Publié dans Politique

Région Menabe - La mafia des bois précieux fait parler d’elle

Publié le mercredi, 17 octobre 2018

Les forces de l’ordre, l’administration et même le système judiciaire à Morondava se montrent impuissants pour réprimer les trafiquants de bois de palissandre au niveau local. La forêt de Menabe Antimena est à la merci des trafiquants qui agissent en toute impunité. Il s’agit d’une aire protégée d’une superficie de 12 500 ha située à 60 km au nord de la capitale de Menabe, sur la route de Belo-sur-Tsiribihina. Plus de 150 ha y étaient défrichés l’an passé.
La « Durrell Conservation Trust », le gestionnaire du parc, et l’administration forestière peinent à épingler les cerveaux des coupes illicites à l’intérieur du parc. Selon nos informations, plus de 300 rondins de bois de palissandre y étaient découverts en août. Par la suite, on en a trouvé 120 et, dimanche dernier, les patrouilleurs sont tombés face à un lot d’une cinquantaine autre à bord d’un camion en flagrant délit.


Sous mandat de dépôt
Le groupe de contrôleurs a toutefois reçu l’ordre de ne toucher ni au véhicule ni aux bois illicites. Il leur a été interdit de procéder à l’enquête. Il est connu que le camion appartient à un jeune opérateur bien connu basé à Morondava au sobriquet à l’initiale F. Mais il n’est pas le seul à être sur le coup.
Un réseau bien établi existe dans la capitale régionale et à Mahabo. Les bois illicites alimentent le marché local, en plein boum en raison de l’essor des activités écotouristiques. Une partie des marchandises illégales est écoulée sur Antananarivo grâce à la complicité à tous les niveaux.
Récemment, les forces de l’ordre ont arrêté des individus chargés de couper les arbres à l’intérieur de l’aire protégée. Le parquet de Morondava les a placés sous mandat de dépôt. La justice aurait demandé l’arrestation et l’emprisonnement des cerveaux à la place de leurs serviteurs. Mais personne n’a donné suite à cette injonction jusqu’ici.
Coup d’épée dans l’eau
Face à la décevante situation, la Durrell Conservation Trust envisage de dire aux bailleurs d’arrêter le financement tant que la partie malagasy est incapable de faire cesser le trafic illicite. La communauté de base coopérant avec le gestionnaire aussi est au bord du désespoir. La forêt de Menabe Antimena est une zone de conservation pour la faune et la flore. Elle est aussi un site de recherche pour des scientifiques nationaux et internationaux.
Jusqu’ici, les appels des hauts responsables étatiques de passage dans le Menabe n’ont pas été suivis d’effet. Tour à tour, le Premier ministre Christian Ntsay et le Chef d’Etat Rivo Rakotovao ont mis l’accent sur le respect de la loi, la gouvernance et l’intégrité. Ils ont même tenu des propos assez sévères dans ce sens. Mais, jusqu’à preuve du contraire, leur mise en garde ressemble à un coup d’épée dans l’eau.
M.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Lalao Ravalomanana à la tête de la mairie - La plus grosse déception des Tananariviens
  • Laniera Ivato - Un Indopakistanais dépossède 950 Malagasy de leurs biens
  • Prétendu « achat de voix » pendant la propagande - Un candidat répond aux observateurs européens
  • Visite de Ravalomanana aux Barea - Une offense au football malagasy
  • Fianarantsoa I, Mananjary … - Des preuves flagrantes de manipulation de voix
  • Insécurité urbaine - Nassir de Conforama kidnappé
  • Anomalies électorales - Le camp Rajoelina saisira la HCC
  • Trafic à la douane - Mbola Rajaonah interdit de sortie du territoire
  • Représentant auprès de la CENI - Le camp Rajoelina plie bagage
  • Haingo Rasolofonjoa - « Il faut préserver avant tout la paix sociale dans ce contexte difficile »

Editorial

  • Attention !!
    Ressaisissons-nous tous ! Le pays glisse sans crier gare vers l'imparable. Tous les indicateurs broient du noir sinon voient rouge. La publication des résultats provisoires au niveau de la CENI nous plonge dans un état d'urgence voire critique. L'Instance d'Alarobia persiste à afficher des chiffres non seulement erronés mais aussi porteurs d'anomalies flagrantes. De l'autre côté, la population vit dans des conditions inacceptables que l'on a tendance à ignorer. On dirait qu'on profite bien du cafouillage qui prévaut pour tordre le cou au bas-peuple.

A bout portant

AutoDiff