Publié dans Politique

Ambassadeur d'une organisation onusienne - La nouvelle imposture en date de Ny Rado Rafalimanana

Publié le mercredi, 26 décembre 2018

Un diplomate ou un imposteur ?  La question est posée à l'heure actuelle par un certain nombre de personnes dans le milieu diplomatique malgache concernant Ny Rado Rafalimanana. Prétendant à la magistrature suprême portant le numéro 11 au premier tour, et ayant obtenu 01,15% des suffrages exprimés, soit 57.476 voix sur 4 980 604 suffrages exprimés, ce politique avait récemment annoncé son soutien au candidat numéro 25 pour le second tour.
Et au cours d'une vidéo selfie postée sur son compte facebook, Ny Rado Rafalimanana avait proféré des propos haineux à l'endroit du candidat à la présidentielle Andry Rajoelina et ses partisans tout en dénigrant les membres du corps de la Police nationale malgache.

Un dérapage et des propos choquants, indignes de la part d'un soi-disant ambassadeur, assujetti à une obligation de discrétion, estiment bon nombre d'observateurs.
Faut-il en effet rappeler que lors du dépôt de candidature aux présidentielles de 2018 et durant les campagnes présidentielles,  l'homme en question se prévaut du titre d'ambassadeur d'une organisation onusienne à Madagascar. Sa qualité d'ambassadeur a ainsi été remise en cause. De brèves investigations menées tendent à conforter l'idée d'une imposture.
Interrogées par rapport à l'Intergovernmental Collaborative Action Fund For Excellence (ICAFE), organisation dont Ny Rado Rafalimanana se dit être représentant, de nombreuses sources diplomatiques ont affirmé ne pas connaître une telle organisation internationale affiliée aux Nations Unies.  Une source au niveau du Système des Nations Unies, en a remis une couche, remettant en doute l'existence même d'une telle organisation.
Beaucoup ont d'ailleurs fait remarquer que les recherches menées sur internet concernant l'ICAFE se sont révélées infructueuses. Il n'existe aucune actualité concernant cette organisation dans les moteurs de recherche. L'organisation dispose bien d'un site internet. Il faut toutefois relever le fait que le siteweb est statique depuis sa création. Les publications sur le siteweb ont été créées en 2 jours et puis plus rien. Il suffit de relever les dates de publication. De là à parler d'une invention de toutes pièces fomentée par Ny Rado Rafalimanana, il n'y a qu'un pas que beaucoup seraient tentés de franchir, vu les casseroles que l'homme traîne.
En tout cas, les autorités malgaches, du temps de Hery Rajaonarimampianina auraient, selon les informations, opposé une fin de non- recevoir à une demande d'accrédidation formulée par Ny Rado Rafalimanana. D'après des informations recueillies, des démarches auraient en effet été engagées par l'individu auprès des autorités malgaches du temps de Hery Rajaonarimampianina. En février 2018, une lettre de nomination aurait ainsi été envoyée au Gouvernement malagasy à travers le ministère des Affaires étrangères.
Un document dont l'authenticité n'a pas pu être vérifiée. En tout cas la demande de cet homme politique se serait heurtée à refus de la part de la Présidence de la République, laquelle aurait émis de sérieux doutes sur l'institution et sur la requête….
La Rédaction

Fil infos

  • Graves diffamations contre le Chef de l'Etat - L'immobilisme du Gouvernement fait jaser
  • Région Betsiboka - L’Etat renforce la lutte contre l’insécurité
  • Projets sociaux - Le Président Andry Rajoelina exige du concret
  • Diffamation sur internet - La France, base arrière pour des cybercriminels malagasy ?
  • Alain Ramaroson - Quel avenir politique pour lui 
  • Claudine Razaimamonjy - De nouveau devant la barre hier
  • Découverte de crânes humains à Toamasina - Les affirmations de la domestique s’avèrent fausses
  • Calendrier scolaire - Dérapage incontrôlé de la Société civile
  • Naufrage du cargo Viviano - Les passagers sains et saufs, les marchandises totalement perdues
  • Restriction budgétaire - Le Premier ministre recadre les sénateurs

La Une

Editorial

  • Servir et non se faire servir !
    En tant que présidente de l'Assemblée nationale, Christine Razanamahasoa, magistrate et députée d'Ambatofinandrahana, pour un second mandat de son état, mit le point sur le « i » dès l'entame de la mandature des nouveaux élus à Tsimbazaza. Face aux comportements qui frisent l'indélicatesse de certains élu(e)s et qui défrayent la chronique, Mme Razanamahasoa tient à préciser qu'un député en tant que représentant(e) du peuple a été élu pour servir les intérêts du « vahoaka » qu'il est censée représenter et non se faire servir comme un prince.

A bout portant

AutoDiff