Publié dans Politique

Déchéance de Hery Rajaonarimampianina - Le compte à rebours déclenché!

Publié le mardi, 15 mai 2018

La Haute Cour Constitutionnelle a notifié le Président de la République Hery Rajaonarimampianina d’une requête aux fins de déchéance à son encontre déposée par les 73 députés. D’après des sources concordantes, la notification aurait été déposée à Iavoloha avant-hier. La défense du Président de la République aurait demandé à n’être notifié que lundi prochain et à disposer de 15 jours pour présenter ce mémoire en défense. Deux demandes refusées en bloc par les hauts conseillers. Un délai de 72 heures, soit jusqu’à ce vendredi, a été donné  au Chef de l’Etat pour qu’il présente son mémoire de défense auprès de la Greffe d’Ambohidahy. Les Jean Eric Rakotoarisoa et consorts examineront le mémoire en défense de l’inculpé et la requête des députés avant de prononcer son verdict. La décision de la HCC pourrait donc n’intervenir qu’en toute fin de week-end voire en début de semaine prochaine, d’après des observateurs de la vie politique malgache. Selon la Constitution, c'est la Haute Cour de Justice qui aurait dû trancher sur la déchéance du chef de l'État.  Cependant cette cour n'est pas encore opérationnelle. Ce retard dans la mise en place de cet organe constitutionnel est la raison mise en avant par les « députés pour le changement » hostiles au Président de la République pour le déchoir. Une requête aux fins de déchéance du Président de la République a ainsi été déposée par le collectif des 73 députés auprès de la Hcc le 25 avril dernier. Les députés pour le changement mettent en avant l’article 167 de la Constitution qui dispose que « Aux fins de respecter le prescrit constitutionnel, le président de la République dans un délai de 12 mois à compter de son investiture, invite les instances compétentes à désigner les membres qui composeront la Haute Cour de Justice afin de procéder dès l’expiration de ce délai à l’installation de la Haute Cour de Justice. Toute partie justifiant d’un intérêt peur saisir les institutions compétentes de demande de sanction en cas de carence. En ce qui concerne le président de la République, exceptionnellement, l’instance compétente est la Haute Cour Constitutionnelle qui serait autorisée à prendre les sanctions qu’aurait pu prendre la Haute Cour de Justice si elle était installée ». 

 

Le non-respect de cette disposition constitutionnelle était un motif pouvant entraîner la déchéance du chef de l’Etat avait justement rappelé le juriste Honoré Rakotomanana, qui était devenu président du Sénat par la suite, au cours d’une émission spéciale sur une chaîne de télévision privée de la capitale au mois de février 2014.  Le délai en question a expiré depuis longtemps, c'est-à-dire depuis le 25 janvier 2015. La mise en place de la Hcj accuse ainsi plus de trois ans de retard. Autant d’années que le chef de l’Etat est donc en train de violer la Constitution, estiment bon nombre d’observateurs pour lesquels il ne devrait y avoir qu’une seule issue possible logique : la déchéance de Hery Rajaonarimampianina. En tout cas, il ne reste donc plus que quelques jours avant que le voile ne soit levé par la HCC. Le compte à rebours a commencé.

La Rédaction

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Programme d’Andry Rajoelina - Accent sur les énergies renouvelables
  • Conférence souveraine - Les candidats « anti-7 novembre » se couvrent de ridicule
  • Report de la présidentielle et nouvelle transition - Tollé général contre la manœuvre de certains candidats
  • Andry Rajoelina en campagne - Marée humaine dans les capitales Betsileo et Betsimisaraka
  • Andry Rajoelina contre l’insécurité - L’arrêt de l’exportation bovine en perspective
  • Région Menabe - La mafia des bois précieux fait parler d’elle
  • Atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat - Pety Rakotoniaina de nouveau en prison
  • Election présidentielle - Narson Rafidimanana et 150 maires séduits par le programme de Rajoelina
  • Déstabilisation et manœuvres de coup d'Etat - Des mains étrangères au cœur des soupçons
  • Conseil du Fampihavanana Malagasy - Perte de crédibilité confirmée !

Editorial

  • Farce exutoire !
    Suite à la réunion initiée par la CENI à laquelle les 36 candidats à l'élection présidentielle ont été conviés, 25 des 36 « participants » à la course ont accouché un « Accord politique ». En effet, à l'issue de cette rencontre, très houleuse, ce vendredi 19 octobre, à Nanisana, des prétendants dont les dossiers de candidature, après s'être acquittés des 50 millions d'Ar, ont été formellement validés par la HCC manifestèrent leur rejet contre l'organisation générale de  l'élection prévue pour le 7 novembre 2018.

A bout portant

AutoDiff