rédaction

Fil infos

  • Lutte contre la corruption - Madagascar sur la voie de la coopération judiciaire internationale
  • Gouverneurs des banques centrales de la SADC - La première réunion à Antananarivo
  • Mise en œuvre de l’éducation physique de qualité - L’Afrique honore le Président Rajoelina
  • Candidature de Naina Andriantsitohaina - Un écho favorable de tous bords
  • Transport illégal de ressources minières - Un kilo d’or et 255 g de saphir saisis à Ivato
  • Non candidature à la mairie de Tana - Marc Ravalomanana trahit ses partisans
  • Candidat à l’élection municipale - Naina Andriantsitohaina, le sauveur d’Antananarivo !
  • Élection municipale - Le TIM humilié à Tana
  • Andohalo - Un voleur  de poule lynché par les riverains
  • Visite du Pape François - Le Président Rajoelina remercie le peuple malagasy

Editorial

  • Un challenger favori
    Maintenant c’est connu. L’IRD a choisi de placer en orbite un brillant opérateur économique de la place, Naina Andriantsitohaina, pour l’élection communale du 27 novembre à Antananarivo. En poste au ministère des Affaires étrangères en tant que ministre du Gouvernement Ntsay Christian II et III, Naina, pour les intimes, fait partie de la race des « entrepreneurs modernes » qui tentent de conjuguer la politique avec l’économie mais attention avec prudence. C’est un homme nouveau du microcosme politique local que la plateforme présidentielle mise pour rafler la cagnotte. Capitaine d’industrie, à la tête du Groupe Andriantsitohaina qu’il a hérité de son  grand-père, le patriarche Josoa Andriantsitohaina, et de son illustre père Jean-Charles Andraintsitohaina, Naina a pris la suite de l’empire en 2009 du vivant de son père. L’opérateur Naina Andriantsitohaina gère, à la fois quatre unités industrielles : l’imprimerie NIAG, l’usine de produits chimiques Prochimad, l’organe de presse Ultima-Média et la Banque BMOI…

A bout portant

AutoDiff