Publié dans Politique

Sefafi - Les caméléons politiques au pilori !

Publié le jeudi, 15 février 2018

A l’approche de l’échéance électorale, dont la présidentielle, la course aux alliances politiques sera inévitable. Des alliances parfois contre – nature car dictées, le plus souvent, par les intérêts sous toutes ses formes. Dans son communiqué publié avant – hier, le Sefafi ou Observatoire de la vie publique a mis la main sur une triste réalité qui sévit dans le monde politique malagasy en prenant exemple sur l’élection au suffrage direct la plus attendue. Dans la logique démocratique, les deux candidats qui s’affrontent au second tour de la présidentielle doivent chacun présenter des projets de société différents voire antagonistes.

« Celui qui n’est pas élu doit continuer à défendre son programme dans le cadre d’une opposition démocratique, si du moins il est fidèle à ses convictions », selon le Sefafi. L’Observatoire épingle ainsi les politiciens sans éthique à Madagascar qui font l’inverse de cette logique qui doit pourtant être respectée dans un pays démocratique. « A peine élus, eux qui se prétendent les représentants de leurs électeurs, retournent leur veste, renient leurs engagements, repoussent leurs alliés, nouent de nouvelles alliances opportunistes et tournent le dos au peuple », déclarent l’Observatoire. Beaucoup de cas de ce genre ont été observés au niveau des membres de l’Assemblée nationale. Durant cette 4ème République, les caméléons politiques sont revenus en force en n’hésitant pas à changer la couleur de leurs vestes et leurs cravates.
Deux articles à polémique
Le Sefafi remet ainsi sur le tapis les débats sur plusieurs articles de la Constitution dont l’article 72 qui stipule que : « Durant son mandat, le député ne peut, sous peine de déchéance, changer de groupe politique pour adhérer à un nouveau groupe, autre que celui au nom duquel il s’est fait élire ». Une disposition qui « a été violée depuis 4 ans, dans sa lettre comme dans son esprit, avec l’approbation complice de la Haute Cour constitutionnelle », fustige le Sefafi.
Un autre article à polémique également, l’article 78 de la Constitution : « L’opposition a droit à un poste de vice-président et préside au moins l’une des commissions ». Une disposition qui n’a pu être effective alors que le Président de la République est déjà dans la dernière année de son mandat. Le Sefafi explique que « l’opposition, pour nos politiciens, est une salle d’attente où se retrouvent les candidats à des postes plus importants et plus lucratifs. Afin de s’assurer un avenir politique, sous n’importe quelle bannière, et en prévision des jours difficiles (mitsinjo ny vodiandro merika), il est de bon ton de ne se faire aucun ennemi, même si cet esprit de consensus se réalise au détriment de toute éthique ». Bref, une réalité désolante qui, à défaut d’un changement radical, risque encore de perdurer dans les pratiques politiques malagasy.
Recueillis par S.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Andry Rajoelina contre l’insécurité - L’arrêt de l’exportation bovine en perspective
  • Région Menabe - La mafia des bois précieux fait parler d’elle
  • Atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat - Pety Rakotoniaina de nouveau en prison
  • Election présidentielle - Narson Rafidimanana et 150 maires séduits par le programme de Rajoelina
  • Déstabilisation et manœuvres de coup d'Etat - Des mains étrangères au cœur des soupçons
  • Conseil du Fampihavanana Malagasy - Perte de crédibilité confirmée !
  • Permis et carte grise biométriques - Accusés, levez-vous !
  • Antoko Repoblikanina - Le dernier- né des partis politiques à Madagascar
  • Mbola Rajaonah, le pestiféré - Sur les traces de Claudine Razaimamonjy
  • Trafic de bois précieux au Vakinankaratra - Deux femmes proches de Rajaonarimampianina dans le coup

La Une

Editorial

  • HVM, que reste-t-il ?
    Alors que toutes les formations politiques, du moins celles dignes de leur stature, resserrent les rangs pour affronter la course en vue de la magistrature suprême, le parti du Président démissionnaire Hery Rajaonarimampianina s’effrite. Le parti au pouvoir va en ordre dispersé.  Les démissions se succèdent. Une défection cache une autre ! A ce rythme, le parti présidentiel, une formation politique, sûre de sa puissance, à  l’époque, et qui défiait avec un certain orgueil et d’une fierté, mal placée, les autres serait d’ici peu une carcasse d’ossements, sans âme, ni corps,  l’ombre de lui-même ! Les « départs définitifs » se poursuivent. Et la liste n’est pas exhaustive !

A bout portant

AutoDiff