Publié dans Politique

Andry Rajoelina - « Le peuple a besoin d’un jeune président dynamique »

Publié le mercredi, 05 décembre 2018

« Il y a deux candidats. L’un a été rejeté par la population et a fui en Afrique du Sud. Le peuple ne refera plus marche arrière », a affirmé Andry Rajoelina hier devant la foule réunie massivement dans la Commune rurale Marojala, District de Sambava. Dans la lutte à distance qui l’oppose au candidat du TIM, Andry Rajoelina a donné le ton dès la première étape de sa tournée d’hier dans la SAVA. Après des meetings dans la Région Itasy et dans la Région Analamanga pour débuter sa campagne électorale, hier Andry Rajoelina a mis le cap vers la Région SAVA et celle de l’Analanjirofo. Pour des raisons climatiques, les meetings dans les Communes de Sandrakatsy dans le District de Mananara Nord et Vohipeno ont été annulés.  Au cours de ses rencontres avec la population, Andry Rajoelina a tenu à remercier tous ceux qui ont voté pour lui lors du premier tour et dit espérer que nombreux voteront encore pour lui lors du second tour. A cet égard, il lance :  « Aidez-moi pour que je puisse vous aider » et appelle  ceux qui n’ont pas effectué leur devoir à voter pour lui le 19 décembre prochain. Et lui de rajouter : « Le peuple a besoin d’un président dynamique ». « L’objectif est de rester premier pour le 19 décembre », lance-t-il, à Marojala, s’engageant notamment à  remettre des madriers pour construire le pont reliant cette petite Commune à Sambava et à augmenter les subventions pour les maires s’il est élu, à construire une usine de construction de panneaux solaires et de forages pour avoir de l’eau propre. Des engagements réitérés durant les meetings dans la SAVA et l’Analanjirofo. « Je suis aimé par tous les Malgaches du nord au  sud en passant par l’est et  l’ouest », tambourine-t-il. 

 

Dans la Commune rurale d’Ambodiangezoka - District Andapa, il s’est engagé à faire en sorte de donner de l’emploi aux jeunes.  « On dit tout le temps que Madagascar fait partie des pays les plus pauvres du monde. Le temps est venu de changer l’histoire. Le peuple malagasy mérite un président jeune », martèle-t-il.  « Je ne prendrai pas les terres de la population », renchérit le leader de l’Initiative pour l’Emergence de Madagascar.  « Durant la Transition, 

le prix de la vanille était  élevé », rappelle-t-il, promettant de tout faire pour relever le prix de ce produit emblème de Madagascar, notamment en mettant en place « Aucun Président de la République n’est venu ici », dit le candidat numéro 13.  « Que choisirons-nous le  19 décembre,  avancer ou reculer ? », dit aussi celui qui a obtenu le soutien de la majorité des maires de la SAVA.   « Nous ne regardons pas notre propre société », a indiqué Rajoelina dans la Commune d’Ampohibe- District Antalaha. Et lui de rappeler que lors du mouvement des députés à Antananarivo, pour contester contre les lois sur les élections qui excluaient des candidats, les députés  MAPAR avaient brandi des banderoles pour l’alternance démocratique.  « Ceux du TIM en revanche ont milité pour la réouverture du Magro, Tiko et Mbs. Cela veut dire que nous pensons d’abord au peuple », a remémoré le candidat numéro 13. « Ce n’est pas la première fois que le numéro 25 et moi nous nous affrontons. Lors des communales à Antananarivo, j’ai battu son poulain avec 70% des suffrages exprimés, le plus haut taux à Madagascar. Lors de l’élection présidentielle de 2013, je n’ai pas pu me présenter mais j’ai soutenu un candidat. Nous avons été opposés au TIM et nous avons encore gagné. Cette fois-ci en 2018, nous allons voter pour l’original, c'est-à-dire moi, et nous allons vaincre le numéro  25 », souligne-t-il, dans la Commune d’Anjahana,  District de Maroantsetra.

L.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Kidnapping à Tsaratanàna - Complicité de certains gendarmes ?
  • Décès de la jeune Andotiana - La Police française conclut à une mort par noyade
  • Critiques à tout-va et prématurées - Les détracteurs du régime se ridiculisent
  • Habitation - Des logements sociaux sur 58 ha à Ivato
  • Délestage - La JiRAMA avance une cause technique et environnementale
  • Epidémie de rougeole - Vaccination gratuite des enfants dans 22 districts
  • Assassinat de Richard Ratsimandrava - Un témoin oculaire révèle des faits troublants
  • Président Andry Rajoelina à Addis-Abeba - Sortie internationale, politique et économique
  • Bois de rose, fraude douanière, corruption… - Mbola Rajaonah interpellé
  • Maire de Toamasina et conseillers municipaux - Une Saint -Valentin pas comme les autres

La Une

Editorial

  • Et le savon !
    Trop occultée par les affres et les fantasmes de la politique, l’économie s’éclipse et meurt à petit feu! Elle peine à subsister. Des mesures d’urgence s’imposent. Le samedi 12 janvier 2019, le premier responsable de l’Autorité nationale en charge des mesures correctives commerciales (ANMCC) donna une conférence de presse en présence de certains opérateurs locaux. L’objet étant de faire état des dispositions engagées afin de « donner un nouveau souffle à l’industrie nationale ». D’après Barthélémy, directeur Général de l’ANMCC, des mesures de sauvegarde ont été arrêtées touchant les importations de certains produits comme les pâtes alimentaires, des détergents en poudre ainsi que des couvertures. Pour une durée de 4 ans, renouvelable, les importations de ces produits ciblés seront soumises au droit additionnel de 30%.  Il n’est jamais tard pour bien faire ! Les acteurs nationaux de l’industrie ont dû attendre des années des mesures pour protéger nos produits face à l’importation ...…

A bout portant

AutoDiff