Publié dans Politique

Ministère des Finances et du Budget - La gabegie d’un directeur général stoppée net !

Publié le jeudi, 22 février 2018

Déception pour certains, un ouf de soulagement pour d’autres. Alors que la restriction budgétaire devrait être le maître mot dans chaque ministère, une direction auprès de celui des finances et du budget a failli la passer outre. Il s’agit de la direction générale du budget dont le premier responsable a voulu organiser une festive demain au centre de conférence international (Cci) à Ivato. Là où une centaine d’invités, 600 selon des informations, auraient dû assister à un déjeuner dansant dans le cadre de la présentation de vœux de cette direction et de ses filiales. Dame rumeur a annoncé auparavant plus de 2 000 invités mais le directeur général du budget a démenti cette information. « C’est faux de parler de ce nombre, il n’y a que 600 convives », précise –t-il à un confrère qui lui a demandé le déroulement de cette festive. A lui de refiler ensuite les patates chaudes à la direction d’Analamanga qui, d’après lui, est l’organisatrice de cette présentation de vœux.

Or, aucune mention de cette direction sur le carton d’invitation contrairement aux directions rattachées à la Dgb qui y figurent en bonne place. Cela veut tout simplement dire que la principale initiatrice de cette présentation de vœux qui aurait certes coûté peu à l’administration mais une somme énorme pour les contribuables, n’est autre que la maison mère. A 72 heures de l’événement, il a été purement et simplement annulé pour des raisons ignorées au début. « Les organisateurs n’ont pas réussi à réunir le fonds nécessaire pour la fête d’où son annulation », confie la Dgb à notre confrère. Une explication qui semble ne pas tenir la route dans la mesure où d’un côté aucune cotisation n’a été demandée aux employés et de l’autre les dépenses à ce genre d’évènement sont toujours à la charge de la Dgb. Ce qui est toujours le cas à chaque présentation de vœux, souligne une source auprès de la direction, et confirmée par une autre émanant des autres départements au sein du ministère des Finances et du Budget. Les informations recueillies avancent que cette initiative très controversée  de la Dgb à cause des dépenses occasionnées, a été vu de mauvais œil par la ministre des Finances, Vonintsalama Andriambololona. De la sacro-sainte restriction budgétaire, elle aurait, le conditionnel est de rigueur, demandé à la Dgb d’annuler cet évènement. Ce qui fut chose faite, le déjeuner dansant prévu demain à partir de 10 heures à la  salle plénière du centre de conférence international d’Ivato n’aura finalement pas lieu.

La rédaction

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Andry Rajoelina contre l’insécurité - L’arrêt de l’exportation bovine en perspective
  • Région Menabe - La mafia des bois précieux fait parler d’elle
  • Atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat - Pety Rakotoniaina de nouveau en prison
  • Election présidentielle - Narson Rafidimanana et 150 maires séduits par le programme de Rajoelina
  • Déstabilisation et manœuvres de coup d'Etat - Des mains étrangères au cœur des soupçons
  • Conseil du Fampihavanana Malagasy - Perte de crédibilité confirmée !
  • Permis et carte grise biométriques - Accusés, levez-vous !
  • Antoko Repoblikanina - Le dernier- né des partis politiques à Madagascar
  • Mbola Rajaonah, le pestiféré - Sur les traces de Claudine Razaimamonjy
  • Trafic de bois précieux au Vakinankaratra - Deux femmes proches de Rajaonarimampianina dans le coup

La Une

Editorial

  • HVM, que reste-t-il ?
    Alors que toutes les formations politiques, du moins celles dignes de leur stature, resserrent les rangs pour affronter la course en vue de la magistrature suprême, le parti du Président démissionnaire Hery Rajaonarimampianina s’effrite. Le parti au pouvoir va en ordre dispersé.  Les démissions se succèdent. Une défection cache une autre ! A ce rythme, le parti présidentiel, une formation politique, sûre de sa puissance, à  l’époque, et qui défiait avec un certain orgueil et d’une fierté, mal placée, les autres serait d’ici peu une carcasse d’ossements, sans âme, ni corps,  l’ombre de lui-même ! Les « départs définitifs » se poursuivent. Et la liste n’est pas exhaustive !

A bout portant

AutoDiff