Publié dans Politique

Appréhendant le verdict de la HCC - Le chaos comme dernier recours pour Ravalomanana

Publié le vendredi, 04 janvier 2019

L’une des raisons pour laquelle les partisans de Marc Ravalomanana insistent pour manifester dans la rue au lieu d’attendre le verdict de la Haute Cour constitutionnelle (HCC) est qu’ils veulent faire pression sur cette dernière afin qu’elle tranche en leur faveur. La magistrate suspendue, Fanirisoa Ernaivo a d’ailleurs été explicite en brandissant dernièrement la menace d’une justice populaire à l’encontre des membres de la Haute juridiction si ceux-ci ne répondent pas aux attentes des pro-Ravalomanana. Il n’y aucune chance cependant pour qu’Ambohidahy puisse se laisser ainsi manipuler.

Sans préjuger de ce que pourrait être l’issue des centaines de requêtes déposées par le camp Ravalomanana auprès de la HCC, il est pratiquement impossible que la tendance publiée par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), avec ses  525 984 voix de différence,  puisse s’inverser. Dans le meilleur des cas, le candidat N°25 pourrait escompter un léger rétrécissement de l’écart, et encore.  Car il faut savoir qu’Andry Rajoelina a également déposé des requêtes qui, bien entendu, tendent aussi à faire annuler des voix obtenues par son rival.  Mais si, visiblement, Bel’Air a fait feu de tout bois afin d’avoir le plus de chance d’obtenir gain de cause, Arena, dans la même optique, a opté pour des tirs bien ciblés. Le scénario le plus probable serait donc une diminution générale des suffrages  exprimés, affectant aussi bien l’un que l’autre camp. Autrement dit un statu quo.

Le seul espoir qui reste pour Marc Ravalomanana serait donc que la HCC torde le cou au Droit afin de lui donner la victoire. Et c’est pour faire pression sur cette dernière pour aller en ce sens que les partisans du N°25 ont été déversés dans la rue. Hanitra Razafimanantsoa a été en effet sans équivoque lorsqu’elle a annoncé publiquement samedi dernier que les manifestations (c’est-à-dire la pression) sur la place du 13 mai seront maintenues jusqu’à la proclamation par Ambohidahy des résultats définitifs de l’élection présidentielle.

Politique de la terre brûlée

Le K25 compte donc sur la pression de ses partisans pour contraindre la HCC à satisfaire ses exigences. Pour mieux intimider les Hauts conseillers, les média pro-Ravalomanana se mettent à inciter les manifestants à créer ici et là des foyers de tension dans la Capitale. Le but est de donner l’impression que c’est le tout Tana qui est derrière leur mouvement. C’est oublier cependant que, en face, il y a les 2.587.035 citoyens (55,66%) qui ont voté pour Andry Rajoelina et qui, bien qu’en n’étant pas présents dans les rues,  pèsent de tout leur poids dans la balance. Les juges constitutionnels sont parfaitement conscients qu’un verdict aux détriments de cette majorité électorale, de surcroît au mépris du Droit, ne sera jamais LA solution à leur dilemme, si dilemme il y a. La question est d’une extrême simplicité : Si les vaincus n’acceptent pas leur défaite, les vainqueurs accepteront-ils d’être déclarés vaincus ? A chacun d’y répondre avec bon sens.

En attendant le 8 janvier, date annoncée par la HCC pour proclamer le résultat officiel et définitif du scrutin du 19 décembre dernier, les actuels manifestants de la Place du 13 mai, harangués par une poignée de manipulateurs,  ont déjà commencé à plonger le centre ville dans une atmosphère de chaos. Voyant sa dernière chance de briguer un ultime mandat s’évanouir, Marc Ravalomanana semble avoir fait sienne la politique de la terre brûlée. Après moi le déluge…

La Rédaction

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Nosy Be - La décision de la Justice bafouée par des autorités
  • Gestion et recensement du personnel de l'Etat - Ultimatum d'un mois pour tous les ministres
  • Algoculture - Des bénéfices souvent négligés
  • Ambilobe - Deux attaques à main armée en l’espace de 24 h
  • Réhabilitation de Notre-Dame de Paris - Un élan de solidarité à copier !
  • Elections municipales 2019 - Antananarivo à la recherche de la perle rare !
  • Tensions entre HVM au Sénat - 35 sénateurs signent une demande de session extraordinaire
  • Faux diplômes - Le directeur régional de la pêche de Mahajanga sous Md
  • Evacuation sanitaire d’une prisonnière - Le BIANCO et le PAC saisis de l’affaire
  • Forêt de Vohibola - « Nous étions purement et simplement kidnappés », dixit des Tangalamena

La Une

Editorial

  • Le chemin du filet
    Les grandes formations européennes de football s'affrontent, en ce moment, dans les phases éliminatoires des coupes tant au niveau national qu'européen. En France, les équipes de la Ligue 1 disputent à mort les meilleures places pour  la fameuse et légendaire Coupe de France. Et on y va de grosse surprise à la débâcle. Quand un PSG se fait étriller par 5 buts à 1 par une « équipe de province » Lille, il y a de quoi s'étonner ! En Europe, à l'UEFA, les âpres matches éliminatoires  comptant pour le championnat européen battent leur plein et arrivent à leur terme. En général, la hiérarchie est respectée. Les grandes équipes comme les Barça ou les Ajax trouvent toujours l'opportunité de faufiler pour se frayer un itinéraire vers le chemin du filet.

A bout portant

AutoDiff