Publié dans Politique

Gouvernement Ntsay - Accouchement prévu ce jour

Publié le dimanche, 10 juin 2018

Une naissance difficile. C'est le moins que l'on puisse dire de l'accouchement du Gouvernement. L'évènement, la formation du nouveau Gouvernement, devra se produire dans les prochaines heures. Le délai imparti par la Haute Cour constitutionnelle malagasy pour la nomination des ministres du tout nouveau Gouvernement échoit en effet ce jour. Dans son article 6 de sa décision du 25 mai dernier relative à la déchéance du Président de la République, la HCC dispose que : « le Président de la République nomme les ministres sur proposition du Premier ministre, dans un délai de sept (07)jours pour compter de la nomination du Premier ministre, conformément aux dispositions de l'article 54 de la Constitution et aux termes de l'Avis n°01-HCC/AV du 17 février 2014 portant interprétation des dispositions de l'Arrêt n°11-CES/AR 14 du 06 février 2014 portant proclamation officielle des résultats définitifs des élections législatives de la 4e République ». 

Le Premier ministre Christian Ntsay a été nommé le 4 juin dernier, le nouveau Gouvernement devra être rendu public ce jour normalement. A quelques heures de l'évènement tant attendu, aucun détail n'a filtré sur ce qui pourrait être sa composition. Seules des supputations circulent sur les hommes et femmes susceptibles de figurer dans l'équipe du nouveau ministre. 
Depuis sa nomination, le nouvel homme fort de la Primature Christian Ntsay a consulté la majorité des composantes de la société malagasy, en vue de constituer son équipe. Former un Gouvernement aura été particulièrement délicat pour le PM, compte-tenu des revendications des différentes sensibilités. D'un côté, Iavoloha continue de vouloir dicter sa loi en imposant ses hommes. De l'autre côté, les députés pour le changement continuent de marteler un zéro redoublement. Autrement dit, les manifestants du 13 Mai  ne veulent plus revoir les visages des anciens ministres du HVM. A l'image du nouveau Premier ministre, les députés pour le changement aspirent  à un attelage gouvernemental composé d'hommes et de femmes issus exclusivement des rangs du MAPAR, du TIM, du Hiaraka Isika, du Leader Fanilo. Du côté du 13 Mai, l'on se base effectivement sur l'arrêt n°11-CES/AR du 06 février 2014 portant proclamation des résultats définitifs des élections législatives du 20 décembre 2013 cité en référence par la HCC. Des dispositions qui sous-entendent clairement que la majorité des portefeuilles - ministériels devrait revenir au Miaraka amin'ny Prezida Andry Rajoelina et au Tiako i Madagasikara.
 La partie n'aura pas été aisée pour Christian Ntsay. L'ancien représentant de l'Organisation internationale du Travail, qui ambitionne de sortir le pays de la crise en tenant des élections au plus, a dû jongler entre l'entêtement d'Iavoloha et les desiderata de la population. En ce sens, le Premier ministre pourrait faire sortir de son chapeau un Gouvernement ouvert à toutes les parties prenantes...  En tout cas, les yeux seront rivés vers Iavoloha ce jour où l'annonce de la nouvelle équipe gouvernementale devrait avoir lieu.
La rédaction

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Concurrence au sein du HVM - Rivo Rakotovao tacle l'ex - ministre Paul Rabary
  • Vie politique - Qui a peur des élections ?
  • Assemblée nationale - Quid de la déchéance des députés « caméléons » ?
  • Election présidentielle 2018 - Les candidats pressentis du HVM
  • Elections anticipées - Une obligation et non une option !
  • Contre une présidentielle anticipée - Le HVM et ses sbires divaguent
  • Venue du Pape à Madagascar - « Je ne peux pas promettre à 100 % », dixit le Cardinal Tsarahazana
  • Andry Rajoelina - « La nomination des ministres autres que MAPAR et TIM était à notre insu »
  • Choix de ministres HVM indésirables - Peaux de banane de Rajaonarimampianina contre Ntsay Christian
  • Sortie de crise - Les sans-grades se ridiculisent

La Une

Editorial

  • Sale jeu !
    A quel jeu se livre-t-on exactement ? Sur terrain, une équipe hétéroclite dirigée par un « technocrate et n'appartenant à aucune formation politique » du nom de Ntsay Christian joue un match capital. En réalité, il s'agit d'un match où « tout le monde », coach, capitaine, joueurs, supporters et même les spectateurs sur le gradin, n'a pas le droit ni l'intérêt de perdre. A tout prix, l'équipe doit gagner !

A bout portant

AutoDiff