Publié dans Politique

Projet rocade Est et Nord-Est - Enfin le lancement officiel

Publié le lundi, 16 juillet 2018

En discussion et conçus sous l’ère Ravalomanana (2002-2009), les travaux de construction de la rocade est et nord-est et de la pénétrante urbaine au nord d’Antananarivo sont mis sur les rails. Le lancement des travaux a été effectué hier. Une pléiade de personnalités étatiques et de diplomates a rejoint le site de lancement à Amoronankona, Ambohimangakely, à cette occasion. La cérémonie s’est déroulée en présence du Premier ministre Christian Ntsay, du ministre des Travaux publics Andriantiana Ulrich ainsi que des ambassadeurs de l’Union européenne Antonio Sanchez-Benedito et de France Véronique Vouland-Aneini.
Janvier 2021
Le projet d’un coût total de 62,8 millions d’euros conduit par le ministère des Travaux publics et des Infrastructures est en effet cofinancé par la (Banque européenne d’investissement (BEI) à 28 millions d’euros (48%), l’Agence française de développement (AFD) à 24 millions d’euros (38%), par l’Etat malagasy lui-même à 5,8 millions d’euros (9%) et par l’Union européenne à 5 millions d’euros (8% à titre de don).
Assurés par l’entreprise de nationalité française SOGEA-SATOM, les travaux dureront jusqu’en janvier 2021. Au total, il y aura 8,25 km de routes à deux voies, dans les deux sens, des pistes cyclables, des aménagements spéciaux pour les arrêts de bus, et des passages pour piétons. Pour les autorités, le projet s’inscrit dans les efforts menés par le gouvernement afin de résoudre le problème d’embouteillage aux sorties d’Antananarivo, pour le bien de tous.
La construction de la rocade est et nord-est ainsi que la pénétrante urbaine au nord d’Antananarivo doit relier tous les grands axes menant aux grandes villes portuaires du pays, en l’occurrence les RN2, RN7, RN4 et RN3, cette dernière allant sur Anjozorobe via Andranobevava et le marais Masay.
Indemnisés
La rocade en construction assurera l’interconnexion entre plusieurs communes périphériques. Elle facilitera aussi le déplacement de la population et le transport des marchandises. Les habitants expropriés seront indemnisés dans le strict respect des lois. Un projet d’adduction d’eau potable et la mise en place d’abribus modernes jusqu’au marais Masay ont été promis dans la même foulée. Des lampadaires seront installés ainsi que des voies réservées aux cyclistes et piétons. Les ambassadeurs de l’Union européenne et de la France ont mis en relief l’importance du grand projet qui contribuera à l’amélioration de la mobilité urbaine. Celle-ci est, jusqu’ici, un problème pour la population et constitue de fait un frein au développement économique. C’est un des plus grands projets de la capitale malagasy en la matière, selon leurs remarques. La première magistrate de la grande ville Lalao Ravalomanana fut absente à la cérémonie.
Recueillis par M.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Lalao Ravalomanana à la tête de la mairie - La plus grosse déception des Tananariviens
  • Laniera Ivato - Un Indopakistanais dépossède 950 Malagasy de leurs biens
  • Prétendu « achat de voix » pendant la propagande - Un candidat répond aux observateurs européens
  • Visite de Ravalomanana aux Barea - Une offense au football malagasy
  • Fianarantsoa I, Mananjary … - Des preuves flagrantes de manipulation de voix
  • Insécurité urbaine - Nassir de Conforama kidnappé
  • Anomalies électorales - Le camp Rajoelina saisira la HCC
  • Trafic à la douane - Mbola Rajaonah interdit de sortie du territoire
  • Représentant auprès de la CENI - Le camp Rajoelina plie bagage
  • Haingo Rasolofonjoa - « Il faut préserver avant tout la paix sociale dans ce contexte difficile »

Editorial

  • Attention !!
    Ressaisissons-nous tous ! Le pays glisse sans crier gare vers l'imparable. Tous les indicateurs broient du noir sinon voient rouge. La publication des résultats provisoires au niveau de la CENI nous plonge dans un état d'urgence voire critique. L'Instance d'Alarobia persiste à afficher des chiffres non seulement erronés mais aussi porteurs d'anomalies flagrantes. De l'autre côté, la population vit dans des conditions inacceptables que l'on a tendance à ignorer. On dirait qu'on profite bien du cafouillage qui prévaut pour tordre le cou au bas-peuple.

A bout portant

AutoDiff