Publié dans Politique

Fonctionnement de la République - Mialy Rajoelina restera en dehors des affaires politiques

Publié le mercredi, 06 février 2019

Rupture avec le passé. Contrairement à la précédente Première dame, dont  le nom a été cité, à tort ou à raison, dans des affaires lugubres de nomination et d’immixtion dans les affaires politiques, Mialy Rajoelina veut redonner une image plus traditionnelle et conventionnelle de la Première dame.  Discrète depuis l'élection de son époux Andry Rajoelina à la tête de l’Etat, Mialy Rajoelina ne tiendra « aucun rôle politique » et n’empiétera sur le périmètre d’aucun titulaire d’autorité publique. Elle consacrera son temps aux causes qui lui sont chères.  Dans un communiqué, la Présidence de la République de Madagascar a tenu à émettre des précisions sur le rôle de la Première dame, épouse du  Président de la République. Cette déclaration confirme que l'épouse du Président de la République n'est pas rémunérée, qu'elle ne bénéficie d'aucun budget propre. En clair, Mialy Rajoelina ne  disposera pas de statut officiel.  Concernant le rôle de l'épouse du Chef de l'Etat, Iavoloha rappelle les actions traditionnellement allouées à la « première dame ».

 

Pour soutenir le Président de la République dans sa mission de garantir la bonne marche du pays, Iavoloha précise que la  Première dame, Rajoelina  Razakandisa Mialy accompagnera son époux lors de représentations officielles. En outre, la Première dame s’interdit, de quelque manière que ce soit,  toute immixtion dans les  affaires de l’Etat, précise la déclaration, et ce, dans le   respect des valeurs républicaines fondatrices de   L’Etat Malagasy. Elle s’abstiendra d’effectuer toute   intervention sur une   autorité ou sur l’administration publique en général. Des domaines dans lesquels le nom de l’ancienne Première dame avait été fréquemment cité lors du précédent mandat. Iavoloha a également fait des précisions au sujet des moyens financiers et humains à accorder à la conjointe du Président de la République. La Première  dame ne percevra aucune  rémunération et ne bénéficiera ni d’un Cabinet ni  d’un budget alloué au  titre de son rôle de  femme du Chef de l’Etat. Toutefois, elle peut disposer d’une assistante pour  gérer son agenda et l’accompagner dans ses  déplacements.   La déclaration précise également les engagements de Mialy Rajoelina. Elles sont au nombre de trois: Elle s’engage à continuer à œuvrer pour le  Pays essentiellement à  travers son Association  « Fitia ». Mialy Rajoelina s’engage à contribuer et  participer dans la lutte  contre la violence à  l’égard des femmes et des enfants dans le souci d’affirmer l’importance des  droits humains, de la  dignité et de la valeur  humaine,  Pour finir, elle s’engage à protéger l’environnement en apportant une solution pour améliorer la vie et la santé des foyers à travers  le programme de la Plateforme "PAESFA" dont elle est la présidente. La déclaration publiée par Iavoloha a été faite dans un souci de transparence et de clarté sur le rôle et la  place de l'épouse du Chef  de l’Etat dans la Vie de la  Nation. Il ne s'agit pas d'un statut juridique mais d'un engagement, qui ne vaut que pour Mialy Rajoelina et pour la durée du mandat d'Andry Rajoelina, et qui ne sera pas contraignant pour ses successeurs ni leurs conjoints, a précisé un observateur. 

 L.A.

Fil infos

  • Explications du MEN sur l’achat de bonbons sucettes - « Les 8,4 milliards d’ariary seront réaffectés à d’autres priorités »
  • Débat autour du Kianja Masoandro - Un bol d’air frais pour la France
  • Analanjirofo - Décès du chef de Région par intérim
  • Crise sanitaire - Un parfum de récupération politique dans l’air !
  • Ministère de l’Education nationale - 8 milliards d’ariary dépensés pour l’achat … de bonbons !
  • Roland Ratsiraka - La manœuvre machiavélique d’un politicien déchu
  • Coronavirus - Les législations autorisent des prises d'initiatives locales  
  • Appel de Andry Rajoelina à Toamasina - « Si chacun prend ses responsabilités, nous maîtriserons cette épidémie »
  • Covid-19 - Pas de cadavres ramassés à Toamasina
  • Défilé du 26 juin sur l’avenue de l’Indépendance - Le régime renoue avec la célébration des années 70 et 90

La Une

Editorial

  • Face-à-face mitigé
    La Session ordinaire des deux Chambres du Parlement bat son plein. Comme le stipule le texte fondamental, la première session se consacre essentiellement à l’examen et à l’adoption de la Loi de finances rectificative (LFR) de l’exercice budgétaire en cours et aux présentations des rapports d’activité de l’Exécutif devant le Parlement avec en toile de fond dominant le traditionnel face-à-face qui, au fil du temps, se transforme en « bras de fer » mettant aux prises élus du peuple et membres du Gouvernement.  

A bout portant

AutoDiff