Publié dans Politique

Fonctionnement de la République - Mialy Rajoelina restera en dehors des affaires politiques

Publié le mercredi, 06 février 2019

Rupture avec le passé. Contrairement à la précédente Première dame, dont  le nom a été cité, à tort ou à raison, dans des affaires lugubres de nomination et d’immixtion dans les affaires politiques, Mialy Rajoelina veut redonner une image plus traditionnelle et conventionnelle de la Première dame.  Discrète depuis l'élection de son époux Andry Rajoelina à la tête de l’Etat, Mialy Rajoelina ne tiendra « aucun rôle politique » et n’empiétera sur le périmètre d’aucun titulaire d’autorité publique. Elle consacrera son temps aux causes qui lui sont chères.  Dans un communiqué, la Présidence de la République de Madagascar a tenu à émettre des précisions sur le rôle de la Première dame, épouse du  Président de la République. Cette déclaration confirme que l'épouse du Président de la République n'est pas rémunérée, qu'elle ne bénéficie d'aucun budget propre. En clair, Mialy Rajoelina ne  disposera pas de statut officiel.  Concernant le rôle de l'épouse du Chef de l'Etat, Iavoloha rappelle les actions traditionnellement allouées à la « première dame ».

 

Pour soutenir le Président de la République dans sa mission de garantir la bonne marche du pays, Iavoloha précise que la  Première dame, Rajoelina  Razakandisa Mialy accompagnera son époux lors de représentations officielles. En outre, la Première dame s’interdit, de quelque manière que ce soit,  toute immixtion dans les  affaires de l’Etat, précise la déclaration, et ce, dans le   respect des valeurs républicaines fondatrices de   L’Etat Malagasy. Elle s’abstiendra d’effectuer toute   intervention sur une   autorité ou sur l’administration publique en général. Des domaines dans lesquels le nom de l’ancienne Première dame avait été fréquemment cité lors du précédent mandat. Iavoloha a également fait des précisions au sujet des moyens financiers et humains à accorder à la conjointe du Président de la République. La Première  dame ne percevra aucune  rémunération et ne bénéficiera ni d’un Cabinet ni  d’un budget alloué au  titre de son rôle de  femme du Chef de l’Etat. Toutefois, elle peut disposer d’une assistante pour  gérer son agenda et l’accompagner dans ses  déplacements.   La déclaration précise également les engagements de Mialy Rajoelina. Elles sont au nombre de trois: Elle s’engage à continuer à œuvrer pour le  Pays essentiellement à  travers son Association  « Fitia ». Mialy Rajoelina s’engage à contribuer et  participer dans la lutte  contre la violence à  l’égard des femmes et des enfants dans le souci d’affirmer l’importance des  droits humains, de la  dignité et de la valeur  humaine,  Pour finir, elle s’engage à protéger l’environnement en apportant une solution pour améliorer la vie et la santé des foyers à travers  le programme de la Plateforme "PAESFA" dont elle est la présidente. La déclaration publiée par Iavoloha a été faite dans un souci de transparence et de clarté sur le rôle et la  place de l'épouse du Chef  de l’Etat dans la Vie de la  Nation. Il ne s'agit pas d'un statut juridique mais d'un engagement, qui ne vaut que pour Mialy Rajoelina et pour la durée du mandat d'Andry Rajoelina, et qui ne sera pas contraignant pour ses successeurs ni leurs conjoints, a précisé un observateur. 

 L.A.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Kidnapping à Tsaratanàna - Complicité de certains gendarmes ?
  • Décès de la jeune Andotiana - La Police française conclut à une mort par noyade
  • Critiques à tout-va et prématurées - Les détracteurs du régime se ridiculisent
  • Habitation - Des logements sociaux sur 58 ha à Ivato
  • Délestage - La JiRAMA avance une cause technique et environnementale
  • Epidémie de rougeole - Vaccination gratuite des enfants dans 22 districts
  • Assassinat de Richard Ratsimandrava - Un témoin oculaire révèle des faits troublants
  • Président Andry Rajoelina à Addis-Abeba - Sortie internationale, politique et économique
  • Bois de rose, fraude douanière, corruption… - Mbola Rajaonah interpellé
  • Maire de Toamasina et conseillers municipaux - Une Saint -Valentin pas comme les autres

La Une

Editorial

  • Et le savon !
    Trop occultée par les affres et les fantasmes de la politique, l’économie s’éclipse et meurt à petit feu! Elle peine à subsister. Des mesures d’urgence s’imposent. Le samedi 12 janvier 2019, le premier responsable de l’Autorité nationale en charge des mesures correctives commerciales (ANMCC) donna une conférence de presse en présence de certains opérateurs locaux. L’objet étant de faire état des dispositions engagées afin de « donner un nouveau souffle à l’industrie nationale ». D’après Barthélémy, directeur Général de l’ANMCC, des mesures de sauvegarde ont été arrêtées touchant les importations de certains produits comme les pâtes alimentaires, des détergents en poudre ainsi que des couvertures. Pour une durée de 4 ans, renouvelable, les importations de ces produits ciblés seront soumises au droit additionnel de 30%.  Il n’est jamais tard pour bien faire ! Les acteurs nationaux de l’industrie ont dû attendre des années des mesures pour protéger nos produits face à l’importation ...…

A bout portant

AutoDiff