Publié dans Politique

Tension au sein du régime Hvm - Le pire reste encore à venir !

Publié le vendredi, 09 février 2018

Un véritable panier à crabes. Telle pourrait résumer l'ambiance qui règne actuellement chez les membres du régime Hvm, ou du moins d'après la perception du citoyen lambda. Le « Hery Vaovao ho an'i Madagasikara » semble avoir perdu  sa « force » bien que cela relevait déjà d'une illusion depuis longtemps. Au cours des évènements antérieurs, le parti au pouvoir a pu user de nombreuses manœuvres pour paraître fort.

L'utopie d'une prétendue force a toujours été entretenue à coup de rassemblement de partisans indemnisés comme ce fut le cas par exemple lors de la célébration du traditionnel défilé militaire à l'occasion de la fête de l'indépendance à Mahamasina. Ou encore, lors du congrès du Hvm à Toliara.  Mais la « magie » n'a plus opéré dernièrement à Mahajanga, où les hommes en cravate « bleue » prévoyaient encore d'effectuer une démonstration de force. Beaucoup de citoyens estiment d'ailleurs que cette démonstration ratée a donné le coup de grâce  ou plutôt de disgrâce à l'impopularité du Hvm. A cette impopularité ascendante s'ajoute un risque de division qui pourrait éclater à tout moment.
Cohésion à fleur de peau
Force est de constater que la cohésion ne fait désormais plus partie du vocabulaire au sein du parti présidentiel. Ce qui n'est pas étonnant car des alliances formées et dictées par des simples intérêts ne peuvent être que fragiles. Les rumeurs persistantes d'éviction du Premier ministre Mahafaly Olivier Solonandrasana ont été confirmées par les évènements de ces derniers jours. D'abord, le locataire de Mahazoarivo qui balance à la presse que les kidnappings sont les œuvres de déstabilisateurs qui peuvent aussi bien être à l'intérieur qu'à l'extérieur du régime. Sur la même lancée, le patron de la Primature a confié qu'il allait effectuer un contrôle médical à l'étranger. Un jour après son départ, le régime publie un décret de nomination de Benjamina Ramanantsoa, ministre d'Etat en charge des Projets présidentiels, de l'Aménagement du territoire et de l'Equipement comme intérim du chef du Gouvernement. Une situation qui a fait sursauter le titulaire du poste depuis l'étranger. Le numéro deux de l'Exécutif s'est alors empressé de déclarer qu'il demeure Premier ministre et n'a nullement abandonné son poste. En tout cas, ces différents rebondissements ramènent à une seule et unique conclusion : rien ne va plus sur le grand navire du Hvm et ce, malgré le fameux Team Bulding qui viserait à renforcer la solidarité gouvernementale. Pour les observateurs avertis, les semaines à venir risquent encore de réserver des surprises !
S.R.

2 Commentaires

  • Posté par Nalisoa
    vendredi, 09 février 2018

    c'est normal s'il a perdu sa force et de quelle force parlez vous exactement!je trouvais que depuis son accession au pouvoir, le parti HVM n' a jamais été populaire! le peuple en a assez des fausses promesses, la recrudescence de l'insécurité dans toute l'île

    Rapporter
  • Posté par Saidy LEMENA
    vendredi, 09 février 2018

    Le HVM et sa plateforme issue des alliances formées et dictées par des simples intérêts ne peuvent être que fragiles.

    Rapporter

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Contre une présidentielle anticipée - Le HVM et ses sbires divaguent
  • Venue du Pape à Madagascar - « Je ne peux pas promettre à 100 % », dixit le Cardinal Tsarahazana
  • Andry Rajoelina - « La nomination des ministres autres que MAPAR et TIM était à notre insu »
  • Choix de ministres HVM indésirables - Peaux de banane de Rajaonarimampianina contre Ntsay Christian
  • Sortie de crise - Les sans-grades se ridiculisent
  • Quatrième République - Les artisans de la descente aux enfers du régime
  • Vie de parti politique - La famille « recomposée » du HVM s'entretue
  • Le contexte politique vu par Jeune Afrique - Madagascar : un parfum de fin de règne pour Rajaonarimampianina
  • Premier ministre Christian Ntsay « Il faut laisser le gouvernement travailler »
  • Non à Riana Andriamandavy VII - Forte mobilisation des journalistes

La Une

Editorial

  • L’épreuve du feu
    Un premier et le plus grand test de grandeur nature attend le Gouvernement Ntsay. Supposé être né d’un accord politique entre les grandes formations politiques, principalement le MAPAR, le TIM et le HVM, le nouveau Cabinet subit un examen crucial et complexe qu’il faille réussir. Tel un prévenu qui, au cours d’une épreuve, doit porter une barre rouge de feu et réussir à traverser un obstacle avec, et cela, sans se faire brûler, le nouveau Premier ministre est soumis à un test très  délicat : parvenir à publier dans les heures sinon les jours qui viennent du calendrier de l’élection présidentielle anticipée ! Un test éprouvant et très dur, cependant le salut de la Nation passe obligatoirement par-là !  Ntsay fait face à deux blocs naturellement ou  foncièrement inconciliables, contradictoires.

A bout portant

AutoDiff