Publié dans Politique

Solonandrasana « démissionné » - Mamy Ratovomalala pressenti ministre de l’Intérieur

Publié le mercredi, 11 avril 2018

Une information qui s’est propagée tard dans la soirée d’hier rapporte qu’il aurait été demandé à Solonandrasana Olivier de démissionner du poste de ministre  de l’Intérieur, poste qu’il occupait jusqu’ici cumulativement avec celui de Premier ministre. Il serait remplacé par Mamy Ratovomalala, ancien ministre des mines sous la Transition. Si le départ du premier de l’immeuble Patte d’éléphant ne devrait étonner outre mesure pour avoir été attendu depuis belle lurette, en revanche le choix du second suscite moult interrogations. Le supposé remplaçant de Solonandrasana Olivier n’a pas en effet, a priori, le profil requis. A l’approche des élections, il aurait été plus judicieux de nommer au poste très technique de ministre de l’Intérieur une personne rompu aux arcanes de l’administration publique.

Or, Mamy Ratovomalala n’est ni un administrateur civil, ni un sortant d’une quelconque branche de l’Enam. Certaines mauvaises langues d’insinuer même que sa nomination en tant que ministre des mines durant la Transition aurait été des « erreurs de casting ». Du coup, il est fort à soupçonner que la nomination du Directeur de campagne de Camille Vital aux dernières élections présidentielle n’est motivée par aucune considération technique mais relève d’un pur calcul politicien. L’homme serait chargé d’une mission précise.

 La Rédaction 

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Maître Willy - Razafinjatovo alias Olala « Le HVM veut me faire taire »
  • Election présidentielle - Les appels à la candidature d’Andry Rajoelina se multiplient
  • Journée internationale - Nelson Mandela L’amnésie du président Hery Rajaonarimampianina
  • Revendications syndicales - Christian Ntsay interpelle ses ministres
  • Soupçons de corruption à Tsimbazaza - 7 députés encourent une arrestation
  • Période électorale - Vers un verrouillage à double tour de la RNM et TVM
  • Projet rocade Est et Nord-Est - Enfin le lancement officiel
  • Présidentielle 2018 - La France pour une élection libre, inclusive et transparente
  • Grande Messe à Toamasina - Le Cardinal Tsarahazana crève l’abcès sur les mensonges d’Etat
  • Secteur énergétique - Haro du SEFAFI sur les mauvaises pratiques

Editorial

  • Horizon…2019 !
     Emergence, terme fétiche en cette fin de mandat du régime en place. Tellement, les barons aux cravates bleues terminent leur funeste parcours en coulant le pays. On dit qu’un objet émerge quand il remonte en surface et se trouve en contact avec l’air. Pour un homme, entièrement sous l’eau, le terme « émergence » indique pour lui l’idée d’une remontée en surface et lui offre la possibilité de pouvoir respirer l’air. Madagascar, en cinquante-huit ans d’indépendance, sauf la petite parenthèse des années 60, ne cessa de dégringoler. Une descente aux… enfers qu’aucun régime démocratiquement élu n’avait pas pu stopper tout au moins ralentir. En effet, à partir des années 70, le « navire Madagascar » commença à prendre de l’eau. Le comble du malheur, le drame s’aggrave d’année en année. La Deuxième République, le principal tombeur du pays, détruit tout. La dictature rouge de l’Amiral Didier Ratsiraka coula la Grande île. Le régime socialiste…

A bout portant

AutoDiff