Publié dans Politique

Marchés publics 2016 - Magouilles de haut vol ou erreurs grossières ?

Publié le vendredi, 09 février 2018

Un document listant les marchés publics au titre de l'exercice 2016, publié par l'Autorité de régulation des marchés publics et répandu sur les réseaux sociaux, a créé la polémique ces dernières 48 heures. Et pour cause, certains montants exprimés dans ledit document de 955 pages se chiffrent à des milliards d'ariary pour des dépenses quelque fois injustifiées. Pour ne citer par exemple que l'achat de pneus d'un véhicule par le ministère de la Sécurité publique pour une somme dépassant les 2 milliards d'ariary ou encore le coût d'entretien de ce même véhicule pour un coût supérieur à 7 milliards d'ariary. La thèse d' « erreurs » est actuellement véhiculée par des responsables pour expliquer ces montants faramineux.

Une thèse réfutée par certains observateurs qui doutent qu'à ce niveau de la discussion, des erreurs aussi grossières soient effectuées. En outre, il ne s'agit pas d'un seul ministère mais de plusieurs ministères où ces sommes inimaginables sont mises en jeu. En tout cas, certains analystes n'ont pas manqué de souligner une autre facette dans cette affaire, en l'occurrence le fait que l'écrasante majorité des soumissionnaires sont des personnes physiques. Madagascar compte donc parmi ses rangs des personnes ayant à leur disposition une surface financière immense capable de leur offrir ces marchés ? Force est également de constater que les sociétés spécialisées, par exemple les grandes sociétés d'import-export, sont littéralement absentes du débat…En tout cas, des investigations sont actuellement menées par nos soins par rapport à certains cas les plus « douteux ». Nous en reparlerons.
A.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Kidnapping à Tsaratanàna - Complicité de certains gendarmes ?
  • Décès de la jeune Andotiana - La Police française conclut à une mort par noyade
  • Critiques à tout-va et prématurées - Les détracteurs du régime se ridiculisent
  • Habitation - Des logements sociaux sur 58 ha à Ivato
  • Délestage - La JiRAMA avance une cause technique et environnementale
  • Epidémie de rougeole - Vaccination gratuite des enfants dans 22 districts
  • Assassinat de Richard Ratsimandrava - Un témoin oculaire révèle des faits troublants
  • Président Andry Rajoelina à Addis-Abeba - Sortie internationale, politique et économique
  • Bois de rose, fraude douanière, corruption… - Mbola Rajaonah interpellé
  • Maire de Toamasina et conseillers municipaux - Une Saint -Valentin pas comme les autres

La Une

Editorial

  • Et le savon !
    Trop occultée par les affres et les fantasmes de la politique, l’économie s’éclipse et meurt à petit feu! Elle peine à subsister. Des mesures d’urgence s’imposent. Le samedi 12 janvier 2019, le premier responsable de l’Autorité nationale en charge des mesures correctives commerciales (ANMCC) donna une conférence de presse en présence de certains opérateurs locaux. L’objet étant de faire état des dispositions engagées afin de « donner un nouveau souffle à l’industrie nationale ». D’après Barthélémy, directeur Général de l’ANMCC, des mesures de sauvegarde ont été arrêtées touchant les importations de certains produits comme les pâtes alimentaires, des détergents en poudre ainsi que des couvertures. Pour une durée de 4 ans, renouvelable, les importations de ces produits ciblés seront soumises au droit additionnel de 30%.  Il n’est jamais tard pour bien faire ! Les acteurs nationaux de l’industrie ont dû attendre des années des mesures pour protéger nos produits face à l’importation ...…

A bout portant

AutoDiff