Publié dans Politique

Projet rocade Est et Nord-Est - Enfin le lancement officiel

Publié le lundi, 16 juillet 2018

En discussion et conçus sous l’ère Ravalomanana (2002-2009), les travaux de construction de la rocade est et nord-est et de la pénétrante urbaine au nord d’Antananarivo sont mis sur les rails. Le lancement des travaux a été effectué hier. Une pléiade de personnalités étatiques et de diplomates a rejoint le site de lancement à Amoronankona, Ambohimangakely, à cette occasion. La cérémonie s’est déroulée en présence du Premier ministre Christian Ntsay, du ministre des Travaux publics Andriantiana Ulrich ainsi que des ambassadeurs de l’Union européenne Antonio Sanchez-Benedito et de France Véronique Vouland-Aneini.
Janvier 2021
Le projet d’un coût total de 62,8 millions d’euros conduit par le ministère des Travaux publics et des Infrastructures est en effet cofinancé par la (Banque européenne d’investissement (BEI) à 28 millions d’euros (48%), l’Agence française de développement (AFD) à 24 millions d’euros (38%), par l’Etat malagasy lui-même à 5,8 millions d’euros (9%) et par l’Union européenne à 5 millions d’euros (8% à titre de don).
Assurés par l’entreprise de nationalité française SOGEA-SATOM, les travaux dureront jusqu’en janvier 2021. Au total, il y aura 8,25 km de routes à deux voies, dans les deux sens, des pistes cyclables, des aménagements spéciaux pour les arrêts de bus, et des passages pour piétons. Pour les autorités, le projet s’inscrit dans les efforts menés par le gouvernement afin de résoudre le problème d’embouteillage aux sorties d’Antananarivo, pour le bien de tous.
La construction de la rocade est et nord-est ainsi que la pénétrante urbaine au nord d’Antananarivo doit relier tous les grands axes menant aux grandes villes portuaires du pays, en l’occurrence les RN2, RN7, RN4 et RN3, cette dernière allant sur Anjozorobe via Andranobevava et le marais Masay.
Indemnisés
La rocade en construction assurera l’interconnexion entre plusieurs communes périphériques. Elle facilitera aussi le déplacement de la population et le transport des marchandises. Les habitants expropriés seront indemnisés dans le strict respect des lois. Un projet d’adduction d’eau potable et la mise en place d’abribus modernes jusqu’au marais Masay ont été promis dans la même foulée. Des lampadaires seront installés ainsi que des voies réservées aux cyclistes et piétons. Les ambassadeurs de l’Union européenne et de la France ont mis en relief l’importance du grand projet qui contribuera à l’amélioration de la mobilité urbaine. Celle-ci est, jusqu’ici, un problème pour la population et constitue de fait un frein au développement économique. C’est un des plus grands projets de la capitale malagasy en la matière, selon leurs remarques. La première magistrate de la grande ville Lalao Ravalomanana fut absente à la cérémonie.
Recueillis par M.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Kidnapping à Tsaratanàna - Complicité de certains gendarmes ?
  • Décès de la jeune Andotiana - La Police française conclut à une mort par noyade
  • Critiques à tout-va et prématurées - Les détracteurs du régime se ridiculisent
  • Habitation - Des logements sociaux sur 58 ha à Ivato
  • Délestage - La JiRAMA avance une cause technique et environnementale
  • Epidémie de rougeole - Vaccination gratuite des enfants dans 22 districts
  • Assassinat de Richard Ratsimandrava - Un témoin oculaire révèle des faits troublants
  • Président Andry Rajoelina à Addis-Abeba - Sortie internationale, politique et économique
  • Bois de rose, fraude douanière, corruption… - Mbola Rajaonah interpellé
  • Maire de Toamasina et conseillers municipaux - Une Saint -Valentin pas comme les autres

La Une

Editorial

  • Et le savon !
    Trop occultée par les affres et les fantasmes de la politique, l’économie s’éclipse et meurt à petit feu! Elle peine à subsister. Des mesures d’urgence s’imposent. Le samedi 12 janvier 2019, le premier responsable de l’Autorité nationale en charge des mesures correctives commerciales (ANMCC) donna une conférence de presse en présence de certains opérateurs locaux. L’objet étant de faire état des dispositions engagées afin de « donner un nouveau souffle à l’industrie nationale ». D’après Barthélémy, directeur Général de l’ANMCC, des mesures de sauvegarde ont été arrêtées touchant les importations de certains produits comme les pâtes alimentaires, des détergents en poudre ainsi que des couvertures. Pour une durée de 4 ans, renouvelable, les importations de ces produits ciblés seront soumises au droit additionnel de 30%.  Il n’est jamais tard pour bien faire ! Les acteurs nationaux de l’industrie ont dû attendre des années des mesures pour protéger nos produits face à l’importation ...…

A bout portant

AutoDiff