Publié dans Politique

Elections Liens suspects entre - Mbola Rajaonah et le DSI de la CENI

Publié le dimanche, 18 novembre 2018

Mbola Rajaonah, réputé très proche de l’ex-couple présidentiel, Hery et de Voahangy Rajaonarimampianina, et le responsable du système d’information de la Commission électorale nationale indépendante, Heriniaina Rakotovao se connaissent personnellement. Les deux hommes sont même assez proches à en juger par les informations qui viennent d’être dévoilées dans la presse locale. D’après les échos, le grand patron de la société Tafaray, Mbola Rajaonah aurait racheté récemment un restaurant huppé situé dans un des plus grands centres commerciaux de la Capitale sis à Ivandry. Lors de l’achat, le nom du Directeur du système d’information (DSI) de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) Heriniaina Rakotovao a été utilisé comme prête-nom par le conseiller spécial auprès de la présidence de la République de Madagascar. Des liens « suspects » entre Mbola Rajaonah et le DSI de la CENI qui soulèvent la question du conflit d'intérêt.

L’impartialité de ce DSI peut également être remise en cause. Faut-il encore le souligner en effet, Mbola Rajaonah est réputé être l’un des principaux bailleurs du candidat numéro 25 Marc Ravalomanana, lequel est candidat à l’élection présidentielle, organisée par la CENI, organe où l’homonyme du Chef de l’Etat est donc le premier responsable du système informatique. Notons d’ailleurs que le domaine « informatique » a soulevé les interrogations ces derniers jours. La publication des résultats par la CENI a été précédée par de forts soupçons de fraude électronique.  Dénonçant la possibilité d’une manipulation des chiffres et après avoir épuisé toutes les démarches possibles pour assurer comme il se doit la mission d‘observation des élections, les représentants du candidat numéro 13 Andry Rajoelina à la CENI, avaient laissé entendre que « soit il y a fraudes électroniques, soit une manipulation manuelle des résultats, soit un piratage informatique au niveau de la Commission électorale nationale indépendante ». Les parlementaires qui soutiennent Andry Rajoelina avaient pour leur part dénoncé une fraude électronique. La crédibilité du logiciel de traitement des résultats utilisé par la CENI avait été remise en doute, par les observateurs.
 L.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Kidnapping à Tsaratanàna - Complicité de certains gendarmes ?
  • Décès de la jeune Andotiana - La Police française conclut à une mort par noyade
  • Critiques à tout-va et prématurées - Les détracteurs du régime se ridiculisent
  • Habitation - Des logements sociaux sur 58 ha à Ivato
  • Délestage - La JiRAMA avance une cause technique et environnementale
  • Epidémie de rougeole - Vaccination gratuite des enfants dans 22 districts
  • Assassinat de Richard Ratsimandrava - Un témoin oculaire révèle des faits troublants
  • Président Andry Rajoelina à Addis-Abeba - Sortie internationale, politique et économique
  • Bois de rose, fraude douanière, corruption… - Mbola Rajaonah interpellé
  • Maire de Toamasina et conseillers municipaux - Une Saint -Valentin pas comme les autres

La Une

Editorial

  • Et le savon !
    Trop occultée par les affres et les fantasmes de la politique, l’économie s’éclipse et meurt à petit feu! Elle peine à subsister. Des mesures d’urgence s’imposent. Le samedi 12 janvier 2019, le premier responsable de l’Autorité nationale en charge des mesures correctives commerciales (ANMCC) donna une conférence de presse en présence de certains opérateurs locaux. L’objet étant de faire état des dispositions engagées afin de « donner un nouveau souffle à l’industrie nationale ». D’après Barthélémy, directeur Général de l’ANMCC, des mesures de sauvegarde ont été arrêtées touchant les importations de certains produits comme les pâtes alimentaires, des détergents en poudre ainsi que des couvertures. Pour une durée de 4 ans, renouvelable, les importations de ces produits ciblés seront soumises au droit additionnel de 30%.  Il n’est jamais tard pour bien faire ! Les acteurs nationaux de l’industrie ont dû attendre des années des mesures pour protéger nos produits face à l’importation ...…

A bout portant

AutoDiff