Publié dans Politique

Prochaine législature - Des leçons à retenir !

Publié le mardi, 05 février 2019

Le mandat de la première législature de la Quatrième République est arrivé à échéance hier à minuit. Les prochaines élections législatives pour élire les prochains députés auront lieu le 27 mai 2019 selon le décret de convocation pris par le Gouvernement en fin de semaine dernière. Pour pallier le vide constitutionnel qu'implique la fin de mandat de l'Assemblée nationale, le Parlement a adopté hier de manière définitive le projet de loi mandatant le pouvoir de déléguer au Président de la République.

L'heure est ainsi au bilan pour l'Assemblée nationale. Un bilan qui n'est pas du tout fameux. Les députés de la défunte Assemblée nationale se sont plus fait remarquer de manière négative que positive. Ceux-ci ont majoritairement failli dans leurs attributions de participer au travail législatif c'est-à-dire au processus d'élaboration de la loi et  à participer au contrôle du Gouvernement. Les députés de la dernière législature ont offert un spectacle lamentable. Chaque session parlementaire ou presque a apporté son lot de scandales. Cela a commencé dès le début de la législature, avec la déchéance du bureau permanent présidé par Christine Razanamahasoa.

S'ensuivirent les péripéties autour de la nomination des Premiers ministres, autour de l'article 54. Pour quelques intérêts sans doute individuels, certains députés  se sont ensuite adonnés à cœur joie à des retournements de veste. Rappelons à ce titre la formation des Mapar 2 et 3 des Maharante Jean de Dieu, Jean Nicolas Randrianasolo et consorts qui avaient troqué la cravate orange de leur formation d'origine pour arborer celle de couleur bleue du parti présidentiel. Citons également les députés qui se disaient indépendants.

Faut-il pourtant rappeler que les dispositions de l'article 72 de la Constitution sont claires en ce sens : « Durant son mandat, le député ne peut, sous peine de déchéance, changer de groupe politique pour adhérer à un nouveau groupe, autre que celui au nom duquel il s'est fait élire. En cas d'infraction à l'alinéa précédent, la sanction est la déchéance qui est prononcée par la Haute Cour constitutionnelle. » Des dispositions effacées par Ambohidahy qui estimait que « le député qui exerce son mandat suivant sa conscience et dans le respect des règles d'éthique (…) ne peut être lié par aucun ordre émanant de ses électeurs ou du parti dont il procède (…) il a entière liberté d'opinion, de parole et même de vote (…) ». Des dispositions que la HCC a tout simplement effacées.

En outre, il convient de rappeler également que, le mandat de la dernière Assemblée nationale a été miné par la corruption.  Les votes en faveur des lois et contre les motions de censure ont été pour la plupart du temps des votes motivés par la recherche des intérêts purement égoïstes de ces députés cupides et non orientés vers la satisfaction des intérêts collectifs de la société. Les caprices des députés ont fait la honte du pays. A plusieurs reprises, les députés ont  réclamé des 4x4, des tablettes tactiles pour effectuer un travail qu'ils ne font même pas correctement. Les épisodes du Paon d'Or l'an dernier pour l'adoption des lois électorales restent encore vivaces dans les esprits.

Des lois sont élaborées, votées et adoptées à la va-vite, sans véritable débat, et ces lois peuvent être au mépris des intérêts collectifs. Pour une question aussi importante que l'adoption d'une loi de finances, à de nombreuses reprises, les députés n'ont même pas pris la peine de venir à l'Assemblée pour s'acquitter de la tâche que la population leur a confiée et pour laquelle ils sont grassement payés par le contribuable… Cette législature a également eu son lot de scandales avec cette élue de Tsimbazaza qui avait accusé les journalistes de puer des aisselles et qui a par la suite fait parler d'elle à cause de photos d'elle dénudée diffusées sur les réseaux sociaux, pour ne citer qu'un exemple.

La plupart des députés de l'ancienne Assemblée nationale vont se représenter pour un nouveau mandat le 27 mai prochain. Reste à savoir s' ils seront réélus ou pas.

La Rédaction

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Algoculture - Des bénéfices souvent négligés
  • Ambilobe - Deux attaques à main armée en l’espace de 24 h
  • Réhabilitation de Notre-Dame de Paris - Un élan de solidarité à copier !
  • Elections municipales 2019 - Antananarivo à la recherche de la perle rare !
  • Tensions entre HVM au Sénat - 35 sénateurs signent une demande de session extraordinaire
  • Faux diplômes - Le directeur régional de la pêche de Mahajanga sous Md
  • Evacuation sanitaire d’une prisonnière - Le BIANCO et le PAC saisis de l’affaire
  • Forêt de Vohibola - « Nous étions purement et simplement kidnappés », dixit des Tangalamena
  • Réhabilitation et bitumage de la route Ambilobe-Vohémar - Andry Rajoelina passe à l’action
  • Corruption, faux et usage de faux - L’épouse d’un officier sous MD, un haut responsable du centre immatriculateur sous contrôle judiciaire

Editorial

  • Cœur en flammes !
    Notre-Dame de Paris s’embrase. « Le cœur en  cendres » titrait à la Une un célèbre quotidien parisien. En effet, le cœur de Paris sinon le cœur de la France voire le cœur de l’Europe a pris feu ! Sans doute, Notre-Dame de Paris est le symbole national de l’Histoire de France. Un des édifices historiques qui témoigne de la valeur culturelle et religieuse des Français. Bâti en 1163 dans l’Ile de la Cité,  sous le règne de Louis VII et à l’initiative de l’évêque de Paris, Maurice de Sully, elle ne sera achevée, du moins la structure principale, qu’en 1345. La durée des travaux s’étalait donc sur deux siècles. A titre de comparaison hâtive, les ouvriers ont mis trente ans pour finir les travaux de construction de l’Arc de Triomphe sur la Place de l’Etoile à Paris (1806-1836), et cela, malgré la pression impatiente du commanditaire des travaux, un certain Napoléon 1er.…

A bout portant

AutoDiff