Publié dans Politique

Prochaine législature - Des leçons à retenir !

Publié le mardi, 05 février 2019

Le mandat de la première législature de la Quatrième République est arrivé à échéance hier à minuit. Les prochaines élections législatives pour élire les prochains députés auront lieu le 27 mai 2019 selon le décret de convocation pris par le Gouvernement en fin de semaine dernière. Pour pallier le vide constitutionnel qu'implique la fin de mandat de l'Assemblée nationale, le Parlement a adopté hier de manière définitive le projet de loi mandatant le pouvoir de déléguer au Président de la République.

L'heure est ainsi au bilan pour l'Assemblée nationale. Un bilan qui n'est pas du tout fameux. Les députés de la défunte Assemblée nationale se sont plus fait remarquer de manière négative que positive. Ceux-ci ont majoritairement failli dans leurs attributions de participer au travail législatif c'est-à-dire au processus d'élaboration de la loi et  à participer au contrôle du Gouvernement. Les députés de la dernière législature ont offert un spectacle lamentable. Chaque session parlementaire ou presque a apporté son lot de scandales. Cela a commencé dès le début de la législature, avec la déchéance du bureau permanent présidé par Christine Razanamahasoa.

S'ensuivirent les péripéties autour de la nomination des Premiers ministres, autour de l'article 54. Pour quelques intérêts sans doute individuels, certains députés  se sont ensuite adonnés à cœur joie à des retournements de veste. Rappelons à ce titre la formation des Mapar 2 et 3 des Maharante Jean de Dieu, Jean Nicolas Randrianasolo et consorts qui avaient troqué la cravate orange de leur formation d'origine pour arborer celle de couleur bleue du parti présidentiel. Citons également les députés qui se disaient indépendants.

Faut-il pourtant rappeler que les dispositions de l'article 72 de la Constitution sont claires en ce sens : « Durant son mandat, le député ne peut, sous peine de déchéance, changer de groupe politique pour adhérer à un nouveau groupe, autre que celui au nom duquel il s'est fait élire. En cas d'infraction à l'alinéa précédent, la sanction est la déchéance qui est prononcée par la Haute Cour constitutionnelle. » Des dispositions effacées par Ambohidahy qui estimait que « le député qui exerce son mandat suivant sa conscience et dans le respect des règles d'éthique (…) ne peut être lié par aucun ordre émanant de ses électeurs ou du parti dont il procède (…) il a entière liberté d'opinion, de parole et même de vote (…) ». Des dispositions que la HCC a tout simplement effacées.

En outre, il convient de rappeler également que, le mandat de la dernière Assemblée nationale a été miné par la corruption.  Les votes en faveur des lois et contre les motions de censure ont été pour la plupart du temps des votes motivés par la recherche des intérêts purement égoïstes de ces députés cupides et non orientés vers la satisfaction des intérêts collectifs de la société. Les caprices des députés ont fait la honte du pays. A plusieurs reprises, les députés ont  réclamé des 4x4, des tablettes tactiles pour effectuer un travail qu'ils ne font même pas correctement. Les épisodes du Paon d'Or l'an dernier pour l'adoption des lois électorales restent encore vivaces dans les esprits.

Des lois sont élaborées, votées et adoptées à la va-vite, sans véritable débat, et ces lois peuvent être au mépris des intérêts collectifs. Pour une question aussi importante que l'adoption d'une loi de finances, à de nombreuses reprises, les députés n'ont même pas pris la peine de venir à l'Assemblée pour s'acquitter de la tâche que la population leur a confiée et pour laquelle ils sont grassement payés par le contribuable… Cette législature a également eu son lot de scandales avec cette élue de Tsimbazaza qui avait accusé les journalistes de puer des aisselles et qui a par la suite fait parler d'elle à cause de photos d'elle dénudée diffusées sur les réseaux sociaux, pour ne citer qu'un exemple.

La plupart des députés de l'ancienne Assemblée nationale vont se représenter pour un nouveau mandat le 27 mai prochain. Reste à savoir s' ils seront réélus ou pas.

La Rédaction

Fil infos

  • Lutte contre la corruption - Madagascar sur la voie de la coopération judiciaire internationale
  • Gouverneurs des banques centrales de la SADC - La première réunion à Antananarivo
  • Mise en œuvre de l’éducation physique de qualité - L’Afrique honore le Président Rajoelina
  • Candidature de Naina Andriantsitohaina - Un écho favorable de tous bords
  • Transport illégal de ressources minières - Un kilo d’or et 255 g de saphir saisis à Ivato
  • Non candidature à la mairie de Tana - Marc Ravalomanana trahit ses partisans
  • Candidat à l’élection municipale - Naina Andriantsitohaina, le sauveur d’Antananarivo !
  • Élection municipale - Le TIM humilié à Tana
  • Andohalo - Un voleur  de poule lynché par les riverains
  • Visite du Pape François - Le Président Rajoelina remercie le peuple malagasy

Editorial

  • Un challenger favori
    Maintenant c’est connu. L’IRD a choisi de placer en orbite un brillant opérateur économique de la place, Naina Andriantsitohaina, pour l’élection communale du 27 novembre à Antananarivo. En poste au ministère des Affaires étrangères en tant que ministre du Gouvernement Ntsay Christian II et III, Naina, pour les intimes, fait partie de la race des « entrepreneurs modernes » qui tentent de conjuguer la politique avec l’économie mais attention avec prudence. C’est un homme nouveau du microcosme politique local que la plateforme présidentielle mise pour rafler la cagnotte. Capitaine d’industrie, à la tête du Groupe Andriantsitohaina qu’il a hérité de son  grand-père, le patriarche Josoa Andriantsitohaina, et de son illustre père Jean-Charles Andraintsitohaina, Naina a pris la suite de l’empire en 2009 du vivant de son père. L’opérateur Naina Andriantsitohaina gère, à la fois quatre unités industrielles : l’imprimerie NIAG, l’usine de produits chimiques Prochimad, l’organe de presse Ultima-Média et la Banque BMOI…

A bout portant

AutoDiff