Publié dans Politique

Agence Malagasy de développement économique - Peu de réalisations concrètes

Publié le mercredi, 14 février 2018

Lancée en grande pompe à Paris au mois de septembre 2016, l'Agence Malagasy de développement économique et de promotion des entreprises (Amdp) s'est plongée depuis dans la léthargie. Il est loin le tam-tam autour du lancement de cette agence dirigée par un des conseillers du président de la République, en l'occurrence Hugues Ratsiferana. L'Amdp a pour ambition d'être « un catalyseur d'opportunités, accompagnateur d'initiatives locales et facilitateur de partenariat avec des entreprises étrangères notamment dans l'espace francophone », a résumé le président Hery Rajaonarimampianina lors de la présentation officielle du projet au siège de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF).

Sa création a suscité dès le début des réticences et des points d'interrogation notamment sur sa raison d'être qui semble concurrencer l'Edbm et porter ombre à la Conférence des bailleurs et investisseurs tenue quelques jours après cette présentation officielle. Il a été annoncé à l'époque la réalisation d'un projet à Anosiala Ambohidratrimo sur un vaste terrain de plusieurs milliers d'hectares. Deux  ans après, rien de concret. Tout est encore au stade  des palabres, aucune avancée constatée. Agroalimentaire, énergies et services (tourisme, transports, externalisation..), tels sont les secteurs que l'Amdp ambitionne d'intégrer et de développer. Dans l'agroalimentaire, l'agence d'Hugues Ratsiferana balbutie dans la démonstration des bienfaits de la culture  du riz hybride, comme si le ministère de l'Agriculture n'existait pas dans le pays. Dans les autres secteurs dont elle est censée intervenir, tourisme ou externalisation, c'est le silence total. Il suffit de passer un coup d'œil sur le site de l'Amdp pour affirmer que les choses stagnent. A part peut-être des activités du directeur général, représentant par exemple, le président de la République à l'inauguration d'un lycée à Faratsiho. Plus d'un aimerait y voir des réalisations concrètes et innovantes et non des activités qui s'apparentent plutôt à un empiètement sur les plates-bandes des autres entités…

La rédaction

 

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Concurrence au sein du HVM - Rivo Rakotovao tacle l'ex - ministre Paul Rabary
  • Vie politique - Qui a peur des élections ?
  • Assemblée nationale - Quid de la déchéance des députés « caméléons » ?
  • Election présidentielle 2018 - Les candidats pressentis du HVM
  • Elections anticipées - Une obligation et non une option !
  • Contre une présidentielle anticipée - Le HVM et ses sbires divaguent
  • Venue du Pape à Madagascar - « Je ne peux pas promettre à 100 % », dixit le Cardinal Tsarahazana
  • Andry Rajoelina - « La nomination des ministres autres que MAPAR et TIM était à notre insu »
  • Choix de ministres HVM indésirables - Peaux de banane de Rajaonarimampianina contre Ntsay Christian
  • Sortie de crise - Les sans-grades se ridiculisent

La Une

Editorial

  • Sale jeu !
    A quel jeu se livre-t-on exactement ? Sur terrain, une équipe hétéroclite dirigée par un « technocrate et n'appartenant à aucune formation politique » du nom de Ntsay Christian joue un match capital. En réalité, il s'agit d'un match où « tout le monde », coach, capitaine, joueurs, supporters et même les spectateurs sur le gradin, n'a pas le droit ni l'intérêt de perdre. A tout prix, l'équipe doit gagner !

A bout portant

AutoDiff