Publié dans Politique

Permis et carte grise biométriques - Accusés, levez-vous !

Publié le jeudi, 04 octobre 2018

Trois ans après le lancement du permis et carte grise biométriques, l’Etat reconnait enfin que l’opération n’est finalement que de l’arnaque. Une arnaque dénoncée par la presse suite au témoignage d’un compatriote résidant aux Etats-Unis qui en a fait une mauvaise expérience avec les autorités locales en présentant son permis biométrique de Madagascar. C’était pourtant un appel dans le désert face au silence du ministre de l’Intérieur de l’époque, Mahafaly  Solonandrasana, et du représentant de la société slovène à Madagascar, Eric Rajaonary. Deux personnalités en course à  la magistrature suprême. La société slovène par le biais de son représentant a certes apporté des explications après la dénonciation mais apparemment, ce n’était qu’une excuse bidon. Sinon comment expliquer cet aveu des responsables du ministère  de l’Intérieur. Ainsi, des milliers de conducteurs malagasy avaient entre leurs mains, pendant trois bonnes années, un permis de conduire et/ou carte grise biométriques non conformes.

La honte pour ceux qui ont fait de bonnes affaires sur le dos de leurs compatriotes et amassés des milliards d’ariary par de l’arnaque. Il va sans dire du temps et de l’argent perdu dans les procédures imposées en vue de l’obtention de ces fameuses pièces biométriques. Il est impensable en effet que ces deux principaux responsables n’aient jamais su qu’ils vendaient du toc à l’administration et aux utilisateurs. Mahafaly Solonandrasana Olivier et Eric Rajaonary riaient certainement sous cape de la réussite de leur coup. Et dire qu’ils osent encore se présenter à une élection présidentielle.  Avec des milliards d’ariary gagnés, leur trésor de guerre est bien garni. Outre le faux document délivré, CETIS international, adjudicateur du marché, et son représentant à Madagascar n’ont jamais daigné livrer les matériels de contrôle de l’authenticité «  du faux permis biométrique ».  Aujourd’hui, c’est encore les contribuables qui paieront les pots cassés avec ce projet du ministère de tutelle de recourir à un nouveau fabricant de ce papier administratif. Et cette fois-ci, ce sera du vrai et reconnu au niveau international, promet-on.  Bien que la délivrance soit gratuite à ceux qui possèdent déjà le « faux permis biométrique », l’Etat doit ainsi compléter la différence. Et les usagers de leur côté referont le même parcours du combattant pour l’obtention du permis biométrique. Une source bien informée avance néanmoins une autre hypothèse. Selon ses dires, le permis de conduire et la carte grise livrés sont loin d’être des faux. Seulement, il faudrait un accord ou une convention avec ces pays pour qu’ils y soient « lisibles ». Mais le problème actuel pour leur délivrance réside d’un problème interne entre la CETIS international et CETIS Madagascar. Nous en reparlerons.
  La rédaction

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Lalao Ravalomanana à la tête de la mairie - La plus grosse déception des Tananariviens
  • Laniera Ivato - Un Indopakistanais dépossède 950 Malagasy de leurs biens
  • Prétendu « achat de voix » pendant la propagande - Un candidat répond aux observateurs européens
  • Visite de Ravalomanana aux Barea - Une offense au football malagasy
  • Fianarantsoa I, Mananjary … - Des preuves flagrantes de manipulation de voix
  • Insécurité urbaine - Nassir de Conforama kidnappé
  • Anomalies électorales - Le camp Rajoelina saisira la HCC
  • Trafic à la douane - Mbola Rajaonah interdit de sortie du territoire
  • Représentant auprès de la CENI - Le camp Rajoelina plie bagage
  • Haingo Rasolofonjoa - « Il faut préserver avant tout la paix sociale dans ce contexte difficile »

Editorial

  • Attention !!
    Ressaisissons-nous tous ! Le pays glisse sans crier gare vers l'imparable. Tous les indicateurs broient du noir sinon voient rouge. La publication des résultats provisoires au niveau de la CENI nous plonge dans un état d'urgence voire critique. L'Instance d'Alarobia persiste à afficher des chiffres non seulement erronés mais aussi porteurs d'anomalies flagrantes. De l'autre côté, la population vit dans des conditions inacceptables que l'on a tendance à ignorer. On dirait qu'on profite bien du cafouillage qui prévaut pour tordre le cou au bas-peuple.

A bout portant

AutoDiff