Publié dans Politique

Situation chaotique dans le pays - Des généraux s’adressent à un Etat sourd et aveugle

Publié le mercredi, 11 avril 2018

Sonnette d’alarme. Lors d’une conférence de presse organisée à la Rotonde de Besarety, hier en milieu de journée, une quinzaine d’officiers généraux et officiers supérieurs sont sortis de leur habituelle réserve  pour  interpeller les dirigeants actuels par rapport à la situation qui prévaut actuellement dans la Grande île.  Parmi ces hauts gradés figurent notamment le Général de Division Robert, le Général de Division Voahangy Andriamanalinarivo, le Général de Brigade Rakotondramanana René Daniel, le Général de Brigade Urbain Walter, le Général de Brigade Retozy, le Général de Brigade Rabearivony Justin, le Contrôleur général de Police Rakotovero, le Colonel Damasy Jean Christopher, Colonel Tsimiera Espérant, Colonel Rakotondrabenja. Ainsi que  le Colonel Rabelahy Martin, le Colonel Razafimanantsoa, le Colonel Rajaonah Arivony, et d’autres. Dans une déclaration lue à la presse par le Général de Brigade Rakotondramanana René Daniel, ces hauts gradés au sein des forces armées n’ont pas manqué de remarquer la situation délétère dans laquelle le pays est enfoncé à l’heure actuelle. « 2018 sera une année charnière le pays à cause de la tenue de  l’élection du Président de la république qui dirigera le pays. Pourtant la majorité de la population vit actuellement dans l’inquiétude et la peur »,  lancent d’emblée ces officiers généraux et supérieurs devant la presse. Ces étoilés dénoncent notamment « la corruption, les abus de pouvoir, le non-respect des lois » qui minent  les institutions malgaches. 

 

« Est-ce que les élections vont se dérouler dans la droiture et la liberté ? Est-ce que les droits fondamentaux des citoyens seront respectés ? », s’interrogent par ailleurs les conférenciers. Une allusion sans doute aux lois électorales controversées adoptées par l’Assemblée nationale et le Sénat qui présentent des velléités d’exclusion d’électeurs et de candidats potentiels. Pour ces généraux et officiers supérieurs, il est nécessaire d’instaurer « l’apaisement avant et après l’élection ».  « Or, les évènements qui ont entouré l’adoption des lois électorales laissent penser que le pays avance dangereusement vers une crise profonde », interpellent ces hauts gradés dans leur déclaration. « La population ne devrait pas être prise en otage pour des raisons politiques ».

Dans la foulée, les orateurs d’hier de lancer un appel aux responsables afin de prévenir toute crise dans le pays. Aux responsables des forces de l’ordre, les généraux et colonels d’appeler à protéger la population et ses biens, et de veiller à ne pas être des obstacles  à la mise en place d’une société démocratique, d’un Etat de droit respectueux des valeurs malgaches. A l’endroit des dirigeants et des acteurs politiques, les conférenciers estiment de lancer un message pour que l’intérêt supérieur de la Nation soit primée afin que la paix et l’apaisement soient en vigueur dans le pays.  Et d’appeler également au respect de la Constitution et des droits fondamentaux des citoyens. Notons que plusieurs entités telles que la société civile, les églises ou encore les politiques ont interpellé les dirigeants avant ces hauts gradés. Reste à savoir si comme pour toutes les interpellations faites par les entités citées supra, celle des officiers généraux et officiers supérieurs tombera dans les oreilles d’un sourd.

 La Rédaction

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Compte rendu à l’Hôtel de Ville - Les députés du Tim et du Mapar rassurent
  • Départ inopiné du pays - Rajaonarimampianina aurait-il « lâché » ses partisans
  • Conjoncture politique - Les épouses de gendarmes supplient leurs maris !
  • Lois électorales et dérives démocratiques - Les députés opposants s'en remettent à la Communauté internationale
  • Hery Rajaonarimampianina - Départ en catimini à l'extérieur ?
  • Menaces contre des députés Tim-Mapar - Plainte de réserve contre le préfet et des gros bras
  • Syndicat des artistes - Halte aux abus des autorités !
  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance

La Une

Editorial

  • Bataille rangée
    Guerre déclarée. L’escalade de provocations, déclenchée initialement par les maîtres du régime, propulse inexorablement le pays vers la logique de confrontation. Une guerre déclarée dont personne ne sait quel en est la véritable raison. Des troubles inutiles et incompris sciemment fomentés un peu partout.  En face, l’opinion publique, des acteurs pertinents de la société civile, les leaders des formations politiques principalement de l’opposition et même les prélats des Eglises, à l’instar de l’Eglise catholique apostolique romaine (ECAR) ou ceux des Eglises non affiliées au FFKM ne restent pas insensibles. Ils réagissent chacun dans leur propre camp. En fait, ils ne veulent pas rester indifférents et sont déterminés à manifester leur rejet aux dérives dictatoriales, répétées, de ces détenteurs de l’autorité d’Etat. Des tirs croisés, apparemment percutants, atteignent de plein fouet le centre de gravité du pouvoir. Ainsi, le régime doit faire face à une bataille rangée sur plusieurs fronts.Les catholiques, très…

A bout portant

AutoDiff