Publié dans Politique

En manque de popularité - Le HVM se livre à des démonstrations de…farce

Publié le mardi, 15 mai 2018

L’énième opération de communication du HVM d’avant-hier au palais des Sports de Mahamasina, en guise de riposte contre le mouvement du 13 mai a tourné au vinaigre. Rameuté par cars entiers afin de constituer une pseudo-foule de partisans de l’actuel locataire d’Iavoloha, les populations des quartiers périphériques, livrées à elles-mêmes à l’issue de la cérémonie, en étaient réduites à s’adonner à une véritable mêlée ouverte pour essayer d’obtenir ce qu’on leur a promis : à savoir du riz, de l’huile et du pois du cap.

 Dans cette gigantesque echaufourée, ce sont les plus robustes qui ont raflé la mise tandis que ceux qui étaient censés être les bénéficiaires de la prétendue largesse du couple présidentiel  -  les personnes du troisième âge et les ménages de faible revenu  -  sont rentrés bredouilles. Si d’autres n’ont pas vu la couleur de la somme de 2.000 ariary qu’on leur aurait proposée à titre de « jetons de présence », beaucoup en étaient quitte pour rentrer à pied, ayant manqué le rendez-vous avec le véhicule prévu pour les ramener, à force de trop traîner sur les lieux pour attendre leur dû. 

 

Des « figurants » pour le press-book du HVM

En réalité, ces malheureux citoyens étaient les dindons d’une farce très mauvais goût. Il se trouve qu’ils avaient seulement servi de « figurants » pour le press-book du HVM, les images étant destiné à une opération de communication dont le but est de faire croire en l’existence d’une grande partie de la population tananarivienne encore acquise à la cause de Hery Rajaonarimampianina. Effectivement, dès la fin de l’après-midi, les vidéos et les photos de l’arrivée à Mahamasina du Président, accueilli par une rangée compacte de « sympathisants » arborant des banderoles à l’avantage de ce dernier, ainsi que du  Palais des Sports plein à craquer, ont commencé à déferler sur les réseaux sociaux. 

Malheureusement pour les initiateurs de la mascarade, presque en même temps, les images du « sakoroka » (émeute) qui était en train de se dérouler au Palais de Sports ont aussi commencé à envahir la toile pour devenir rapidement virales. Il est apparu que les organisateurs de l’opération, une fois les prises de vue terminée, avaient tout simplement laissé leurs « figurants », désormais inutiles, se servir eux-mêmes. Ce fut la curée. Les images de femmes et enfants ramassant les quelques grains échappés des sacs éventrés ont particulièrement choqué. Résultat des courses: c’est plutôt l’indignation vis-à-vis  de la vulgaire manipulation par les pouvoirs publics de la détresse des concitoyens, de surcroît dans un but exclusif de propagande, qui prévalait dans les chaumières. 

Situations cocasses

Il faut savoir que, pour pallier à l’extrême impopularité du Chef de l’Etat, le HVM semble avoir fait de telles mises en scènes grotesques sa stratégie favorite. Pour ne citer qu’un exemple récent, il en a été ainsi il y a quelques semaines à Faratsiho, lors du soi-disant lancement des travaux de réhabilitation de la route reliant cette localité à la RN2, où l’assistance était composée en très grande partie d’écoliers et de collégiens. La cérémonie s’étant déroulée un jour ouvrable, les élèves étaient facilement repérables avec leurs uniformes. Comble du ridicule, à cette occasion, le locataire d’Iavoloha a dû quémander à plusieurs reprises des applaudissements de la part d’un auditoire complètement amorphe. 

La question qui se pose est de savoir si ceux qui sont à l’origine de ces trompe-l’œil sont bien persuadés de l’efficacité de leur initiative. Il est clair en effet que, s’il s’agissait d’opération de charme, la population est loin d’être dupe et de ce fait, la tromperie a bien au contraire un effet encore plus dévastateur sur ce qui pourrait rester du capital sympathie de Hery Rajaonarimampianina. C’est ce dernier, en réalité, qui est la première victime de la supercherie car, à force de voir de scènes semblables, naïvement, il est encore convaincu de sa popularité. Ce qui peut être à  l’origine de situations cocasses. A l’image de ce qui s’est passé à Vohipeno où le Président, sourire jusqu’aux oreilles, a salué joyeusement l’assistance sans que celle-ci, dans son ensemble, n’a daigné lui répondre. Il s’est trouvé que la marée humaine qui était présente n’a pas été payée pour jouer la comédie…

Hery Mampionona

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Place du 13 mai - Le mouvement des 73 députés gagne un nouveau souffle !
  • Eglise catholique apostolique romaine - Un quatrième Cardinal pour Madagascar
  • Hery Rasoamaromaka convoqué à la Brigade spéciale - La machine de la répression en marche
  • Dépôt du mémoire en défense - Erreur de calcul monumentale de la Présidence !
  • Grande manifestation des 73 députés - Déballages, carnaval, spectacle au programme ce jour
  • Administrateurs-civils de Madagascar - La coupe est pleine
  • Déchéance - Le Président a sciemment bloqué la mise en place de la HCJ
  • Promulgation des lois électorales - La Constitution violée pour la énième fois
  • Négociateur du HVM - Maharante Jean de Dieu, une personnalité clivante
  • Initiative pour l'Emergence de Madagascar - Un premier forum international à Antananarivo

Editorial

  • Point de droit
    Aristote (384-322), un philosophe de la Grèce antique, l'auteur de la célèbre pensée « l'homme est un animal politique », dans son exposé thématique sur la vertu, prônait le concept du « juste milieu ». Il invitait toujours l'homme à chercher la médiane entre un « par défaut » et un « excès ».Une philosophie qui avait largement contribué ou influencé à la conception de la pensée occidentale. Une sagesse que le monde de l'Ouest, par la voie du dialogue, tente de prioriser autant que possible. La recherche du consensus marque les progrès dans toute démarche de règlement de conflit. On bannit toute tentative au fanatisme et à l'intégrisme.

A bout portant

AutoDiff