Publié dans Politique

Sortie de crise - Les sans-grades se ridiculisent

Publié le vendredi, 15 juin 2018

Le ridicule ne tue pas. Prenant au mot cet adage bien connu, des politiciens véreux tentent de faire entendre leur voix peu audibles dans le milieu malagasy. Mais contrairement à la majorité de la population, ces politiciens peu crédibles manœuvrent pour que le pays s'enlise encore un peu plus dans la crise. Une crise née, rappelons-le, par le vote teinté de corruption au sein de l'Assemblée nationale et relatif à l'adoption des lois électorales.

Au lendemain de ce vote controversé, les choses se sont accélérées passant de la manifestation sur la place du 13 Mai  initiée par le collectif des 73 députés pour le changement à la dissolution du gouvernement Mahafaly en passant par la sanction du Président de la République par la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) qui lui a ordonné de respecter désormais  la constitution et ce à commencer par le suivi strict des décisions émises par cette haute entité juridictionnelle du pays. Un ouf de soulagement pour le peuple qui aspire à vivre dans la sérénité mais surtout pour les électeurs qui veulent une bonne fois pour toutes émettre leurs avis par le biais des élections anticipées libres, transparentes et crédibles. Et ce dans le plus bref délai.
Mais des politiciens affamés ne veulent pas l'entendre de cette oreille et militent pour que la sortie de crise ne se fasse pas de cette manière. Ils misent sur leurs options qui se basent sur le partage des sièges que ce soit au niveau du gouvernement ou du pouvoir législatif. Inconscients, ces politiciens qui se vantent de représenter des partis ou des associations mais dont la représentativité laisse vraiment à désirer, profitent de chaque occasion pour faire parler d'eux. Ils se sont mis à nu à la soi-disant réunion au sommet concoctée par le Conseil du fampihavanana Malagasy (CFM) en proposant le draft de leur solution de la crise actuelle. Pour eux, tout est à refaire et sans le moindre scrupule, ils envisagent une nouvelle transition, de la création des structures budgétivores où les fauteuils seront distribués tous azimuts. Leur but est d'intégrer ces structures tout en sirotant l'argent des contribuables en contre-partie des gesticulations et masturbation intellectuelle qu'ils comptent réaliser durant leur nouvelle transition de plus de 12 mois. Les élections, anticipées ou non, ne font pas leur affaire d'où leur acharnement à faire capoter cette issue légale et légitime. Et pas plus que cette semaine, ces politiciens ont remis sur le tapis leur proposition bidon à la réunion organisée par la Commission  électorale nationale indépendante (CENI).
Peur des élections et du processus démocratique, ces sans-grades se ridiculisent en clamant sur le toit un projet qui dommage ne les conduit pas à leur mort…politique.
La rédaction

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Programme d’Andry Rajoelina - Accent sur les énergies renouvelables
  • Conférence souveraine - Les candidats « anti-7 novembre » se couvrent de ridicule
  • Report de la présidentielle et nouvelle transition - Tollé général contre la manœuvre de certains candidats
  • Andry Rajoelina en campagne - Marée humaine dans les capitales Betsileo et Betsimisaraka
  • Andry Rajoelina contre l’insécurité - L’arrêt de l’exportation bovine en perspective
  • Région Menabe - La mafia des bois précieux fait parler d’elle
  • Atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat - Pety Rakotoniaina de nouveau en prison
  • Election présidentielle - Narson Rafidimanana et 150 maires séduits par le programme de Rajoelina
  • Déstabilisation et manœuvres de coup d'Etat - Des mains étrangères au cœur des soupçons
  • Conseil du Fampihavanana Malagasy - Perte de crédibilité confirmée !

Editorial

  • Farce exutoire !
    Suite à la réunion initiée par la CENI à laquelle les 36 candidats à l'élection présidentielle ont été conviés, 25 des 36 « participants » à la course ont accouché un « Accord politique ». En effet, à l'issue de cette rencontre, très houleuse, ce vendredi 19 octobre, à Nanisana, des prétendants dont les dossiers de candidature, après s'être acquittés des 50 millions d'Ar, ont été formellement validés par la HCC manifestèrent leur rejet contre l'organisation générale de  l'élection prévue pour le 7 novembre 2018.

A bout portant

AutoDiff